EHang nous dévoile son impressionnant taxi drone, qui a franchi l'étape des vols tests en Asie (Vidéo)

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 23 juin 2021 à 09h57

L'entreprise chinoise présentait cette année son véhicule aérien autonome électrique (AAV) à VivaTech. Baptisé « EHang 216AAV », il est le tout premier de son genre à avoir franchi le stade du prototype et à pouvoir prétendre à la commercialisation.

Le taxi drone de la société EHang était sans aucun doute l'une des attractions majeures de l'édition 2021 de VivaTech. Forcément, l'appareil nommé EHang 216AAV (ou EH216 dans sa version raccourcie) a piqué notre curiosité, et ce d'autant plus qu'il n'en est plus au stade du prototype. Le petit aéronef, qui peut embarquer deux passagers, a même réalisé avec succès plusieurs vols tests en Chine, son marché d'origine, mais aussi en Corée du Sud ou, au début du mois de juin, au Japon. Présentation.

Une vitesse de croisière de 130 km/h

Le EHang 216AAV est donc le tout premier drone de la planète à décollage et atterrissage verticaux, ou taxi drone, entièrement autonome et électrique à tutoyer l'entrée en fonction imminente, grâce à des expérimentations de vols attribuées en Asie, mais aussi dans certains pays d'Europe ou d'Amérique du Nord comme l'Autriche, la Norvège, les États-Unis et le Canada.

D'une hauteur de 1,77 mètre et d'une largeur de 5,61 mètres, l'aéronef aux 16 hélices peut transporter deux passagers sur une distance pouvant atteindre les 35 kilomètres lorsque sa charge utile atteint son maximal, soit 220 kg. La charge utile comprend ainsi les passagers et leurs bagages, qui se rangent dans un petit coffre situé à l'arrière de l'appareil. À l'intérieur, les sièges sont plutôt confortables et un écran nous renseigne sur la vitesse et la position du taxi drone notamment.

Voici la bête et ses 16 pattes (© Alexandre Boero pour Clubic)
Voici la bête et ses 16 pattes (© Alexandre Boero pour Clubic)

En outre, le EH216 de la firme de Guangzhou peut atteindre une vitesse de croisière de 130 km/h. Sa rapidité et son autonomie lui permettent d'envisager d'assurer diverses missions : du simple transport de passagers au survol touristique, en passant par le soutien logistique et l'aide médicale.

L'appareil de EHang se base sur les technologies mobiles 4G et 5G pour communiquer avec le centre de commande et de contrôle, avec un contrôle à distance de l'appareil, autonome rappelons-le, et en temps réel.

L'une des 16 hélices du taxi drone (© Alexandre Boero pour Clubic)
L'une des 16 hélices du taxi drone (© Alexandre Boero pour Clubic)

Un lancement commercial imminent en Asie

La particularité du EHang 216AAV réside dans le fait qu'il ne s'agit pas d'un prototype, mais bien d'un modèle de série, dans lequel nous avons pu embarquer à VivaTech, même si celui-ci est évidemment resté sagement sur son stand, provoquant l'admiration des milliers de visiteurs du salon.

« Il s'agit d'une production en série et elle est déjà opérationnelle sur notre marché intérieur en Chine. Nous sommes maintenant passés à l'international et nous sommes très heureux d'être ici à VivaTech, où il y a tant d'intérêts et d'enthousiasme pour notre drone », a réagi à notre micro Andreas Perotti, Directeur marketing de EHang pour l'Europe.

L'écran intérieur est assez intuitif (© Alexandre Boero pour Clubic)

Alors, l'appareil électrique, dont l'exploitation commerciale pourrait démarrer dans les prochaines semaines ou mois en Asie, est-il réservé aux élites ou à certains privilégiés ? EHang nous assure que non. « Nous voulons rendre le vol abordable et possible pour tout le monde, parce que nous en avons tous marre de perdre du temps dans les transports et dans le trafic, notamment à Paris, où vous êtes habitué à ça », a lancé Andreas Perotti. « Alors pourquoi perdre deux heures sur la route lorsque vous pouvez faire votre trajet en 10 minutes de vol ? », nous a-t-il demandé.

