Le projet Liberty Alliance veut fédérer l’identité numérique

Ariane Beky
28 octobre 2004 à 00h00
0
Lors du Digital World ID 2004 de Denver, les représentants du projet Liberty Alliance ont présenté leur stratégie en matière d'identité réseau fédérée.

A l'occasion du salon Digital World ID 2004 à Denver, Colorado, les représentants du Liberty Alliance Project (www.projectliberty.org) ont rappelé les ambitions du consortium dans le domaine globalisé de l'authentification.

Consortium international regroupant 150 membres, multinationales, organisations gouvernementales et associations, le projet Liberty Alliance se consacre au développement et à la promotion d'un standard ouvert pour "l'identité réseau fédérée".

En théorie, une telle identité est gérée par une autorité de certification indépendamment des opérateurs et/ou des fournisseurs de services. En gros, cette identité numérique unique doit permettre au consommateur d'être reconnu d'un service à l'autre.

Cette identité remplacerait l'identification par mots de passe "trop vulnérables aux attaques" notamment dans les services en ligne, selon Michael BARRETT, Président du projet Liberty Alliance et VP en charge de la stratégie Internet d'American Express.

Les membres du projet Liberty Alliance travaillent à l'heure actuelle sur un modèle "d'authentification forte" qui soit à la fois "économique, pratique et applicable à l'ensemble des réseaux et des terminaux actuels et émergents (interopérabilité)".

L'Alliance s'intéresse tout particulièrement à la réduction des risques, en particulier l'usurpation d'identité à travers le "phishing" (attirer par le biais du spam des internautes sur un site plagié afin d'obtenir leurs numéros de carte de crédit.)

The Liberty Alliance Project regroupe des entreprises des secteurs des télécoms, de la high-tech, des services financiers et de l'industrie. Le projet s'appuie sur un comité exécutif composé des sociétés : American Express, AOL, Ericsson, Fidelity Investments, France Télécom, GM, HP, , Intel, Nokia, , NTT DoCoMo, Sony, Sun, Verysign et Vodafone.

L'Alliance compte également parmi ses membres la très française ADAE (Agence pour le développement de l'administration électronique) et la société Gemplus, numéro un mondial du marché de la carte à puce.
Modifié le 20/09/2018 à 15h40
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Allongé et endormi
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
Données personnelles : Facebook menace de retirer ses réseaux sociaux d'Europe !
scroll top