Virgin Orbit aura bientôt trois 747 qui sillonnent le monde pour larguer leur fusée

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
11 mai 2022 à 15h50
1
Virgin Orbit 747 © Virgin Orbit
Quand Virgin Orbit vise le ciel, elle y va en fusée... Mais aussi en avion ! Crédits : Virgin Orbit

L'entreprise californienne devrait recevoir deux nouveaux gros porteurs qui sont en cours d'équipement pour pouvoir transporter et larguer les fusées LauncherOne.

Virgin Orbit attend le prochain appareil dès 2023, et espère (enfin) augmenter ses cadences de lancement avant la fin de l'année… Les actionnaires, eux, ne sont pas tendres.

Le 747, ce pas de tir inattendu

Le premier appareil de Virgin Orbit, basé sur l'aéroport de Mojave (Californie), ne vole pas à une cadence folle. Lors d'une campagne « classique », l'appareil décolle avec la fusée LauncherOne sous son aile, pour se diriger au large de la côte et réaliser quelques circuits avant une manœuvre très particulière pour la larguer à plus de 12 km d'altitude.

LauncherOne allume ensuite son moteur fusée et peut satelliser jusqu'à 300 kg de satellites selon l'orbite visée. Pourtant, l'appareil baptisé « Cosmic Girl » ne vole pas beaucoup : deux vols en 2021, et un seul pour l'instant en janvier dernier ! Qu'importe, Virgin Orbit a requis les services de L3Harris pour préparer deux nouveaux avions porteurs. Le P.-D.G., Dan Hart, explique à CNBC que son entreprise sera « libérée » avec plus d'appareils.

Plus d'avions, plus de vols ?

En effet, même si Virgin Orbit perd beaucoup d'argent (157 millions de dollars de perte nette en 2021), l'objectif est bel et bien d'augmenter la cadence des vols, passés les obstacles techniques et une certaine « période d'essai » avec les clients. Et comme l'avion porteur peut être vu comme une complexe plateforme de lancement, l'entreprise se heurte à une limite : si Cosmic Girl a un problème, impossible d'envoyer une fusée en orbite.

D'autant que Virgin Orbit vise à étendre ses capacités dans le monde. À la suite de son prochain vol, prévu le 29 juin depuis les États-Unis (au service du Pentagone), Virgin Orbit tente d'obtenir un permis pour amener son matériel, son avion et sa fusée en Cornouailles (Royaume-Uni) pour un décollage avant la fin de l'été. Elle a déjà des accords avec le Japon et le Brésil, et d'autres seraient sur le point d'aboutir avec la Pologne et Oman. Disposer d'une flotte permettra de gérer plusieurs campagnes en parallèle.

Virgin Orbit 747 largage © Virgin Orbit
Pour atteindre différentes orbites et différentes inclinaisons, le largage depuis un avion est parfois plus avantageux que des sites de lancements fixes... Crédits : Virgin Orbit

Quelques innovations

Pour avoir plus de facilité à déployer sa fusée, son avion et son infrastructure, les deux prochains appareils seront équipés pour transporter dans leur fuselage les éléments clés permettant de préparer LauncherOne au sol. Actuellement, Virgin Orbit utilise des formats « containers » classiques (entre quatre et six) qui sont amenés sur le tarmac quelques jours avant le décollage pour d'ultimes tests et le remplissage des réservoirs. Car LauncherOne décolle avec le plein de kérosène et d'oxygène liquide…

Virgin Orbit affirme que l'achat des jets coûte « moins de 10 millions de dollars », et que le premier sera prêt dès l'an prochain. Le second, lui, dépendra de la demande. C'est que pour l'instant, Virgin Orbit n'a pas non plus annoncé des foules de contrats pour les années à venir…

Source : CNBC

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
molotofmezcal
Bon article,<br /> mais il n’y a pas un soucis de concordance mais temps en titre ?
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Boeing et la NASA sont prêts pour tester à nouveau la capsule spatiale Starliner
SpaceX défie les statistiques et passe (déjà) le cap des 20 décollages en 2022
Le plus gros séisme jamais détecté sur une autre planète a eu lieu sur Mars (et vous pouvez l'écouter)
Qu'est-ce donc que cette étrange forme rectangulaire découverte sur Mars par Curiosity ?
L'EHT présente la première image de Sagittarius A*, le trou noir au cœur de notre Galaxie
Le vaisseau cargo Tianzhou-4 arrive sur la station spatiale chinoise... pour l'instant déserte
Il y a les NFT... Et puis il y a les NFT qui peuvent vous faire gagner une place pour un vol suborbital
Plus d'un millier de nouveaux astéroïdes détectés grâce à leurs traces sur les clichés de Hubble
Ce prototype de fusée Nebula-M1 grimpe à 1 km d'altitude et revient se poser
Epic Games fait équipe avec la NASA pour créer des expériences VR sur Mars
Haut de page