On a testé Coyote sur Android Auto : faut-il y adhérer avant de prendre la route ?

David Nogueira
Spécialiste automobile
31 juillet 2021 à 16h00
19
Coyote Android Auto © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic


C'est LA nouveauté annoncée cet été par la société Coyote : l'arrivée de son application d'aide à la conduite à bord des véhicules équipés d'Android Auto. Nous l'avons testée en France, mais aussi au Portugal. Retour sur des milliers de kilomètres avec ce copilote numérique.


Coyote se devait de réagir pour ne pas perdre plus de terrain encore face à son concurrent le plus féroce, Waze. Cette dernière application, dont le succès est indiscutable, est présente sur les appareils iOS, Android, mais également sur les systèmes de « réplication » que sont Apple CarPlay et Android Auto. Jusqu'à présent, cette même extension de l'appli Coyote n'était disponible que sur CarPlay, laissant les possesseurs de smartphones Android sur le bas-côté. Pour eux, impossible d'utiliser leur service depuis l'écran principal de leur véhicule. Désormais, la donne change avec l'arrivée de Coyote sur Android Auto grâce à la formule baptisée Extend.

Coyote Android Auto © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Le service Coyote : quelques chiffres et les tarifs

Guidage GPS, alerte météo, information trafic, zone de travaux, zone de danger ou encore zone à risque sont les principales fonctions du service Coyote. Pour en profiter sur le grand écran de votre véhicule, il faut donc souscrire à l'offre Extend. Comme toujours, différentes tarifications sont proposées, incluant des offres avec et sans engagement.

Coyote Android Auto © Coyote
Crédit Coyote Group

Concernant la formule qui nous intéresse ici, comptez 11 euros par mois sans engagement et 120 euros pour un an de service. C'est plus cher que l'offre de base, et certains pourraient même dire que c'est finalement assez cher payé pour profiter de cette extension sur l'écran de son véhicule. En effet, selon Coyote, 56% de la communauté aurait réclamé l'arrivée de l'application sur Android Auto. En revanche, pas sûr que parmi ces 56%, beaucoup d'utilisateurs soient disposés à payer encore plus cher pour en profiter alors que la solution concurrente est disponible gratuitement.

Coyote Android Auto © Coyote
Crédit Coyote Group

D'ailleurs, quitte à parler de communauté, la société indique compter 5 millions d'éclaireurs au travers de l'Europe. On peine à en connaître le nombre réel d'utilisateurs actifs en France, mais en Europe, Coyote indique que ce serait 80% des utilisateurs qui sont actifs. Même si on sait que les éclaireurs de Coyote sont des utilisateurs dits « historiques » ou « avertis », avec l'arrivée des formules à la carte, il est d'autant plus complexe d'estimer le nombre d'abonnés actifs et réguliers qui plus est.

Nous avons quelques doutes sur le fait qu'ils atteignent le million en France là où Waze annonce 14 millions d'utilisateurs dans l'Hexagone !

Une intégration Android Auto réussie…

Ce test a été réalisé à bord d’une Honda Civic. Si ce véhicule dispose d'une interface multimédia quelque peu datée, surtout pour son système de navigation Garmin, nous lui reconnaissons une bonne stabilité. Celui-ci ne nous a jamais causé d'ennui avec l'interface Android Auto et les différentes applications utilisées.

Coyote Android Auto © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

L’écran principal de l'appli Coyote sur Android Auto ressemble d'assez près à l'interface du mode « carte » de l'application mobile. Ceux qui, comme nous, préfèrent le mode expert pour sa capacité à modéliser plus en amont les différents événements devront faire une croix dessus.
En tout cas pour l'instant. En effet, Coyote travaille à l'ajout de ce mode sur Android Auto. Tout comme à l'intégration des commandes vocales, absentes elles aussi de cette version. Une faiblesse, selon nous, à corriger d'urgence, surtout lorsqu'on sait que les systèmes Android Auto intègrent forcément un micro dans l'habitacle.

Coyote Android Auto © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

En l'état actuel des choses donc, on trouve sur la partie inférieure droite le traditionnel compteur qui vous indique la vitesse à respecter et la vitesse de votre véhicule. Une pastille ronde bordée d'un cercle vert quand tout va bien, mais qui vire au rouge si vous dépassez la vitesse légale. Tout à côté, sur la gauche, figurent les indications du nombre d'utilisateurs de Coyote sur votre portion de route ou bien autour de vous. On retrouve également le système de notation par étoiles qui renseigne, d'une certaine manière, sur la fiabilité du service. Si les trois étoiles sont noires, cela veut dire que vous avez peu d'éclaireurs qualifiés autour de vous et que vous risquez de ne pas être correctement informé des différents dangers.

Coyote Android Auto © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Plus les étoiles se remplissent de blanc et meilleure sera la qualité du service. Comme on peut le voir ci-dessus, l'alerte de rétrécissement de voie est bien présente à l'écran, là où le panneau nous l'indique.
Notre trajet international nous aura en tout cas permis de constater que le service de Coyote n'est pas aussi efficace au Portugal qu'il peut l'être en France.

Bon nombre d'événements n'ont pas été signalés, ce qui entraîne souvent des indications erronées de limitations de vitesse. Lorsque ces dernières sont liées à des travaux ou des événements temporaires, Coyote ne les répercute pas sur l'application. On ne dispose d'ailleurs pas de fonction pour signaler une erreur de limitation, ni même la présence d'une route fermée. Dommage.

