Deux-tiers des entreprises britanniques ont été victimes de piraterie informatique

Par Ariane Beky
le 30 août 2001 à 00h00
0

En 2000, la majorité des entreprises du Royaume-Uni auraient été victimes de fraudes en ligne et de délits informatiques, selon une étude publiée par la CBI.

En 2000, la majorité des entreprises du Royaume-Uni auraient été victimes de fraudes en ligne et de délits informatiques, selon une étude publiée par la CBI.

Deux tiers des entreprises britanniques déclarent avoir été les victimes de piraterie informatique en 2000. Ces fraudes regroupent : l'intrusion dans les systèmes informatiques, les virus, et l'escroquerie à la carte bancaire.

L'étude « Cybercrime 2001 » a été réalisée par l'agence gouvernementale d'enquête sur la fraude (The Fraud Advisory Panel) en collaboration avec la Confederation of British Industry (CBI), le cabinet PriceWaterHouseCoopers et l'université Nottingham Trent.

Selon l'enquête publiée mercredi par la CBI, seules 32% des 150 entreprises interrogées estiment que la vente en ligne de leurs produits à destination des particuliers est sûre (Business to Consumer).

Néanmoins, la majorité d'entre elles (53%) se disent confiantes en ce qui concerne la vente sur Internet BtoB (inter-entreprises).

Pour les compagnies britanniques, les pirates informatiques représentent le principal danger. Ils sont les auteurs de 45% des délits enregistrés, dont 13% par d'anciens salariés de l'entreprise et 11% par des employés en fonction.

Malgré tout, 69% des entreprises interrogées jugent la perte financière « négligeable », mais craignent que leur « réputation » soit ternie, et leur crédibilité entamée.

Digby JONES, Directeur général de la CBI conclut :

« Cette étude montre que les craintes concernant l'atteinte à la réputation de l'entreprise et dans une moindre mesure le risque de pertes financières, freinent la croissance du commerce en ligne spécialement pour le BtoC ».

Le Directeur de la CBI souhaite que le gouvernement britannique mette en place une agence nationale destinée à lutter contre le cybercrime, comme l'IFCC (Internet Fraud Complaint Center) aux Etats-Unis.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Sono Sion, la voiture électrique rechargeable à l'énergie solaire, sera construite dans des usines suédoises
L'app e-santé Google Fit est disponible sur iOS
Airbnb veut produire des émissions pour inviter les voyageurs... au voyage
Démonté sur YouTube, le Huawei P30 montre son zoom périscopique
5G : Theresa May ignore les États-Unis et autorise Huawei (partiellement)
Tesla accuse une perte nette de 700 millions dans ses résultats financiers du 1er trimestre
Honor perd un prototype dans un train en Allemagne et offre 5000 € pour son retour
Comparatif 2019 : quel est le meilleur vidéoprojecteur ?
🎯 French Days 2019 : plus que quelques heures avant le Black Friday à la française !
Apex Legends : EA cesse de payer les streamers, les diffusions baissent de 75% sur Twitch
 Ford investit 500 millions dans Rivian : un nouveau véhicule électrique en approche
Peu avant sa sortie, Days Gone annonce déjà son premier DLC (mais il est gratuit)
Microsoft publie d'excellents résultats trimestriels, encore une fois portés par le cloud
Le design des Google Pixel 3a a fuité et surprise... vous n’allez pas être surpris !
Apple : les claviers de MacBook désormais réparés en une journée ouvrée ?
scroll top