Guerre de l'information : le ministère des Armées se dote d'une "doctrine de lutte informatique d’influence"

21 octobre 2021 à 12h05
13
comcyber
© COMCYBER

Pour organiser et structurer la lutte informationnelle menée dans le cyberespace, la France dispose désormais d'une doctrine de lutte informatique d'influence. Elle doit permettre aux armées de bénéficier d'un cadre l'aidant à affronter ces nouvelles menaces.

Dans le prolongement du discours du nouveau chef d'état-major des Armées, le général d'armée Thierry Burkhard, et de notre dossier sur la cyberdéfense et la cyber-influence , le ministère des Armées a présenté cette semaine sa doctrine militaire de lutte informatique d'influence (L2I), qui vient compléter le corpus doctrinal français de cyberdéfense, dans un contexte de guerre de l'information. Clubic vous en dévoile les détails que le ministère des Armées a bien voulu rendre publics.

La lutte informatique d'influence, pour « gagner la guerre avant la guerre »

Alors que les conflits armés cycliques historiques paix-crise-guerre ont tendance à basculer vers un triptyque compétition-contestation-affrontement, les armées françaises sont contraintes de s'adapter. Le général d'armée Thierry Burkhard l'affirme : il faut pouvoir « gagner la guerre avant la guerre », sans pour autant se priver de la possibilité de la conduire s'il le fallait. Et c'est en cela que la doctrine de lutte informatique d'influence (L2I) prend tout son sens. Elle doit organiser et structurer ce combat qui consiste vulgairement à contrer une attaque informationnelle.

La lutte informatique d'influence (L2I), quelle définition ?

Le ministère des Armées désigne ici « les opérations militaires conduites dans la couche informationnelle du cyberespace pour détecter, caractériser et contrer les attaques, appuyer la StratCom, renseigner ou faire de la déception, de façon autonome ou en combinaison avec d’autres opérations ».

exemple attaque informationnelle © ministère des Armées
Un exemple d’attaque informationnelle sur Facebook contre l’opération Barkhane : circulation de fausses informations visant à faire croire que des militaires français pillent des ressources au Mali (© ministère des Armées)

Il faut avoir conscience que le lieu d'action de la L2I est vaste. Elle recouvre toute la couche informationnelle du cyberespace, qui comprend aussi bien les équipements et systèmes informatiques (couche physique) que les données numériques, les logiciels, les outils de traitement - gestion - administration (couche logique) et les informations et interactions sociales, globalement l'identité numérique (couche cognitive ou sémantique).

Cette doctrine vit au travers d'une chaîne de commandement dédiée. Vous le savez désormais : le chef d'état-major des armées, placé sous l'autorité du président de la République, exerce le commandement des opérations militaires. Il agit en sa qualité de conseiller militaire du gouvernement et s'appuie sur le Commandement de la cyberdéfense (COMCYBER) pour réaliser des opérations de L2I.

couche informationnelle du cyberespace © ministère des Armées
Les caractéristiques de la couche informationnelle du cyberespace (© ministère des Armées)

La L2I : entre respect du droit et recherche de moyens humains

Au regard du niveau critique des informations et des missions échangées et menées dans le cadre de la lutte informatique d'influence, se pose une question logique de respect du droit. « Comme l’ensemble des opérations menées par les armées françaises, la L2I est soumise aux principes et règles du droit international, ainsi qu’aux normes du droit interne », nous explique le ministère.

En temps de paix, les opérations militaires de L2I respectent la Charte des Nations unies et le principe de non-ingérence (pas d'intervention dans un processus électoral à l'étranger, par exemple). Lors d'un conflit armé, elles respectent les règles du Droit international humanitaire (DIH), comme les principes de précaution et de proportionnalité dans l'attaque.

La L2I, qui nécessite des compétences très variées et de très haut niveau, bénéficiera d'une partie de la manne de 1,7 milliard d'euros qui aidera l'État à gonfler les rangs de l'armée de combattants cyber à hauteur de 1 900 personnes, pour un total de 5 000 personnes d'ici 2025, si tout va bien. La L2I, de son côté, recherche des spécialistes de l'environnement informationnel et cognitif, des sociologues, des psychologues, des linguistes et des infographistes.

Sur le plan diplomatique enfin, la L2I nécessite par définition de coordonner à la fois les actions militaires, diplomatiques et intérieures. Cela sous-entend une coopération aussi bien avec des entreprises spécialisées dans le numérique, qu'avec des institutions comme l'Union européenne et l'OTAN, dont la France soutient les initiatives en matière de lutte contre les manipulations de l'information.

