Pour analyser des morceaux d'astéroïde, cet instrument vient tout droit du Vatican !

Eric Bottlaender
Par Eric Bottlaender, Spécialiste espace.
Publié le 18 septembre 2023 à 17h30
Mosaïque de photographies montrant l'astéroïde Bennu, dont des échantillons sont en route vers la Terre. © NASA/Goddard/University of Arizona
Mosaïque de photographies montrant l'astéroïde Bennu, dont des échantillons sont en route vers la Terre. © NASA/Goddard/University of Arizona

Alléluia ! La capsule contenant les échantillons de l'astéroïde Bennu devrait se poser sur Terre dimanche 24 septembre. L'un des chercheurs de l'équipe scientifique principale, qui a conçu un dispositif de très haute précision, n'est autre qu'un frère jésuite ! Il travaille en Arizona pour l'Observatoire du Vatican.

Lorsque les échantillons de la mission OSIRIS-REx vont se poser dimanche prochain en Utah, ils seront transférés au sein même de leur capsule dans les laboratoires de l'Université de l'Arizona. C'est là, dans ces salles blanches, dans des containers à atmosphère contrôlée que les équipes scientifiques pourront observer de leurs yeux la récolte prélevée sur l'astéroïde Bennu.

Et pour mesurer leur volume ainsi que leur porosité, l'un des premiers instruments à les caractériser sera un pycnomètre de précision à gaz… Conçu et assemblé par le frère Robert J. Macke, de l'Observatoire du Vatican. Qui est un chercheur de renom, spécialiste des astéroïdes et « un peu bricoleur » à ses heures perdues.

Bennu revient, Bennu revient parmi les siens

Pour pouvoir impressionner belle-maman au prochain repas de famille, un pycnomètre à gaz est un instrument qui donne le volume exact d'un objet et son éventuelle porosité, en le plaçant dans une chambre étanche et en utilisant le volume d'un gaz, que l'on détend ensuite dans une deuxième chambre (voir vidéo ci-dessous).

Un procédé qui n'est pas si exotique, mais que les chercheurs n'ont pas l'habitude de pratiquer lorsque l'instrument lui-même doit être isolé de façon à ce que les échantillons ne quittent à aucun moment une atmosphère protégée, comme ceux de l'astéroïde Bennu !

Il n'existe pas de matériel « sur étagère » pour pratiquer la mesure dans ces conditions, raison pour laquelle par exemple, le test n'a pas été mené dans un premier temps sur les échantillons de l'astéroïde Ryugu. Robert J. Macke, spécialiste de l'Observatoire du Vatican, a donc pris le problème à bras le corps et conçu directement un pycnomètre compatible, qui est à présent assemblé à l'Université de l'Arizona et attend les échantillons de Bennu. En bonus la NASA n'a rien eu à payer, l’Église et ses serviteurs jésuites ayant fait vœu de pauvreté.

Un pycnomètre averti en vaut deux

Créé dans les années 30, l'Observatoire du Vatican détient environ 1 200 météorites rassemblées de nombreux points du globe. Robert J. Macke, qui est américain, a rejoint les ordres et est devenu jésuite alors qu'il faisait sa thèse en astrophysique, qu'il a finalement terminée dans les locaux papaux.

© Robert J. Macke
© Robert J. Macke

Ses mesures, en particulier autour de la pycnométrie, lui ont assuré une place dans l'équipe scientifique qui traitera la récolte d'OSIRIS-REx. Si tout s'est bien passé, les laboratoires auront fort à faire, il est estimé que l'instrument TAGSAM a pu embarquer plusieurs centaines de grammes de la surface de Bennu. On aura la réponse bien vite, si la capsule se pose correctement à la fin de la semaine.

Source : Mashable

Par Eric Bottlaender
Spécialiste espace

Je suis un "space writer" ! Ingénieur et spécialisé espace, j'écris et je partage ma passion de l'exploration spatiale depuis 2014 (articles, presse papier, CNES, bouquins). N'hésitez pas à me poser vos questions !

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (9)
Pck

Fallait oser le refrain « Bennu… » ! :slight_smile:
Comme quoi « les voies de l’exploration spatiale sont… » parfois surprenantes !
Qui aurait pu imaginer le Vatican avec des jésuites férus de l’espace, un observatoire, une collection de 1000 objets célestes heu tombés du ciel …
Pourquoi pas ? et en plus c’est utile :slight_smile:
ps: la vidéo est Top (concept super clair) et Robert J. Macke tout en modestie et partage :slight_smile:

ovancantfort

C’est une longue tradition. Le premier a avoir formulé et mis en équations une théorie d’un univers en expansion issu d’une singularité (plus tard appelée théorie du big bang) est Georges Lemaitre, un prêtre catholique astrophysicien.

bizbiz

Et le 22 septembre, un débris du Vatican va atterrir à Marseille :upside_down_face: !

… Bon ok! C’est de mauvais goût mais c’était trop tentant :grin: .

Pck

Tout ce qui est ramené de l’espace est conservé et manipulé en enceinte close?

Déjà pas les tranporteurs et lanceurs (ni les OVNI pas plus que les cosmonautes. …). Pas les météorites ou bolides qui sont déjà contaminés lors de leur entrées dans l’atmosphère et une fois sur terre le temps qu’on les trouve?
Probablement seuls les retours récents de Lune, Mars et astéroïdes dont d’ailleurs la taille facilite le stockage protégé et la manipulation en BàG?
Protection température, lumière, pression, radiations, classification… ?
Y a sûrement un business là ?

ebottlaender

Dans un premier temps, oui, en enceinte close, salle blanche et atmosphère controlée. C’est si précieux qu’on étudie même les gaz présents dans la capsule.
Ensuite on divise les échantillons, certains seront gardés dans de l’azote en atm. contrôlée durant quelques décennies, d’autres sont étudiés au maximum dans les conditions de préservation idéales… Puis des observations plus poussées, et certains sont même poussés jusqu’aux examens destructifs comme dilution de grains dans l’eau, tranches au microscope etc.

Zimt

Du moment qu’ils n’y trouvent pas du bois fossilisé :slight_smile:

Pck

@ebottlaender Prochain Article sur le parcours d’un échantillon de Mars ? :slight_smile:

Pck

Ce jour là, ce seront des échantillons de Terre emmenés ailleurs :slight_smile:

Pck

. La capsule d’OSIRIS-REx s’est posée dans le désert de l’Utah avec 3 minutes d’avance sur l’horaire prévu.