Test OneMile S8 : une trottinette électrique agile et qui ne craint pas l’eau

David Nogueira
Spécialiste automobile
31 janvier 2021 à 18h36
4

Et si la OneMile S8 était LA trottinette électrique que vous cherchez pour vous déplacer toute l’année sans craindre les intempéries ? En effet, ce modèle présente la particularité d'être certifié IPX5 permettant de l'utiliser sans aucune inquiétude par temps de pluie. Outre cette caractéristique assez rare, elle dispose d’autres atouts liés à sa conception et ils sont à découvrir dans notre test.

OneMile S8
  • La batterie 10 Ah amovible
  • L'étanchéité certifiée IPX5
  • Le look original
  • La qualité de l'éclairage à l'avant
  • L'autonomie
  • La qualité du feu de stop
  • Le prix (hors promotion) un peu élevé

En mai 2019, nous testions un produit un peu atypique (surtout à cette époque), la Halo City de OneMile . Le marché de la trottinette électrique n’avait pas encore connu le grand succès qui l’attendait un an plus tard, mais déjà certains constructeurs proposaient des alternatives intéressantes.
Depuis, OneMile a proposé d’autres versions de la Halo City et, surtout, il a développé cette nouvelle trottinette électrique, la S8. Sur le papier, les caractéristiques sont assez classiques : un moteur de 350 watts, des roues en 8,5 pouces, une vitesse de pointe bridée à 25 km/h et une autonomie annoncée de 35 km - la suite des caractéristiques vous attend un peu plus bas. Alors qu’est-ce qui pourrait bien faire que vous dépenseriez 789 euros ? Son frein à disque à l’arrière ou encore ses (larges) éclairages qui contribuent à votre sécurité ? Son poids de 15,5 kg qui lui confère une bonne agilité et une "facilité" de transport ? Sa batterie amovible ou encore son étanchéité ? Sur le papier les arguments ne manquent pas, mais seul un test en situation permettra de nous convaincre… ou pas.

OneMile S8 : la fiche technique


La OneMile S8 est l’une des rares trottinettes électriques à profiter d’une réelle certification d’étanchéité IPX5. Et par "réelle certification" nous vous dire que le constructeur a partagé avec nous son bon d'attestation émis par TÜV Rheinland après les tests. Un point important pour qui souhaite rouler toute l’année sans craindre de dégrader votre trottinette.
A noter que la OneMile S8 profite actuellement d'une remise de 100 euros, valable jusqu'au 16 février 2021.

  • Puissance moteur : 350 watts
  • Roues : 8,5 pouces gonflables
  • Vitesse maximale : 25 km/h
  • Autonomie annoncée : jusqu'à 35 km
  • Affichage écran LCD : Oui, textuel couleur
  • Type de frein : à disque à l'arrière, régénératif à l'avant
  • Suspensions : à ressort à l’arrière
  • Batterie : 36 Volts amovible
  • Capacité batterie : 10,5 Ah
  • Temps de charge : 5 h
  • Eclairages : deux à l’avant et un à l’arrière
  • Dimensions dépliée : 115 x 49 x 110 cm
  • Dimensions pliée : 125 x 49 x 45 cm
  • Poids : 15,5 kg (12,5 kg sans la batterie)
  • Poids max supporté : 100 kg environ
  • Etanchéité : oui, IPX 5
  • Accessoires : deux clés pour déverrouiller la batterie, embout de gonflage
  • Prix : 789 euros (689 euros avec remise de 100 euros jusqu'au 16/02/2021 inclus)

Design et conception : son originalité pourrait faire la différence

Au-delà de leur succès commercial, les trottinettes de chez Xiaomi ont, d’une certaine manière, inspiré bon nombre de constructeurs sur le design à donner à leur produit. La KingSong N8 que nous avons testée est selon nous de bien meilleure qualité qu’une Electric Scooter Pro 2 (le test de ce modèle est également en cours), mais nous lui reconnaissons bien des éléments communs avec les modèles de Xiaomi. Le souhait de OneMile est, au contraire, de ne surtout pas se confondre parmi ces multitudes de produits qui ressemblent plus ou moins.
Alors, pour sa S8, la société française a décidé de miser sur un look un peu à part et personnalisable. Mais comme bon nombre de constructeurs, la société basée dans l'Est de la France est partie d’un produit existant, chinois, la Ukaye U1. Mais, attention, il nous assure l'avoir grandement amélioré et lorsqu'on compare notre modèle de test avec les photos de la Ukaye U1, on veut bien le croire.