Source : ministère des Armées

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
9
Bourgneuf
L’organisation des services officiels de propagande d’Etat. Bientôt la même chose pour l’ensemble des informations et de ce que le public aura le droit ou pas, de savoir .
benben99
Bref une strategie de manipulation de l information et de propagande…<br /> L’information est une guerre en soi et chaque pays et plusieurs médias tentent d’influencer.
Infinity205
Étonnant commentaire… surtout venant de quelqu’un qui soutient la Chine…je m’interroge
GRITI
@tous<br /> Merci de ne pas faire d’attaque personnelle. Si vous avez une idée précise à exprimer, faites-le de façon générale et non en ciblant un membre.<br /> Et si vous avez des sources fiables sur les états qui utilisent de telles méthodes, n’hésitez pas à les mettre en lien dans vos commentaires pour appuyer vos propos.<br /> Edit:<br /> @Winston Message supprimé car il citait une message supprimé.
Infinity205
Moi je l’ai été
emsko
«&nbsp;principe de non-ingérence (pas d’intervention dans un processus électoral à l’étranger, par exemple)&nbsp;»<br /> Par contre renverser un pouvoir traditionnel genre Assad en Syrie, ou n’importe quel pouvoir soudainement déclaré «&nbsp;non-démocratique&nbsp;», ça, c’est open bar.<br /> N’importe quel pouvoir un peu trop de droite, un peu trop respectueux de son propre peuple, de sa propre identité, ça c’est très vite «&nbsp;non-démocratique&nbsp;»…<br /> «&nbsp;des sociologues, des psychologues&nbsp;»<br /> Et ils ne sont pas du tout d’un bord idéologique…
Winston
Pas chez les personnes s’informant. ^^
Etbien
Le général d’armée Thierry Burkhard l’affirme, petite voix, les yeux, la force…<br /> c’est interdit en FRANCE depuis le 3 juin 2008, merci Sarkozy
GRITI
@elminster44<br /> Voilà !<br /> Pas d’attaque personnelle mais du général. Et des sources qui permettent à chacun d’y voir plus clair.
Etbien
J’apporterai des oranges…
Winston
elminster44:<br /> j’en ai aucune idée pour la personne cité précédemment<br /> Ce qui ne t’as pas empêché de l’accuser.<br /> Je ne vais pas reprendre ton second lien car il s’agit de commerce et même si c’est promu par un gouvernement c’est tout à fait normal, tu peux chercher la phrase "promotion de la France à l’étranger " pour ,peut-être, t’en convaincre.<br /> Le premier lien est très intéressant ,il parle de ce rapport<br /> https://www.irsem.fr/rapport.html<br /> La coercition économique chinoise prend des formes extrêmement variées : déni d’accès au marché chinois, embargos, sanctions commerciales, restrictions aux investissements, contingentement du tourisme chinois dont dépendent certaines régions, organisations de boycotts populaires. Pékin fait de plus en plus de la censure un prérequis pour l’accès à son marché. Et beaucoup d’entreprises finissent par plier sous la pression.<br /> Au vu de l’actualité française ,je ne sais pas s’il faut en rire (du point de vu chinois) ou en pleurer (du point de vue des français).<br /> Je ne vais pas faire une analyse de ce rapport ,ce n’est pas le lieu et je ne compte pas t’influencer pour te faire changer d’avis , dans mon premier message je m’étonnais que vous pensiez que la Chine ou la Russie puissent essayer d’influencer les français sur un site même pas classé au TOP 100 des sites web les plus visités de France.<br /> Par contre un des «&nbsp;idiot utile&nbsp;» répond aux accusations de ce rapport<br /> Mais ce rapport est avant tout politique et son objet est politique.<br /> L’enjeu est de savoir s’il est possible ou non d’avoir des relations avec des structures chinoises comme avec d’autres pays, ou s’il y a un tabou concernant ces dernières. On voit bien qu’il y a là un clivage entre ceux qui voudraient entretenir un dialogue critique avec la Chine et ceux qui pensent qu’il ne faut en aucun cas déjeuner avec le diable, la cuillère n’étant jamais assez longue. Cette dernière vision occidentaliste est très en cours intellectuellement à Washington. Ce n’est pas la position européenne ni la position française.<br /> Pour les occidentalistes, la Chine est un danger majeur, tout contact est forcément une compromission. Ce type de vision du monde a conduit à un certain nombre de catastrophes. Ce qui est surtout grave, c’est qu’au nom de la défense des libertés, il faut censurer, délégitimer et empêcher de paroles ceux qui ne sont pas d’accord. Il s’agit d’inciter à mettre fin à tout contact, sauf à être accusé d’être un avocat du régime.<br /> Cela me rappelle que ceux qui étaient opposés à la guerre d’Irak en 2003 étaient traités de « suppôts de Saddam », ou d’« adorateurs de dictateurs ».<br /> Tous les pays ont une diplomatie d’influence, y compris la France. La Chine en a donc une, comme son rival américain – qui jouit d’ailleurs d’une diplomatie d’influence bien plus puissante et ancienne par ailleurs et qui peut parfois s’opposer aux intérêts français. Le sujet d’une future étude ?<br /> IRIS<br /> L’IRIS, sous influence chinoise ?<br /> L’IRSEM (Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire) a publié un rapport intitulé « Les opérations d’influence chinoises. Un moment machiavélien&nbsp;» dans lequel il est spécifiquement question de l’IRIS. Il y a dans ce texte des...