Microsoft participe à la traque du botnet Zeus

26 mars 2012 à 11h19
0
00FA000002336060-photo-botnet-logo.jpg
Microsoft a annoncé lundi avoir pris part à la saisie de plusieurs serveurs servant de base de fonctionnement au botnet Zeus. Ce logiciel malveillant, qui infecte des millions d'ordinateurs dans le monde, est considéré comme l'un des plus nuisibles déployés actuellement.

Microsoft a ainsi dépêché des experts, qui ont participé aux côtés d'U.S. Marshals et de membres de services financiers américains à des raids à Scranton, en Pennsylvanie et Lombard, en Illinois, vendredi dernier. Les opérations ont permis de mettre la main sur des serveurs infectés qui ont été désactivés et saisis dans le cadre d'une enquête initiée par une plainte déposée par Microsoft à New York, il y a quelques mois.

La firme de Redmond mène en effet la vie dure aux malwares et autres botnet depuis plusieurs années, et après avoir contribué à la fermeture (temporaire !) du botnet Kelihos l'année dernière, Zeus compte parmi ses principales cibles. Il faut dire que ce cheval de Troie, découvert en 2007, est aussi agressif que répandu : installé sur les machines infectées par les biais les plus divers - phishing, infection d'un élément téléchargé, etc. - Zeus se déploie discrètement en tâche de fond et enregistre les frappes réalisées sur le clavier par l'utilisateur. Son principal objectif est de récupérer les données relatives à l'usurpation d'identité et aux transactions bancaires, pour les envoyer, via un réseau de machines infectées - les ordinateurs zombies - sur des serveurs qui collectent les données.

Ce sont des serveurs de ce type qui ont été saisis aux USA vendredi dernier. Le tribunal a donné la permission à Microsoft et ses partenaires, des spécialistes en sécurité et en finance concernés par la propagation du botnet, d'explorer le contenu des éléments récupérés. L'entreprise surveille également 800 noms de domaine associés à l'infrastructure de Zeus, ce qui lui permettrait de localiser les ordinateurs infectés par ce dernier et prévenir leurs utilisateurs.

En marge de cette opération, une plainte civile a également été déposée à l'encontre de 39 personnes soupçonnées d'être impliquées dans le développement et la propagation de Zeus. Pour le moment, ces personnes sont désignées sous leurs pseudonymes, faute d'identification suffisante.

Zeus serait aujourd'hui installé sur 13 millions d'ordinateurs et aurait été utilisé pour voler plus de 100 millions de dollars aux Etats-Unis ces 5 dernières années.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top