Nous allons naturellement parcourir cette trottinette en détail, mais sur la photo ci-dessus vous pouvez déjà remarquer que la One Mile S8 se démarque par son look plutôt original. C’est une affaire de goût, mais elle nous plaît. Pas vous ?
Peut-être pas au premier abord, mais lorsqu'on y regarde d'un peu plus près, elle a bel et bien quelque chose de sympa.

OneMile S8 © David Nogueira

Le premier détail que nous mettons en avant est sa signature lumineuse en forme de U qu’il est impossible de ne pas remarquer. D’ailleurs, nombreuses sont les personnes que nous avons croisées à s’en étonner et porter leur regard sur l'avant de la trottinette lorsque nous arrivons au loin.

OneMile S8 © David Nogueira

Mais comme cet éclairage n'est là que pour l'esthétisme, il fallait un vrai phare. Le constructeur en a intégré position haute qui vous permet d'être bien vu des autres usagers de la route, mais aussi d'éclairer la route un peu loin devant vous afin de mieux anticiper ce qui se profil à l'horizon.

Et un autre en position basse qui se charge lui de mettre en évidence d'éventuels défauts sur la chaussée. On sait que ceux-ci peuvent provoquer de la casse s'ils sont mal anticipés, voire même une chute. Un trio de lumière donc grâce auquel cette trottinette S8 peut se targuer de faire le maximum pour votre sécurité.

OneMile S8 © David Nogueira
OneMile S8 © David Nogueira

Il ne vous aura pas échappé que le guidon est serti de deux embouts lumineux. Ceux-ci virent au rouge lorsqu'on presse le frein, mais leur utilité est selon nous discutable. Le guidon est tellement étroit (45 cm) qu'avec notre carrure masculine, ils ne sont absolument pas visible d'un véhicule qui nous suivrait. Mais bon, ils sont là, alors pourquoi pas.

Poursuivons le tour du propriétaire en observant de plus près la partie arrière. Premier élément important : le frein à disque. Nous reviendrons plus après sur nos impressions de conduite, mais concernant celui-ci, sachez qu'il s'est montré tout à fait satisfaisant. Il est d'abord assez progressif pour éviter les risques de dérapages intempestifs.
Mais il est surtout suffisamment puissant pour se passer du frein à pied. En effet, le garde-boue est mobile et il est possible de l'écraser de la semelle pour freiner la trottinette.

OneMile S8 © David Nogueira

Sauf extrême urgence, ce n'est ici franchement pas indispensable et c'est tant mieux ! Nous ne sommes pas fans de ce type de frein par frottement qui, finalement, use prématurément la gomme des pneus.
A noter que l’étrier de frein se démonte facilement et que OneMile a même pris le soin de passer le câble de frein (et sa gaine) dans un cache sur le flanc de la trottinette.

OneMile S8 © David Nogueira

L’ensemble est donc protégé des risques d’usures, les finitions sont propres et, surtout, ces caches se démontent s’il fallait faire un peu de bricolage - changer le câble, par exemple.
Certains y verront une opportunité de faire un peu de personnalisation. En effet, en proposant un tel carter amovible, OneMile offre la possibilité à ses clients de démonter ces éléments pour les “bomber” à la couleur de leur choix sans craindre de remettre en question la garantie.

OneMile S8 © OneMile

Si d’aventure vous ne vous sentez pas de le faire, alors vous pourrez commander l’une des couleurs proposées par la société sur son site internet. A l’heure où nous écrivons ces lignes, ceux-ci ne sont pas encore disponibles, mais le constructeur que c'est imminent. En revanche, il faudrait compter environ 25 euros pour les deux éléments ainsi qu’un autre élément de couleurs à placer au-dessus de l’éclairage, à l’avant. Atout de cette conception, le fait que ces caches soient amovibles pourrait aussi vous permettre de réparer une éventuelle casse. En cas d’une malheureuse chute - ce qu’on ne vous souhaite naturellement pas - les flancs de la trottinette pourraient se trouver abimer. Et le meilleur moyen de ne plus y penser, c’est de réparer. Non ?

OneMile S8 © David Nogueira

Vous avez peut-être remarqué que la S8 dispose d’une poignée sur sa face avant. Celle-ci sert à porter l’engin lorsqu’il est replié et elle est idéalement placée pour que la répartition des 15 kg soit équilibrée.

OneMile S8 © David Nogueira

L'autre avantage que présente cette poignée c'est qu'elle constitue par ailleurs un point fixe par lequel accrocher la trottinette à un autre point fixe. Un détail qui mérite d'être signalé car ils sont assez rares : les espaces au niveau des jantes sont souvent trop étriqués pour y glisser un cadenas un peu sérieux, par exemple.

