Bruxelles autorise l’aide "ultime" à la restructuration de Bull

Par
Le 01 décembre 2004
 0

L’Etat français va pouvoir débloquer 517 millions d’euros supplémentaires pour soutenir le plan de restructuration du groupe informatique Bull.

L'Etat français va pouvoir débloquer 517 millions d'euros supplémentaires pour soutenir le plan de restructuration du groupe informatique 98.

L'exécutif européen a signalé mercredi 1er décembre 2004 avoir autorisé l'Etat français à verser une nouvelle aide à la société informatique Bull.

Notifiée à Bruxelles par le gouvernement français en février dernier, cette aide "ultime" à la restructuration ne devra pas être versée avant que ne soit remboursée l'aide au sauvetage déjà accordée en 2001 et 2002.

Dans tous les cas, la nouvelle aide d'un montant de 517 millions d'euros ne sera pas versée avant le 31 décembre prochain.

"Malgré ce montant important", l'exécutif européen estime que les règles du Traité CE imposant que les aides d'Etat "ne créent pas de distorsions de concurrence indues" sont respectées. En bref, 17, HP et Sun, les ténors américains du serveur n'ont pas de soucis à se faire.

Pour Bull, la Commission européenne estime "le retour à la viabilité suffisamment garanti". En échange du versement de l'aide, le groupe informatique devra assurer "le versement à l'Etat français de 23,5% de son résultat courant avant impôts pendant une période de huit ans à compter de 2005. "

Le plan de restructuration basé sur la réduction des effectifs, la réduction des frais généraux, et le recentrage sur les points forts de l'entreprise (serveurs propriétaires GCOS, nouvelle gamme de serveurs ouverts, services informatiques liés) va-t-il permettre à Bull de se relever ?

Bull a été contraint de céder des actifs dès 1999. La crise des valeurs technologiques, du secteur de l'Internet et des télécoms en 2001 a plombé l'entreprise.

Le chiffre d'affaires de Bull a atteint 565,7 millions d'euros au premier semestre 2004, contre 642,4 millions au premier semestre 2003, "en ligne avec les prévisions tenant compte d'un contexte encore difficile pour le groupe."
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top