Projet Atlas : un pirate a dérobé les données personnelles d'experts européens en sécurité informatique

10 août 2021 à 12h23
4
attaque-informatique-piratage.jpg © Pixabay
© Pixabay

La Commission européenne fait face à la mise en ligne illégale d'une base de données issue du projet Cybersecurity Atlas, son organe qui recense les spécialistes cyber de la zone.

En matière de sécurité informatique, voilà un couac dont l'Union européenne aurait sans doute bien voulu se passer. Depuis quelques jours circule en effet une base de données rassemblant des informations provenant directement de l'Atlas européen de la cybersécurité, le Cybersecurity Atlas. Celle-ci a été postée sur un forum clandestin de cybercriminalité, spécialisé dans la revente de fichiers et données dérobés.

Une base remplie de contacts spécialisés dans la sécurité informatique

Avant toute chose, prenons conscience de ce dont nous parlons quand nous évoquons « l'Atlas européen de la cybersécurité ». Créé en 2018 par la Commission européenne, l'Atlas se matérialise en une plateforme ou en une sorte d'énorme liste de contacts ou annuaire permettant de cartographier et de catégoriser la collaboration entre les experts provenant du monde de la sécurité informatique, qu'ils soient issus de sociétés, d'institutions ou d'universités. Elle offre aux spécialistes de la cybersécurité l'opportunité d'élargir leur réseau de recherche et d'entrer en contact avec leurs pairs très facilement. La communauté européenne y trouve aussi son compte pour développer des projets ou offrir des réponses cyber.

La base de données piratée, dont nous parlions plus haut, comporte de très nombreuses données provenant d'entreprises spécialisées dans la cybersécurité, d'organisations gouvernementales de l'Union européenne, de centres de recherche ou même d'universités, nos confrères de Zataz évoquant même des adresses d'experts de l'OTAN ou de l'Aix-Marseille Université, qui pèse tout de même pour 80 000 étudiants et 8 000 personnels.

Les données dérobées et mises en vente vont, comme l'a constaté le média The Record, des noms d'utilisateur du site aux adresses électroniques, en passant par des détails sur des institutions, les adresses des organisations ou les noms complets des personnes reliées à la base de données, sans oublier des données de géolocalisation utilisées, si vous avez suivi, pour cartographier les acteurs contenus dans l'Atlas européen.

Détail inquiétant : la base de données provient du back-end du site

Un peu comme pour les bases de données LinkedIn mises en vente sur le dark web, cette vente de données aurait pu être « amortie » par l'UE d'un point de vue communicationnel, puisque toutes les données recensées par le pirate sont publiques. En effet, la base de données de la Commission est accessible à tous les titulaires d'un compte sur le site Cybersecurity Atlas, aujourd'hui officiellement « en maintenance ».

Site-under-maintenance-Cybersecurity-Atlas
Voici ce que l'on voit en se rendant sur le site de l'Atlas européen de la cybersécurité (Capture par Clubic.com)

Sauf que les données contenues dans la base, certes publiques, ne proviennent pas de ce que l'on appelle un scraping (une ponction de toutes les données d'une page Web, presque « à la main », pourrait-on dire). Elles ont en effet été extraites directement depuis la partie back-end de la plateforme. Autrement dit, le ou les attaquants semblent avoir eu un accès direct au système informatique de l'Atlas, ce qui pourrait potentiellement avoir des conséquences d'autant plus fâcheuses, comme la possibilité d'injecter et diffuser un logiciel malveillant. On ignore encore si le piratage se limite au seul prélèvement de la base de données.

Toujours en maintenance, on ignore quand le site sera de nouveau en ligne. Le Centre de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques de l'UE (CERT-EU) a de son côté ouvert une enquête après la publication de la base de données.

Sources : The Record , Zataz

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
Kratof_Muller
Ca sent la fuite , leur annuaire de cybersécurité n est pas sécurisé, à quoi bon une telle liste, si une telle fuite n’est pas anticipée ?
rha93
Des experts on vous dit …
Fatima
C’est juste un transfert vers le Patagone , ces derniers ont juste oublié de prévenir.
Francis7
Il faudrait le recruter, ce pirate…C’est ce qu’il doit vouloir.
rha93
Je sais pas si il aurait envie de bosser avec les autres là…les « piratés »…jouer au prof, c est pas marrant, pis là, faut reprendre à la base lol
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Vous avez créé une invitation partagée sur Slack ? Votre mot de passe est peut-être compromis
Parallels Desktop 18 vous permet d'installer Windows 11 en un clic sur macOS
La dernière bêta d'Office sur iOS prend en charge la reconnaissance d'écriture Scribble
Quand le suivi en ligne de leurs jets fatigue les dirigeants et milliardaires
Microsoft confirme un énième problème sur Windows 10 et Windows 11
MIX Fold 2 : Xiaomi va bientôt annoncer son deuxième smartphone pliant
La trottinette électrique Ninebot Kickscooter E25E à -42% chez Darty !
Chopin Max : le boîtier ultra-compact d'InWin prend un peu de poids
Arc Pro A40 et Arc Pro A50 : Intel annonce ses GPU professionnels
OPPO et OnePlus interdits de vente en Allemagne, et bientôt en France ?
Haut de page