Avec son chargeur miniature, puissant, et son nitrure de gallium, le Français Wise Integration jette au placard le silicium

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 31 mai 2024 à 09h02
Une batterie de vélo électrique avec les technologies miniaturisées de Wise Integration © Alexandre Boero / Clubic
Une batterie de vélo électrique avec les technologies miniaturisées de Wise Integration © Alexandre Boero / Clubic

Start-up française issue du CEA-Leti, Wise Integration a développé une technologie permettant de miniaturiser de puissants chargeurs, par exemple destinés aux vélos électriques. Et elle le fait en se passant du silicium, moins bon pour la planète.

Cela fait quatre ans désormais que Wise Integration travaille à la création de chargeurs plus petits, plus efficaces énergétiquement et générant moins de chaleur que ceux au silicium. La jeune entreprise y parvient aujourd'hui, en ayant remplacé le silicium par des semi-conducteurs au nitrure de gallium (GaN). À VivaTech, nous avons découvert une batterie de vélo électrique alimentée par les technologies de Wise Integration.

Wise Intégration équipe des vélos électriques avec ses chargeurs ultra-compacts

Wise Integration, start-up de la Deeptech française, est spécialisée dans la fabrication de composants électroniques à base de nitrure de gallium (GaN). Ce matériau, relativement nouveau, remplace le silicium dans ce qui est chargeur, alimentation de puissance AC/DC. Les puces de Wise sont fabriquées chez le géant taïwanais, TSMC.

La jeune entreprise brille grâce à deux innovations : un composant à base de nitrure de gallium et un logiciel embarqué dans un micro contrôleur. Wise Integration met ici au point des chargeurs compacts, puissants et vertueux.

« Grâce à cette compacité, nous avons fabriqué le premier chargeur intégré dans une batterie de vélo électrique », nous dit Rym Benaboud Hamoumou, cofondatrice et directrice marketing de Wise Integration. L'entreprise a d'ailleurs noué un partenariat avec le groupe industriel Savoy, pour équiper ses vélos à assistance électrique « Cocotte » d'un chargeur en GaN, directement intégré à la batterie du vélo. Très petit, le chargeur de 150 watts s'insère sans mal dans la batterie.

Un chargeur de Wise Integration © Alexandre Boero / Clubic © Alexandre Boero / Clubic
Un chargeur de Wise Integration © Alexandre Boero / Clubic © Alexandre Boero / Clubic
Ce même chargeur, mais retourné © Alexandre Boero / Clubic

Wise-Integration parvient à éliminer des composants physiques, en les remplaçant par du logiciel

Le nitrure de gallium est hautement intéressant en ce qu'il possède des propriétés qui vont améliorer les capacités finales du système. Avec son micro contrôleur, Wise Integration élimine des composants physiques, alors remplacés par du software (logiciel). « Nous arrivons à faire des chargeurs très compacts et efficaces, parce que nous avons moins de matière par rapport aux chargeurs traditionnels », explique Rym Benaboud Hamoumou.

L'utilisateur a l'avantage de pouvoir charger sa batterie de vélo électrique depuis n'importe où. « On n'a plus besoin de transporter son chargeur très lourd dans son sac ». Il y a aussi un argument économique, et non des moindres. « Notre chargeur embarqué ne coûte pas plus cher qu'un chargeur externe avec une batterie électrique. »

Wise Integration ne vend pas le chargeur mais bien les composants électroniques. L'un de ces composants, le WiseWare, est un micro contrôleur intégré dans un MCU 32 bits. Il est le vrai cerveau du système, qui vient piloter le chargeur.

Aujourd'hui, Wise Integration exerce en grande partie sur le secteur de l'eMobilité. Mais elle dispose aussi d'applications de ses technologies pour des serveurs à destination de centres de données, ou dans le domaine des véhicules électriques.

Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
promeneur001

Cette technologie est bien répandue pour les chargeurs de téléphones qui sont beaucoup plus compactes.

Baxter_X

Sans Silicium?
De plus, les chargeur de téléphone sont compacts mais est ce la même technologie?

Kriz4liD

Qui appel son produit cocotte ? C’est un vélo électrique !

xryl

Oui. Ça existe depuis plusieurs années (5 ans je dirais, c’est l’entreprise Anker puis Apple qui l’ont fait en premier). L’idée d’avoir un AC/DC dans la batterie de vélo, je trouve ça idiot. Même si c’est plus léger, trimballer du poids inutile pour un vélo, c’est bête.

max6

Je dirais aussi que cela n’a rien de « vertueux » puisqu’il faut jeter le chargeur en même temps que la batterie. S’il est si petit pourquoi ne pas l’intégrer au vélo entre la prise t la batterie ? ce serait plus « vertueux » non?

Nmut

Il faudrait toujours avoir le vélo à coté de la prise pour charger, donc le monter chez toi ou dans ton bureau! :stuck_out_tongue: La batterie tu es obligé de la transporter pour la charger.

Bestdoud

J’ai bien compris quelle partie est remplacée par du logiciel
J’aurais aimé plus de détails

max6

pas si c’est un module accolé à la batterie mais n’en faisant pas partie intégrante. Alors on peut choisir de charger sur place ou l’emmener avec la batterie pour recharger. Mais il ne me semble pas « vertueux » de l’intégrer à la batterie à l’heure ou on demande de rendre réparable facilement les choses. Surtout que finalement un module fixé à la batterie ne suppose pas des dépenses supplémentaires énormes par rapport à une intégration complète.

olivier.corrio

La partie commande du hacheur est commandée par le microcontrôleur, certainement un STM32. L’avantage est que le régulateur PID est plus facilement réglable en dynamique avec aussi des comportements non linéaires. Impossible a faire en analogique.

Anne-Onyman

C’est bien dommage et peu vertueux de jeter la batterie d’un vélo électrique… Je connais en France une petite boîte qui sait très bien les réparer en ne changeant que les cellules abîmées. Après ça la batterie repart aussi performante qu’avant…