<br /> Et ici une réponse de l’accusé<br /> Par exemple, ce soi-disant « rapport » s’en prend à un écrivain français qui s’appelle Maxime Vivas. M. Vivas s’est rendu deux fois dans la région chinoise du Xinjiang et a écrit un livre intitulé « Ouïghours, pour en finir avec les fake news » pour démentir les fake news répandus par certains médias occidentaux sur le Xinjiang. Il n’a fait que dire la vérité sur la base de ce qu’il a vu de ses propres yeux. Alors que les auteurs de l’IRSEM le traitent d’« idiot utile » de la Chine. C’est de la diffamation et c’est même mépriser le discernement du public français.<br /> Un autre exemple, ce soi-disant « rapport » accuse le gouvernement chinois d’« embaucher des étudiants et ressortissants chinois à l’étranger » comme des « trolls » pour défendre la Chine sur Internet. Mais le gouvernement chinois n’a pas besoin d’« embaucher qui que ce soit » ! Quand leur patrie est stigmatisée et accusée à tort, bien sûr les ressortissants et les étudiants chinois la défendront spontanément. C’est tout à fait normal. Les Français à l’étranger feront la même chose, quand il s’agit de la dignité et de l’honneur de leur pays.<br /> Ce que ce soi-disant « rapport » dit sur le « front uni » de la Chine est révélateur de l’ignorance ou de l’hypocrisie de ses auteurs. Ceux qui connaissent la Chine savent tous que durant la seconde guerre mondiale, c’était le « front uni » qui a permis de rassembler toutes les forces vives de la nation chinoise pour vaincre les envahisseurs militaristes japonais. Depuis lors, le « front uni » a toujours été une noble initiative et un élément fédérateur qui peuvent mobiliser largement la nation chinoise autour des bonnes causes. Alors que le soi-disant « rapport » de l’IRSEM le dépeint comme un « complot ». C’est totalement scandaleux. En fait, quand vous savez que le premier qui a commencé à stigmatiser le « front uni » n’était autre que l’ancien Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, vous comprendrez que ce « rapport » n’est qu’un faux rapport qui sert les intérêts américains.<br /> http://www.amb-chine.fr/fra/zfzj/t1908779.htm<br /> D’un coté le gouvernement français prétend dénoncer la méchante Chine et de l’autre les travailleurs français signent des contrats avec les chinois pour relier la France à la Chine en passant par le Pakistan (grand méchant) via un câble sous-marin.<br /> Corporate<br /> Orange, PCCW Global et PEACE Cable International annoncent conjointement...<br />
Winston
elminster44:<br /> Oui alors franchement je pensais qu’il allait me rire au nez avec ma théorie complotiste<br /> Ta phrase était affirmative et pas rigolote du tout,normalement tu devrais le reconnaître et t’excuser ,à toi de voir.<br /> elminster44:<br /> je vois pas en quoi cela interdirai ces fameux influenceurs d’aller sur plusieurs sites en même temps<br /> Donc pour toi ils existent.<br /> Moi je pense qu’ils n’existent pas car la Chine et les chinois ne pensent même pas à la France ,elle reste pour la plupart un pays d’art et de romantisme mais une fois sur place ils comprennent.<br /> elminster44:<br /> on pourrai effectivement en débattre pendant des heures<br /> Avec par exemple un des auteurs du rapport ayant travaillé pour l’OTAN jusqu’en 2019?<br /> elminster44:<br /> Le coût du câble sous marin c’est du business, faut il le laisser aux concurrents ou prendre le marché ?<br /> Je vais être plus clair,le gouvernement français travaille contre les français et les français travaillent pour eux mêmes tout en voyant leur dépenses augmenter dû aux décisions de leurs propres gouvernement (gaz ,électricité et autres interdictions de vente de leurs productions à la Russie).
Winston
elminster44:<br /> M’excuser non je ne l’ai pas insulté<br /> Tu l’as diffamé.<br /> Tu ne sais pas ce qu’est l’OTAN,à quoi ça sert et surtout à qui.<br /> Bizarrement je suis contre les gouvernements qui agissent contre le peuple et pour l’intérêt de puissance étrangères.<br /> Chez nous on appelle ça des traîtres…
Winston
Je suis burkinabé et actuellement à Bakel au Sénégal.
GRITI
@elminster44 et @Winston<br /> Merci de continuer en MP!
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

120 millions de dollars en crypto pour un braquage sans violence de la plateforme décentralisée BadgerDAO
VPN : CyberGhost, Surfshark ou NordVPN ? La sélection à lire pour faire votre choix !
La suite de cybersécurité Avast Ultimate à prix bas : l'idéal pour une protection complète et efficace
Peut-on interdire les mots de passe par défaut ? C'est ce que veut le gouvernement britannique
L'excellent antivirus optimisé Mac en promo : pourquoi Intego est un service indispensable ?
Surfshark VPN fait encore chuter ses tarifs, un service VPN performant à ne pas manquer !
Plusieurs montres connectées pour enfants présentent d’importants risques de sécurité
CyberGhost n'arrête plus de casser ses prix, faut-il craquer pour ce VPN au top ?
Plus de 150 000 cartes bancaires françaises trouvées en vente sur le dark web
Bitdefender poursuit les promos, un antivirus complet pour une protection efficace et abordable
Haut de page