Pertes plus faibles que prévues pour T-Online

0
T-Online affiche une déficit d'exploitation plus faible que prévu pour le deuxième trimestre à 56,9 millions d'euros, contre une perte de 65,2 millions attendue

Le paysage semble s'éclaircir un peu pour T-Online même si ses comptes restent déficitaires.
Le premier fournisseur européen de services internet, filiale de Deutsche Telekom a annoncé mercredi au titre du deuxième trimestre un déficit brut d'exploitation plus faible que prévu, de 56,9 millions d'euros alors que les prévisions réalisées par Reuters auprès d'analystes laissaient envisager un EBITDA (résultat avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) négatif de 65,2 millions d'euros (et contre une perte supérieure, de 66,4 millions enregistrée au premier trimestre).

T-Online a également annoncé pour le 2e trimestre une hausse du chiffre d'affaires de son portail, c'est-à-dire les revenus générés par le commerce électronique et la publicité sur ses sites internet, à 36,6 millions d'euros contre 31,3 millions au 1er trimestre.

Le chiffre d'affaires du portail a progressé malgré le ralentissement traditionnel dans ce secteur au 2e trimestre, quand les internautes consacrent généralement moins de temps à surfer sur la toile au profit des loisirs estivaux.

La société indique chercher à doper le chiffre d'affaires de son portail pour devenir moins dépendante de ses services d'accès à internet, où la marge est faible.

Après avoir, dès le début de l'année, pris des mesures visant à accroître sa rentabilité en réduisant ses effectifs de 10% et en supprimant son forfait d'accès illimité à Internet, le groupe compte atteindre les objectifs qu'il s'était fixé en mai soit un Ebitda positif pour 2002 pour l'Allemagne, et pour 2003 au niveau du groupe.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Vivendi Universal et Warner Music accusés d’entente illégale
Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Les start-up internet boudées par le capital-risque américain
Le point sur les licenciements aux Etats-Unis
Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Vivendi Universal et Warner Music accusés d’entente illégale
Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Le point sur les licenciements aux Etats-Unis
Les start-up internet boudées par le capital-risque américain
Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Haut de page