Critique Godfather of Harlem : Epix et Forest Whitaker rivalisent d'ambition, et c'est parrain

18 septembre 2021 à 15h15
2
Godfather of Harlem © Epix

Godfather of Harlem, voilà assurément un gros morceau. Pour cette chronique bien sûr, mais aussi pour la chaîne Epix et pour Forest Whitaker, qui signe dans cette série l'un de ses plus grands rôles. Laissez moi donc vous expliquer - et sans vous mettre un rasoir sous la gorge, promis - pourquoi ce drame historique mérite votre attention.

Godfather of Harlem
  • Vous aimez les histoires (vraies) de gangsters à New York
  • Vous voulez voir l'un des meilleurs rôles de Forest Whitaker
  • Les séries qui mélangent crime, politique et société vous parlent
  • Vous n'aimez pas les séries un brin lentes et bavardes
  • La riche période des années 60 aux Etats-Unis ne vous intéresse pas
  • Suivre (notamment) des criminels, c'est compliqué pour vous

Le veilleur d'écran[s] S08E03 📺 : Godfather of Harlem

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Fiche technique Godfather of Harlem

Informations

Genre
Drame, Policier
Réalisation
Chris Brancato, Paul Eckstein
Editeur
ABC Signature
Plateforme
MyCanal
Nombre de saisons
2
Nombre d'épisodes (Total)
20
Classification
Déconseillé / interdit aux moins de 16 ans

Godfather of Harlem Globe Throater

Déjà évoquée dans notre sélection des meilleures séries à voir sur StarzPlay et dans notre sélection des séries dotées des meilleurs génériques d'intro, Godfather of Harlem va enfin profiter de son article dédié. Il faut dire que si j'ai été séduit dès sa première saison, la deuxième, dont la diffusion s'est conclue il y a peu sur Epix, a terminé de me convaincre.

Comme son nom l'indique, la série se déroule à New York, plus précisément à Harlem. Nous sommes dans les années 60, à une époque où ce quartier est le théâtre de nombreux événements, de moments charnières pour l'Histoire et le repère de personnalités célèbres. Parmi elles, Bumpy Johnson, un chef criminel majeur ici incarné par le charismatique Forest Whitaker (Rogue One, Le Dernier Roi d'Ecosse).

Godfather of Harlem © Epix

Drame historique oblige, Godfather of Harlem reprend et romance des éléments réels (manifestations célèbres, French Connection, événements politiques et de société majeurs…) en y ajoutant quelques personnages et ressorts scénaristiques pour dynamiser le tout.

« godfather of harlem réussit avec brio à raconter de nombreuses petites histoires dans la grande »

Godfather of Harlem évoque notamment l'affrontement entre le camp de Bumpy et celui de la mafia italienne, mené par Vincent Gigante (incarné par Vincent D'Onofrio, aussi solide ici que dans Daredevil). Cette guerre des gangs donne bien sûr le rythme (et rappelle un peu la saison 4 de Fargo), entre drogues, meurtres, intimidations, négociations et autres joyeusetés, pourtant Godfather of Harlem aborde aussi nombre d'autres thématiques.

L'arbre qui cache la Forest

Il faut dire que le terreau historique est ici des plus fertiles. Droits des femmes, racisme décomplexé, fanatisme religieux, corruption politique, violence policière… Ce ne sont pas les sujets de société qui manquent. En 1960 Harlem était un véritable lieu de combat, aussi bien physique que moral, où bien des camps ont profité de situations que d'autres ont subies.

Godfather of Harlem © Epix

De grands noms de l'époque sont bien entendu cités dans la série, à l'image de Martin Luther King pour n'en retenir qu'un, et des personnages comme Malcolm X (Nigél Thatch), Cassius Clay (Deric Augustine) ou encore Adam Clayton Powell Jr. (Giancarlo Esposito) font même partie intégrante du scénario. De quoi donner de la force et du corps à cette reconstitution historique qui fait la part belle à la politique et aux combats de société.