D'autres erreurs sont à la charge de Here, le cartographe qui opère aux côtés de Coyote pour le fond de carte, les données et le guidage GPS.

Coyote Android Auto © David Nogueira
Coyote Android Auto © David Nogueira
Coyote Android Auto © David Nogueira
Coyote Android Auto © David Nogueira

Pour accéder au menu permettant de déclarer un événement, il faut tapoter une première fois sur l'écran tactile pour voir apparaître l'icône « Déclarer ». S'en suivent alors trois pages d'icônes correspondant aux différents signalements que vous pouvez partager sur l'appli. On regrette clairement l'absence des commandes vocales comme Coyote sait les faire sur ses boîtiers.

Toutefois, avec le temps on finit par connaître la disposition des icônes par cœur, et le signalement devient plus encore rapide que sur Waze (hors commandes vocales), puisqu'il n'est pas nécessaire de confirmer la bonne nature de l'alerte avant de l'envoyer. Cela peut parfois être un problème, d'ailleurs, en cas de fausse manipulation. Bref, c'est une affaire d'habitude.

Coyote Android Auto © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Bon point pour l'aspect communautaire en faveur de Coyote, qui propose un petit truc en plus absent de Waze : les déclarations sur la voie opposée. Cette option vient renforcer l'efficacité du service.

Enfin, même si l'essentiel y est, les options pour paramétrer le guidage sont assez sommaires. Mention spéciale pour le planificateur qui propose, une fois l'adresse de destination renseignée, trois itinéraires différents. Peu d'informations sont associées à chacun d'entre eux. C'est dommage, car en territoire parfaitement inconnu (ce qui n'était pas notre cas) vous pourriez avoir envie d'en savoir plus sur les itinéraires proposés. Par exemple, la différence de coût entre deux itinéraires comportant des péages et présentant des différences sur le nombre de kilomètres ou le temps du trajet.

Dans le cas précis du Portugal, entre les péages traditionnels et les portiques appelés « SCUTS » qui inondent les voies rapides, il est parfois préférable de savoir à quoi s'en tenir pour bien choisir. Parfois, rouler 10 minutes de plus suffit à économiser plusieurs euros sur les péages et cela, Coyote ne vous en parle pas… mais Waze oui.

Coyote Android Auto © David Nogueira
Coyote Android Auto © David Nogueira
Coyote Android Auto © David Nogueira
Coyote Android Auto © David Nogueira

… mais néanmoins perfectible

Et ce ne sont pas là que les seules améliorations que nous aimerions voir débarquer sur cette mouture Android Auto.

Là encore, en raison d'un affichage sommaire mais néanmoins bien lisible (c'est l'un des rares atouts pour la partie guidage), on ne trouve aucune indication de points d'intérêt autour de nous ou en chemin. Que vous conduisiez un véhicule thermique ou électrique, il ne faudra pas compter sur cette application de guidage pour vous afficher les bornes ou les stations-service à proximité. Pas même les aires de repos, d'ailleurs. Sur les très longs trajets, c'est pourtant une fonctionnalité vraiment pratique.

On pourra toujours se réconforter avec cette petite subtilité néanmoins très classique aujourd'hui qu'est l'affichage des sorties d'autoroutes, matérialisées par une vue présentant les voies et les panneaux… mais avec un réalisme imparfait. Là encore, on a vu mieux.

Coyote Android Auto © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Coyote sur Android Auto : notre verdict

Certains, parfois déçu par Waze qui n'est pas parfait en toutes situations, peuvent être tentés de prendre un abonnement Coyote. A ceux-ci, notre conseil est le suivant : contentez-vous de la version mobile à 8 € par mois sans engagement, ou 87 € par an. Il nous semble superflu de prendre la formule Extend donnant accès à Android Auto, qui engendre un surcoût qui n'est pas pertinent, ou en tout cas pas indispensable.

Autant prendre la version classique, puisque l'une des forces de l'application Coyote (en tout cas sur Android) est que celle-ci peut fonctionner en premier plan d'une autre application. Vous pourrez alors utiliser le GPS de votre auto (cela permet notamment de retrouver les indications sur une instrumentation numérique ou encore dans un affichage tête haute), ainsi que Waze en plein écran sur le smartphone et Coyote dans une version « réduite » sur l'écran du mobile.

Modifié le 03/08/2021 à 22h40
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
19
15
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Waze, Coyote et TomTom n’indiqueront plus certaines présences des forces de l’ordre à partir du 1er novembre
Les pneus « sans air » increvables Michelin Uptis ont été présentés à Munich
Quelle surprise ! Une étude montre que les conducteurs sont moins attentifs quand l'autopilote est activé
Volkswagen ID.4 : l'autonomie des différentes versions du SUV dévoilées
C'est un oiseau, c'est un avion ? Non, c'est un camping-car (solaire) !
Baidu commence à tester ses taxis autonomes Apollo Go à Shanghai
Les premiers pick-up Rivian R1T sortent enfin d'usine
Tesla bloque les réparations
Volkswagen ouvre un centre de recherche sur les cellules de batterie en Allemagne
Tesla Model Y : tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau SUV électrique
Haut de page