La batterie du smartphone bientôt exploitée pour traquer les mobinautes ?

05 août 2015 à 14h27
0
De nouveaux travaux actuellement en cours de réflexion au sein du W3C pourraient mettre à mal la vie privée des mobinautes.

Le W3C, l'organisme chargé de superviser les standards du Web, planche régulièrement sur de nouvelles interfaces programmation. Sur mobile, celles-ci permettent d'établir une communication avec les composants du téléphone. Un site Web pourra par exemple accéder au microphone pour effectuer une requête vocale, tandis qu'un autre pourra exploiter les API de l'explorateur de fichiers pour y charger une photo. Un autre encore pourra activer la caméra frontale pour la création d'un avatar. Actuellement le W3C planche sur des interfaces de programmation permettant de visualiser l'état de la batterie.

Dans un document, le W3C explique qu'en analysant l'état de la batterie il pourrait être possible d'optimiser le surf. Ainsi si un site en particulier repère que la batterie du smartphone d'un visiteur est presque vide, il pourrait retourner une page plus légère, par exemple, sans JavaScript, sans publicité et avec une feuille de style moins élaborée.

Si en soit ces travaux sont plutôt les bienvenus, l'accès à la batterie pose justement quelques problèmes de confidentialité. En effet, en 2012, à l'introduction de ces fameuses Battery Status API, la fondation Mozilla ainsi que les développeurs du navigateur Tor Browser, avaient tiré la sonnette d'alarme. Toutefois, comme le souligne un groupe de chercheurs ayant publié une étude (PDF) sur le site International Association for Cryptologic Research , l'implémentation prévue par le W3C n'a pas évoluée.

08131808-photo-batterie-leaking.jpg


A l'aide de JavaScript il est ainsi possible de déterminer le niveau de la batterie, l'heure de la dernière charge ou encore le temps restant en secondes pour le cycle en cours. Au total en mélangeant toutes ces données, il serait possible d'obtenir 14 millions de combinaisons possibles. Par ailleurs, ces informations ne se rafraîchissant que toutes les 30 secondes, il est donc possible de suivre le surf d'un internaute sur une courte durée pour par exemple réactiver un cookie.

Les Battery Status API sont aujourd'hui implémentées au sein de Chrome, Firefox et Opera mais pas Internet Explorer, ni Safari. Les chercheurs avaient prévenu Mozilla au mois de janvier et la fondation a publié un correctif en juin dernier. Reste à savoir si dans sa globalité le standard en cours d'élaboration sera revu.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top