L'Atelier des Médias (2.0) : quand le mur tombe entre blogueurs et journalistes

Par Matthieu Dailly
le 30 octobre 2009 à 17h39
0
0096000002559866-photo-cadeau.jpg
Maj 3 - L'année 2009 aura été riche en anniversaires. L'atelier des médias vient tout juste de fêter ses 2 ans, la Tour Eiffel fête ses 120 ans, il y a 20 ans que le Mur de Berlin est tombé, et NetEco est né il y a une décennie. Sans compter « les oubliés ». Ironie du sort : à défaut d'avoir marquée le début des « temps modernes », 2009 apparaitra peut-être dans les mémoires comme une année « charnière ». Année de crise, dernière année de NetEco (rien ne disparaît, rien ne se crée. Tout se transforme), date d'émancipation d'une nouvelle forme de médiatisation « coopérative »; 2009 serait-elle LA date du renouveau?

C'est ce que semblaient croire et espérer la plupart des invités, jeudi 29 octobre 2009, à la Cantine (Paris). L'atelier des médias, une Web émission « participative », diffusée sur la radio RFI (40 millions d'auditeurs dans le monde), y fêtait ses deux années d'existence. Nombre de journalistes, blogueurs et autres, étaient invités à se demander « à quoi pourraient bien ressembler les médias dans deux ans? ». Car, c'est la crise au sein des rédactions : budgets serrés, coupes sombres dans les effectifs, lectorat en baisse... Certains diront que le Net y est pour quelque chose. « Bien sûr » diront les autres, excités par de nouveaux horizons.

00C8000002559868-photo-l-atelier-des-m-dias.jpg
Parmi les idées abordées, hier, au cours de l'émission anniversaire de l'Atelier des Médias, il y avait l'injustice qui consiste à dissocier les blogueurs des journalistes professionnels. Et c'est vrai. De quel droit? Pourquoi ne pas abattre les murs? Comme le rappelait Cédric Kalonji : « au Congo, par exemple, les blogueurs sont beaucoup plus libres de s'exprimer que les journalistes professionnels ». D'ailleurs la différenciation n'a parfois pas de raisons d'être. Beaucoup de journalistes « pro » cumulent, aujourd'hui, les deux activités. C'est ainsi qu'ils se font un nom. Un nom, une spécialité, qui pourrait bien les mener un jour au sein « d'agglomérats de marques personnelles », explique Philippe Couve, journaliste et fondateur de L'atelier des médias.

C'est justement une des composantes de ce qu'on appelle les rédactions « participatives ». La communauté Internet serait capable de donner une nouvelle dimension aux rédaction. Ce serait comme passer de la 2D à la 3D. Un retour de la mise en perspectives. Ce, sans quoi, la presse, poussée par des exigences financières, perd petit à petit sa faculté à la prise de recul. Pire, l'immédiateté dictée par l'hyperconnectivité lui ferait perdre la mémoire.

01C2000002559864-photo-atelier-des-medias.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Microsoft brevète un stylet transformable en oreillette
Apple : de nouveaux MacBook (Air, Pro...) d'ici la fin d'année
Volkswagen investit 900 millions d'euros pour la production de batteries, avec Northvolt AB
Déjà un million de Honor 20 écoulés... rien qu'en Chine
Adobe : un prototype d'IA capable de détecter les visages photoshopés
L'app Google pour Android s'essaie au mode sombre
Google explique sa politique d'extensions en réponse à la colère des bloqueurs de pub
Le cloud gaming pourrait doubler la consommation électrique d'un joueur
Conquête spatiale : l'activité solaire des 10 prochaines années favorable à l'exploration
Elon Musk présente les nouvelles tuiles solaires de toit Tesla au prix sacrifié
scroll top