EHang nous dévoile son impressionnant taxi drone, qui a franchi l'étape des vols tests en Asie (Vidéo)

23 juin 2021 à 09h55
10

L'entreprise chinoise présentait cette année son véhicule aérien autonome électrique (AAV) à VivaTech. Baptisé « EHang 216AAV », il est le tout premier de son genre à avoir franchi le stade du prototype et à pouvoir prétendre à la commercialisation.

Le taxi drone de la société EHang était sans aucun doute l'une des attractions majeures de l'édition 2021 de VivaTech. Forcément, l'appareil nommé EHang 216AAV (ou EH216 dans sa version raccourcie) a piqué notre curiosité, et ce d'autant plus qu'il n'en est plus au stade du prototype. Le petit aéronef, qui peut embarquer deux passagers, a même réalisé avec succès plusieurs vols tests en Chine, son marché d'origine, mais aussi en Corée du Sud ou, au début du mois de juin, au Japon. Présentation.

Une vitesse de croisière de 130 km/h

Le EHang 216AAV est donc le tout premier drone de la planète à décollage et atterrissage verticaux, ou taxi drone, entièrement autonome et électrique à tutoyer l'entrée en fonction imminente, grâce à des expérimentations de vols attribuées en Asie, mais aussi dans certains pays d'Europe ou d'Amérique du Nord comme l'Autriche, la Norvège, les États-Unis et le Canada.

D'une hauteur de 1,77 mètre et d'une largeur de 5,61 mètres, l'aéronef aux 16 hélices peut transporter deux passagers sur une distance pouvant atteindre les 35 kilomètres lorsque sa charge utile atteint son maximal, soit 220 kg. La charge utile comprend ainsi les passagers et leurs bagages, qui se rangent dans un petit coffre situé à l'arrière de l'appareil. À l'intérieur, les sièges sont plutôt confortables et un écran nous renseigne sur la vitesse et la position du taxi drone notamment.

EHang 2016AAV © Alexandre Boero pour Clubic
Voici la bête et ses 16 pattes (© Alexandre Boero pour Clubic)

En outre, le EH216 de la firme de Guangzhou peut atteindre une vitesse de croisière de 130 km/h. Sa rapidité et son autonomie lui permettent d'envisager d'assurer diverses missions : du simple transport de passagers au survol touristique, en passant par le soutien logistique et l'aide médicale.

L'appareil de EHang se base sur les technologies mobiles 4G et 5G pour communiquer avec le centre de commande et de contrôle, avec un contrôle à distance de l'appareil, autonome rappelons-le, et en temps réel.

EHang 216AAV hélice © Alexandre Boero pour Clubic
L'une des 16 hélices du taxi drone (© Alexandre Boero pour Clubic)

Un lancement commercial imminent en Asie

La particularité du EHang 216AAV réside dans le fait qu'il ne s'agit pas d'un prototype, mais bien d'un modèle de série, dans lequel nous avons pu embarquer à VivaTech, même si celui-ci est évidemment resté sagement sur son stand, provoquant l'admiration des milliers de visiteurs du salon.

« Il s'agit d'une production en série et elle est déjà opérationnelle sur notre marché intérieur en Chine. Nous sommes maintenant passés à l'international et nous sommes très heureux d'être ici à VivaTech, où il y a tant d'intérêts et d'enthousiasme pour notre drone », a réagi à notre micro Andreas Perotti, Directeur marketing de EHang pour l'Europe.

EHang 216AAV écran © Alexandre Boero pour Clubic
L'écran intérieur est assez intuitif (© Alexandre Boero pour Clubic)

Alors, l'appareil électrique, dont l'exploitation commerciale pourrait démarrer dans les prochaines semaines ou mois en Asie, est-il réservé aux élites ou à certains privilégiés ? EHang nous assure que non. « Nous voulons rendre le vol abordable et possible pour tout le monde, parce que nous en avons tous marre de perdre du temps dans les transports et dans le trafic, notamment à Paris, où vous êtes habitué à ça », a lancé Andreas Perotti. « Alors pourquoi perdre deux heures sur la route lorsque vous pouvez faire votre trajet en 10 minutes de vol ? », nous a-t-il demandé.

EHang, fondé en 2014 par Huazhi Hu, ne cache pas son ambition. Désormais, son président et fondateur souhaite que ses AVV volent partout dans le monde. Rappelons que du côté du Vieux Continent, l'Agence européenne de la sécurité aérienne verrait bien les taxis volants débarquer sous trois à cinq ans , idéalement en marge des Jeux olympiques de Paris 2024.

EHang 216AAV face © Alexandre Boero pour Clubic
© Alexandre Boero pour Clubic
Modifié le 23/06/2021 à 09h57
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
9
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

DHL s'équipe d'avions électriques pour se lancer dans des livraisons à basses émissions
Twitter lance un système de bug bounty pour les internautes qui décèleraient les biais de son algorithme
Le taxi volant électrique de Joby Aviation parcourt 240 kilomètres, un record
Intrinsic : le nouveau jouet de Google spécialisé dans le logiciel destiné aux robots industriels
Un robot crée une superbe fresque Super Mario en domino en 24 heures
Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Haut de page