Musique : Stallman dénonce la "guerre au partage"

09 septembre 2009 à 14h55
0
012C000002275638-photo-richard-stallman.jpg
Le célèbre activiste américain Richard Stallman renouvelle ses accusations envers l'industrie du disque. Dans un billet publié sur son site personnel (en anglais), le père du système GNU, dénonce une guerre contre une particularité fondamentale de la nature humaine : le partage.

« Dans les années 1890, les maisons de disques commencèrent à vendre des enregistrements musicaux produits en série. (...) Le copyright sur ces enregistrements était en général peu sujet à controverse dans la mesure où il ne restreignait que les maisons de disques mais pas les auditeurs », écrit-il. Pour lui, cette loi devient injuste avec l'arrivée des techniques numériques. « (...) car elle interdit la coopération entre citoyens ».

Il appuie son propos par des : « Devrions-nous empêcher les gens de nettoyer leurs maisons pour éviter la perte d'emplois de concierges ? Empêcher les gens de cuisiner ou empêcher le partage de recettes afin d'éviter des pertes d'emplois dans la restauration ? », pour démonter l'argument des maisons de disques qui annoncent des pertes d'emplois.

Son « coup de gueule » se fait plus grave lorsqu'il énonce les divers politiques répressives engagées dans différents pays. Saisie des ordinateurs aux États-Unis, coupure de l'abonnement en Europe, proposition d'emprisonnement au Royaume-Uni, le militant du « libre » évoque même une proposition, entendue dans une récente conférence, pour que les gens prouvent leur identité afin d'accéder à Internet. « Je ne paierai jamais pour un téléchargement de musique tant que je ne pourrais pas le faire anonymement, je veux donc être capable d'acheter des CDs anonymement dans une boutique », dit-il plus tard dans son propos.

Il alerte ceux qui croient que la guerre pour « le droit au partage » est gagnée. « Je me méfie des prédictions sur l'issue de cette guerre ; en tout cas, c'est folie de sous-estimer l'ennemi », explique-t-il. Mais pour y arriver, Stallman fait des propositions étonnantes. Outre le mécénat, les subventions publiques et les produits dérivés, il propose que les artistes soient soutenus par des fonds publics distribués directement en fonction de la racine cubique de leur popularité. « Utiliser la racine cubique signifie que, si la célébrité A est 1000 fois plus populaire que l'artiste chevronné B, A touchera 10 fois plus que B ». Un système permettant, selon lui, de promouvoir une grande diversité de musique. Les maisons de disques et le contribuable l'entendront-ils de la même oreille ?
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page