Enfin, dernier argument de choc en faveur de cette trottinette : sa batterie est amovible ! Pas n’importe comment : il faut une clé pour l’extraire (OneMile en livre deux). Vous ne risquez donc pas de vous la faire voler facilement.

OneMile S8 © David Nogueira
OneMile S8 © David Nogueira

A défaut d'utiliser un mécanisme de contacteur comme on peut le trouver sur les batteries de certains vélos à assistance électrique, il faut ici débrancher le câble, visiblement de bonne qualité, relié en partie basse de la batterie.

Cela va sans dire que c’est un excellent point en faveur de la OneMile S8, laissant le choix à chacun de la rapprocher d’une prise pour en faire le plein, ou bien de ne prendre que l’accu de 3 kg pour le porter chez soi.
Le constructeur livre un chargeur 42V - 2A tout ce qu’il y a de plus classique. Le temps de charge est assez important. Comptez plus de 5h lorsque la batterie est totalement à plat, mais après tout, la batterie offre toute de même une grande capacité de 10 Ah d’origine Samsung.

OneMile S8 © David Nogueira

De manière classique, la pleine puissance s’établit entre 0 et 80%, puis elle diminue, comme en attestent d’ailleurs les différentes captures de l’application liée à notre prise connectée. Le pic de charge dépasse les 90 watts pour s’établir ensuite aux environs des 41 Watts à environ 75% puis 11,4 Watts sur la fin de la charge.
Nous avons néanmoins partagé ce point avec OneMile qui nous a dit souhaiter être prudent sur l’intensité de charge. En effet, l’une des (nobles) activités de la société est de faire du recyclage et reconditionnement de batteries avec une société partenaire compétente en la matière. Et d’expérience, ils auraient constaté qu’il vaut mieux ne pas avoir recours à des chargeurs trop puissants pour préserver la durée de vie de ces petites batteries.

Au guidon de la OneMile S8

Venons-en aux sensations de conduite. Comme nous le disions plus avant, la OneMile S8 est une trottinette électrique qui se veut très agile. La batterie étant logée dans la colonne de direction, on a immédiatement l'impression que l'engin est léger sous les pieds. Une fausse bonne impression ? Peut-être. Nous n’en sommes pas à notre première trottinette en test et, tout à fait modestement, nous pensons être plutôt (très) à l’aise sur ces engins.

OneMile S8 © David Nogueira

Du coup, on se prend rapidement à jouer avec la S8 qui réagit même très bien à la moindre pression des pieds sur les côtés du deck. Un peu comme on le ferait pour coucher une moto, en poussant sur les cale-pieds. Naturellement, la tenue de route de ses pneus (8.5”x2) assez fins et l’absence de suspension à l’avant nous imposent de rester prudent, a fortiori par temps de pluie.

OneMile S8 © David Nogueira

Toutefois, en prenant un peu de recul, on peut comprendre aussi que les utilisateurs moins initiés pourraient être déstabilisés par le poids localisé dans le guidon. Cela déplace le centre de gravité de la trottinette plus en hauteur et, même si l’impact nous semble léger (on parle d’un engin qui pèse 15 kg en tout et pour tout), on peut tout à fait imaginer que cela puisse perturber l'utilisateur.

OneMile S8 © David Nogueira


Et c’est d'ailleurs pour cela que OneMile a créé "un point dur" dans la direction lorsque le guidon est en position centrale. Celui-ci n'empêche pas de manœuvrer la S8 (nous trouvons tout de même cela pénible lorsqu'on la pousse en marchant au pas à côté d'elle), mais selon OneMile, les retours des collaborateurs ayant testé les deux versions de la S8 durant sa phase de développement, avec et sans point dur, auraient trouvé la première version finalement plus stable en ligne droite. C’est possible. En tout cas, ce que nous pensions être un problème de conception est tout à fait voulu.

OneMile S8 © David Nogueira

D’autant que pour conserver la compacité souhaitée pour son produit, OneMile a adopté un guidon assez étroit qui contribue là aussi à cette impression d’agilité, mais moins sur la stabilité. L'avantage c'est que nous sommes plus à l’aise dans les rues étroites où les automobilistes peu patients semblent décider à passer.
C’est d’ailleurs dans ce genre de situation que nous aimerions avoir toujours plus de puissance. Pour répondre à une urgence, celle de se mettre en sécurité, loin d’un pare-chocs. Sur ce point la S8 vous y aide tant qu’elle peut en maintenant son allure de 25 km/h avec une volonté très honorable.