EHang, fondé en 2014 par Huazhi Hu, ne cache pas son ambition. Désormais, son président et fondateur souhaite que ses AVV volent partout dans le monde. Rappelons que du côté du Vieux Continent, l'Agence européenne de la sécurité aérienne verrait bien les taxis volants débarquer sous trois à cinq ans, idéalement en marge des Jeux olympiques de Paris 2024.

© Alexandre Boero pour Clubic
Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
fredolabecane

Ben ça va être quelque chose quand on va en prendre un sur la tête!, puis planquez-vous quand il va atterrir, les hélices dans les pattes ça doit faire mal. Cet engin n’aura jamais d’autorisation de voler sur une ville. Sinon a par ça c’est très impressionnant!

xryl

Pourquoi n’aurait-il pas l’autorisation ? Si il est certifié comme un hélicoptère, il aura autant l’autorisation qu’un autre appareil. La certification justement ne prend pas en compte les critères de l’origine ou du design de l’appareil mais des normes de sécurité, de la fiabilité du système et des redondances, etc… S’il n’est pas certifié comme un hélicoptère, mais comme un ULM (c’est à dire qu’il vole toujours en dessous de 150m du sol) alors, c’est encore plus simple. Il y a fort à parier qu’ils auront à caréner les hélices (avec un grillage léger) pour ça, mais c’est tout à fait envisageable.

Ayetek

Dévoile ? Il y a déjà eu des vidéos autour de cet engin il y a longtemps.

J’ai d’ailleurs vu cet engin samedi au salon VivaTech.

fredolabecane

Certes, mais va falloir une sacré infrastructure, sans compter la gestion de tous ces « volatiles » quand il y en aura plein dans les airs…je suppose bien sûr qu’ils vont communiquer entre eux pour éviter les collisions. Par contre un « accident » ou une panne pourrait avoir des conséquences autrement plus grave que sur la route.

james2048

Peut etre est il temps de se lancer dans la fabrication de petits parachutes pour être prêt à les commercialiser le moment venu? Qui est opé ? :stuck_out_tongue:

KlingonBrain

Par contre, vu la position des hélices, il ne faudra pas être trop pressé de sortir.

Space_Boy

non mais, encore un truc de science-fiction. En 10 min au lieu de 2h, oui, si vous êtes le SEUL en drone. Mais si tu as des centaines d’autres drones-taxi, il y aura un bouchon dans le ciel.

Quid la pollution acoustique, danger pour les oiseaux, pietons, etc… ?

Nah, en ville, je ne vois pas ça arriver avant des dizaines d’années.

Mais techno sympa sans doute.

xryl

Simplement parce que, quand tu gagnes une dimension supplémentaire tes problèmes s’envolent (si j’ose dire). Prenons la loi d’aujourd’hui: il doit voler à moins de 150m. Disons qu’on se réserve 5m de marge autour du bouzin, donc il y a maintenant l’équivalent de 30 couches (150/5) de passage en plus pour la ville, c’est comme si tu créais, d’un coup, 30 nouvelles artères/boulevard/avenue par avenue existante. Autant dire que ça va sacrément alléger les bouchons…

Tout ça, en considérant que le système est safe (ce qui n’est pas garanti) et que l’on garde les même distances de sécurité qu’avec les voitures (ce qui n’est pas garanti non plus). Mais même en triplant les distances de sécurité, c’est quand même très très bénéfique pour la circulation.

Par contre, la pollution acoustique… C’est aussi 30x plus, comme tu dis. Bienvenue dans une ruche de bourdons!

kakek

Ben justement, les vols en hélicoptère au dessus de paris sont super règlementés.
C’est pour ca qu’actuellement tu n’en voit pas tant que ca.

si il y a des autorisations, elle seront probablement super limitées et cadréess.

remy9991

cela ne sera jamais autorisé dans une capitale occidentale.

le premier hacker venu pourra faire un carnage en se crashant sur une avenue…