Plurk vs MSN China : Microsoft s'excuse du plagiat

16 décembre 2009 à 10h38
0
0118000002675756-photo-plurk-msn-club.jpg
Hier, la startup Plurk expliquait sur son blog officiel que son service de micro-blogging avait de toute évidence été plagié par Microsoft et plus précisément pour son service MSN Club China. Plurk y avait ainsi retrouvé près de 80% de son code source pour un produit doté d'une interface très similaire. Alertée, la firme de Redmond répond quelques heures plus tard via un communiqué de presse. Microsoft décide de fermer le site Internet en attendant qu'une enquête puisse être menée à bien le plus vite possible.

Quelques heures plus tard Microsoft explique que l'application incriminée est baptisée Juku et fut développée par un éditeur tierce pour le compte de MSN China dans le cadre d'un accord entre les deux parties. « L'éditeur a reconnu qu'une portion du code fourni à MSN avait bien été copiée. Il s'agit clairement d'une violation du contrat avec MSN China », déclare Microsoft. La firme présente également ses excuses au développeur de Plurk. « De toute évidence nous sommes très déçus mais assumons entièrement notre responsabilité dans cette situation », ajoute Microsoft. Le service Juku reste fermé pour un temps indéfini.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Pour ou contre : la Nintendo Switch Lite est-elle (vraiment) une bonne idée ?
scroll top