Une étude le confirme : les voitures électriques sont bel et bien moins chères à l'usage

11 octobre 2020 à 08h20
63

L'entretien et les réparations ne font pas toujours partie des aspects les plus considérés par les automobilistes au moment d'un achat.

C'est pourtant un poste de dépenses relativement important. Une nouvelle étude de Consumer Reports vient confirmer l'un des avantages des véhicules électriques : leur coût d'entretien et leur coût en carburants sont moindres, ce qui leur permet de faire des économies à l'usage.

Des modèles électriques deux fois moins chers en entretien

Le texte répète ainsi ce que d'autres études ont déjà affirmé avant lui : si les acheteurs sont généralement découragés par un prix d'achat plus conséquent, le passage d'un modèle thermique à une voiture électrique aux caractéristiques équivalentes peut devenir un investissement à long terme. Une différence qui tient à des coûts en carburants, en entretien et en réparations plus faibles côté véhicules électriques.

Jill Trotta, Vice-présidente du marketing et des ventes chez RepairPal, précise qu'au moment où un véhicule atteint sa cinquième année, les véhicules électriques coûtent en moyenne 900 dollars par an en réparation et en entretien. À puissance équivalente, les modèles thermiques coûtent en moyenne 1 200 dollars. Pour Gabe Shenhar, Directeur associé du centre de test de Consumer Reports, « les électriques n'ont tout simplement pas besoin d'autant d'entretien que les voitures à essence, et même si les réparations ne seront pas nécessairement moins coûteuses, elles seront moins souvent nécessaires ».

Sur l'ensemble de la vie d'un véhicule (estimée à 200 000 kilomètres dans le cadre de l'étude), les modèles électriques et hybrides seraient en moyenne deux fois moins chers à entretenir. Consumer Reports avance ainsi un coût d'entretien et de réparation de 9 200 dollars pour un modèle à combustion interne, contre 4 600 dollars pour les équivalents électriques et hybrides.

Confirmation concrète

Consumer Reports conduit chaque année un sondage auprès de sa communauté. L'étude s'est appuyée sur les données collectées au cours des éditions 2019 et 2020, l'enseigne précisant sur son site que son dernier sondage lui a fourni des retours d'expériences sur 420 000 véhicules.

Consumer Reports l'affirme lui-même : son rapport n'émet pas de nouvelle théorie, mais permet de confirmer ce que l'on savait déjà. Chris Harto, analyste en transport et en énergie au sein de l'entreprise, déclare ainsi : « Il est connu depuis longtemps que les véhicules électriques sont moins chers à entretenir que leurs homologues à essence. Mais c'est la première fois que nous disposons de suffisamment de données concrètes et provenant de propriétaires réels de véhicules pour le prouver ».

Qu'en pense-t-on chez Clubic ?

Comme d'autres avant elle, l'étude se cantonne à de simples questions financières. Elle ne peut donc pas suffire à décider un acheteur à opter pour l'électrique : ce choix dépend aussi de questions de recharge et d'autonomie.

Par ailleurs, selon Consumer Reports, un propriétaire de véhicule électrique réalise en moyenne 4 600 dollars d'économies sur l'ensemble de la vie de son véhicule. Est-ce que ce montant sera suffisant pour convaincre des propriétaires de choisir des modèles souvent (très) onéreux à l'achat ? Pas sûr.

63
47
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

L'Ubisoft Club et Uplay fusionnent pour devenir Ubisoft Connect
Windows 10 20H2 (octobre 2020) : dates, nouveautés, tout savoir sur la mise à jour
L'éditeur Devolver Digital rachète Croteam (Serious Sam)
PayPal va proposer des paiements en crypto-monnaies dès 2021
Fortnite : le patch 14.40 réduit considérablement l'espace disque nécessaire
Le chargeur Apple MagSafe fonctionne aussi sur le Galaxy Z Fold 2 et le Google Pixel 5
DxO dévoile PhotoLab 4 : de nouveaux outils et du deeplearning au service de vos photos
Dropbox lance son offre Famille à 19,99€/mois
Ghost of Tsushima : une suite déjà en préparation ?
Essai du Range Rover Autobiography P400e : l’hybridation royale
scroll top