Tout le casting réalise d'ailleurs un travail exemplaire, et Godfather of Harlem relève avec brio le défi de raconter différentes histoires dans l'Histoire. On se passionne également pour les situations plus personnelles et souvent familiales des protagonistes, qui permettent d'humaniser et de mettre un peu de chair sur les os non moins solides de la série. L'ambiguïté des motivations de chacun et leurs contradictions empêchent également le scénario de tomber dans l'écueil du manichéisme, qui rendrait l'ensemble moins intéressant.

Malcolm X in the Middle

Relativement bavarde et posée, Godfather of Harlem n'hésite cependant pas à utiliser quelques explosions de violence soudaines pour rythmer son récit. Bien souvent, elle m'a rappelé des shows comme Gangs of London, Breaking Bad ou Peaky Blinders : lente, mais intense. La série d'Epix a également la bonne idée de proposer des saisons courtes (2 x 10), dans lesquelles les épisodes, souvent généreux, composent un show digeste, bien réalisé et intelligemment structuré.

Au moment où sont rédigées ces lignes, il reste encore à savoir si Epix offrira une saison 3 à sa série. La fin de la saison 2, bien que relativement satisfaisante, laisse encore bien des intrigues à conclure et des événements majeurs à évoquer…

Godfather of Harlem © Epix
8

Relativement bavarde et posée, Godfather of Harlem n'hésite pas à utiliser quelques explosions de violence soudaines pour rythmer son récit. Elle rappelle ainsi des séries comme Gangs of London , Breaking Bad ou Peaky Blinders : lentes, mais intenses. La série d'Epix a également la bonne idée de proposer des saisons courtes (2 x 10), dans lesquelles les épisodes, souvent généreux, composent un show digeste, bien réalisé et intelligemment structuré.

Les plus

  • Vous aimez les histoires (vraies) de gangsters à New York
  • Vous voulez voir l'un des meilleurs rôles de Forest Whitaker
  • Les séries qui mélangent crime, politique et société vous parlent

Les moins

  • Vous n'aimez pas les séries un brin lentes et bavardes
  • La riche période des années 60 aux Etats-Unis ne vous intéresse pas
  • Suivre (notamment) des criminels, c'est compliqué pour vous

Au moment de la rédaction de ces lignes, et après bien des changements, c'est Canal+ et StarzPlay qui proposent la première saison de Godfather of Harlem. La saison 2 vient également d'arriver sur StarzPlay.

Besoin d'une nouvelle série à regarder ? Retrouvez toutes nos critiques et chroniques séries.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
kast_or
Rien à voir mais en ce moment je me fais la saison 2 de Black Summer et franchement si tu ne l as pas vu @antoine.roche ça vaut clairement le détour.<br /> Cette série est à mon sens clairement sous-coté.<br /> La réalisation est incroyable, la tension omniprésente, de l action non stop, des personnages qui meurent tout le temps, les zombies sont vraiment dangereux. Une pépite
ar-s
Je salue le jeu de mot du titre digne d’un apericube et qui j’avoue m’a fait sourire
Voir tous les messages sur le forum

dernières critiques

Critique | The Pentaverate : Mike Myers chasse les complots sur Netflix et ne fait pas dans la dentelle
Critique | Doctor Strange in the Multiverse of Madness : Sam Raimi projette Marvel dans de nouvelles dimensions
Critique Moon Knight : la nouvelle série Marvel ne manque pas de personnalités
Critique Shenmue the Animation : une adaptation qui manque d'impact
Critique Bubble : le film de Netflix et Wit Studio peine à sortir de sa bulle
Critique Shining Girls : un thriller temporel redoutable et troublant sur Apple TV+
Critique | Choose or Die : Netflix se lance dans la drague des fans d'horreur et de jeu vidéo
Critique | Les Animaux fantastiques, les Secrets de Dumbledore : le spin-off d'Harry Potter a-t-il enfin trouvé la bonne formule ?
Critique | L'Attaque des Titans : un anime incroyable qui se prend parfois le mur
Critique | Freaks Out : l'Italie fait son super cirque
Haut de page