OneMile S8 © David Nogueira

La batterie de 36 volts livre toute l’énergie nécessaire au moteur pour qu’il tourne à plein, mais sa puissance de 350 watts ne fait pas de miracle si le dénivelé positif devient trop important. Mais la bonne nouvelle c’est que l’électronique est gérée de manière à ce que cette même puissance soit constante, y compris lorsque le niveau de la batterie passe sous les 15% -comme on peut le voir sur la photo plus avant.

OneMile S8 © David Nogueira
OneMile S8 © David Nogueira

Sur notre boucle de test, combinant le long dénivelé positif (mais rien de très raide), de petites descentes et du plat, nous avons mesuré une autonomie d’environ 20 km pour la OneMile S8. Pas si mal sous notre poids de 85 kg et par une météo hivernale ! D’autant que nous n’avons que très rarement ralenti le rythme comme l’atteste la vitesse moyenne relevée par l’application (vitesse GPS donc).

OneMile S8 © David Nogueira

Déçus par le choix de feu stop

Alors si tout se passait plutôt bien jusqu'à présent, il est temps de partager notre déception concernant la qualité du feu arrière. De prime abord, on se dit que celui-ci est classique, que nous en avons vu d'autres dans ce genre-là… enfin c'était il y a un moment déjà.
Aujourd'hui, même la Xiaomi Mi Electric Scooter Essential (vendue 299 euros) est équipée, comme vous pourrez le découvrir dans notre test, d'un feu de stop beaucoup plus grand et plus performant.

OneMile S8 © David Nogueira

Classique, le feu est placé sur le garde-boue et pour cause, il n'y a pas réellement d'autres endroits où l'intégrer. Nous découvrirons toutefois prochainement les Smolt and Co X400 et X600 sur lesquels le constructeur a intégré des tubes lumineux pour augmenter la visibilité.
Le problème avec celui de notre S8 qui nous intéresse ici, c'est que ce feu est tout petit et vraiment très peu puissant. Si la photo ci-dessus ne permet pas réellement de vous en rendre compte, en voici une autre qui
ne laisse pas de place au doute.

OneMile S8 © David Nogueira
De gauche à droite : Smolt and Co Z1000, OneMile S8 et Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2

Nous avons installé la S8, en pleine nuit (mais avec une lumière en applique au-dessus du garage), entre notre Smolt and Co Z1000 et la Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 pour laquelle nous publierons bientôt le test. Comme vous pouvez le voir, il n'y a pas de débat, le phare riquiqui de la S8 est loin de rivaliser avec ces modèles, y compris avec la Xiaomi vendue 300 euros de moins (499 euros).

Vous vous en doutez alors, en journée ce seul et unique dispositif qui servira par ailleurs à alerter les autres usagers que vous êtes en train de freiner, n'est absolument pas visibles. Quant à votre visibilité de nuit, la législation indique " que le conducteur doit se vêtir d'un équipement rétroréfléchissant en cas de circulation la nuit ou de visibilité insuffisante la journée." Voilà qui dans le cas présent fait bien les affaires de OneMile qui pèche sur ce point.

OneMile S8

8

La OneMile S8 a su nous convaincre par les multiples atouts qu'elle offre : sa batterie amovible, son étanchéité, son autonomie (mesurée par temps froid et sous 90 kg)… on apprécie même la poignée de transport qui sera pratique pour sécuriser la S8 avec un cadenas. Mais bien des éléments restent perfectibles. A 790 euros, du Bluetooth et une application mobile aurait été les bienvenus.

Les plus

  • La batterie 10 Ah amovible
  • L'étanchéité certifiée IPX5
  • Le look original
  • La qualité de l'éclairage à l'avant
  • L'autonomie

Les moins

  • La qualité du feu de stop
  • Le prix (hors promotion) un peu élevé

Qualité de fabrication 8

Puissance 7

Autonomie 8

Confort et sécurité 7

Portabilité 8

Modifié le 02/02/2021 à 15h28
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Malgré la baisse des primes à la conversion, les Français craquent pour des voitures électriques
Nouveau record pour le Hyundai Kona électrique, qui a parcouru 790 km en une seule charge
Le taxi volant électrique de Joby Aviation parcourt 240 kilomètres, un record
Mercedes tease sa future berline électrique EQE
Automobile : près de 50 % des Français actifs réfléchissent à passer à l'électrique
La Renault ZOE va bientôt tirer sa révérence, remplacée par la Renault 5 électrique
Retrofit : la Citroën DS de 1971 renaît en version tout-électrique
Tesla : la dernière mise à jour inclut Disney+ et un mode Car wash
Le Cybertruck de Tesla ne sera finalement pas mis en production avant 2022
Haut de page