Peer-to-peer, p2p, pair à pair : comment fonctionnent ces réseaux décentralisés ?

24 avril 2021 à 09h09
Sponsorisé par
ExpressVPN
5
Sponsorisé par ExpressVPN
Peer-to-peer © Shutterstock
P2P © Shutterstock

Les réseaux pair à pair (plus connu sous leur dénomination anglaise peer-to-peer ou P2P) permettent à deux appareils de se partager des données, sans intermédiaire. Ces réseaux décentralisés exploitent les ressources partagées plus efficacement qu'un réseau traditionnel.

Depuis une vingtaine d’années, le partage en P2P a mauvaise réputation. Pourtant, cette solution peut être utilisée pour des usages parfaitement légaux :

  • Diffusion de données en accès libre : logiciels open source, distributions Linux, vidéos tombées dans le domaine public…
  • Partage d’importants volumes de données au sein d’une entreprise
  • Mises à jour logicielles accessibles à d'importantes bases d’utilisateurs, etc.

Les réseaux peer-to-peer ont aujourd'hui de nombreuses applications. Les logiciels P2P présentent des caractéristiques et des avantages qui manquent au web aujourd'hui : ils ne nécessitent pas toujours d’inscription et ils permettent de déjouer la censure instaurée par certains États.

Cependant, cette solution présente un inconvénient de taille : l’absence de confidentialité des adresses IP. Toutes les personnes partageant un fichier via un réseau P2P peuvent en effet voir toutes les adresses IP des autres. D’où l’intérêt légitime d’utiliser un VPN pour rester anonyme. Votre adresse IP est alors remplacée par celle du serveur par lequel pour vous passez pour masquer votre identité et votre localisation.

Quand sont apparus les premiers réseaux P2P ?

Le concept de peer-to-peer est apparu en 1969 dans une publication intitulée « Request for Comments by the Internet Engineering Task Force ». Une décennie plus tard, un réseau P2P commuté est lancé : Usenet. Inventé en 1979 et lancé publiquement l’année suivante à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill and Duke University, c’est un système en réseau de forums. Usenet a été le premier à fonctionner sans serveur central ni administrateur.

emule © emule
eMule

Mais ce n'est qu'en 1999, quelque 20 ans plus tard, qu'un réseau P2P a réellement prouvé son potentiel en tant qu'application sociale utile. Shawn Fanning, un étudiant américain, lance Napster. Cette plateforme mondiale de partage de musique a popularisé les logiciels P2P auprès du grand public. Les utilisateurs recherchaient des chansons ou des artistes via un serveur qui indexait les titres se trouvant sur le disque dur de chaque ordinateur connecté au réseau. Les plus anciens se rappelleront également Gnutella et d’eMule.

Comment fonctionne le P2P ?

L'infrastructure peer-to-peer transforme le rôle classique d'un serveur. Dans un système P2P, un utilisateur est à la fois un serveur et un client. Son ordinateur fait techniquement office de « nœud ». Avec le P2P, chaque personne qui télécharge un fichier devient « partageur », ce qui rend le processus de partage de fichiers bien plus efficace qu'avec un réseau traditionnel.  

Les logiciels de P2P partagent un dossier sur votre disque dur. C'est-à-dire que tout fichier placé dans ce répertoire est automatiquement accessible à toute la planète. Faites donc très attention aux fichiers que vous placez dans ce répertoire : Une fois qu'un fichier est dans la nature, impossible d'empêcher sa diffusion ! Vérifiez bien également que ce logiciel ne partage pas tout votre disque dur.

BitTorrent est également un logiciel de peer-to-peer, mais il fonctionne différemment des autres. Deux différences majeures. Premièrement, il ne possède pas de moteur de recherche. Deuxièmement, ce programme se concentre sur le partage d'un fichier précis (les autres logiciels essayant de partager un maximum de fichiers à la fois.)

Lorsque vous téléchargez un fichier torrent, vous téléchargez en fait une carte qui pointe vers un emplacement où un fichier est hébergé. Il suffit de lancer le torrent dans un client compatible pour se connecter à des dizaines ou des centaines d’autres utilisateurs.

Quelle que soit la solution, le peer-to-peer répartit les charges de
travail de manière égale entre tous les « nœuds ». D’ailleurs, « peer-to-peer » signifie « d'égale à égale ».

Plus un fichier est populaire, plus il y a d'internautes qui le téléchargent, et donc plus il y a d'internautes qui redistribuent en même temps le fichier.

Ces « nœuds » alimentent le réseau en partageant leurs ressources telles que la bande passante, le stockage sur disque et/ou la puissance de traitement. Ces ressources peuvent être partagées directement et les informations sont réparties de manière égale entre tous les « nœuds » du réseau. Si vous souhaitez récupérer par exemple la dernière version d’une distribution Linux comme Debian, vous ne la recevrez pas d’un serveur centralisé ; vous en recevez des morceaux de plusieurs pairs.

Comme il n'est pas nécessaire de disposer d'un hôte ou d'un serveur
central, ces réseaux sont également moins vulnérables, aussi bien en termes de cybersécurité que de fiabilité. Par définition, il n'y a pas de point de défaillance unique. Avec le P2P, les fichiers peuvent également rester en ligne sans avoir à maintenir un seul hôte. Tant qu’il y a suffisamment de pairs qui partagent le contenu, n’importe qui peut le télécharger. 

À quoi sert le P2P ?

Dans sa forme la plus simple, ce type de réseau est créé lorsque deux ou plusieurs ordinateurs sont connectés entre eux et se partagent des ressources sans passer par un serveur. Mais comme nous l’avons évoqué en introduction, le peer-to-peer n’est pas uniquement une solution dévolue au piratage. Il existe d’autres cas d’usage.

Un réseau P2P peut être en effet une infrastructure permanente qui relie une demi-douzaine d'ordinateurs dans un bureau. Enfin, il peut s’agir d’un réseau à plus grande échelle dans lequel des protocoles et des applications établissent des relations directes entre les utilisateurs sur Internet.

Faut-il utiliser un VPN ?

VPN schéma © Shutterstock
Un VPN pour protéger ses connexions

Le torrenting doit être réalisé avec prudence. BitTorrent est réputé
pour être utilisé afin de pirater des films, des jeux et d'autres contenus protégés par des droits d'auteur. Nous ne l'encourageons pas. En France, la HADOPI, par l'intermédiaire des fournisseurs d’accès à Internet, surveille l'activité des réseaux pair à pair tels que le BitTorrent afin de faire respecter le droit et les droits d'auteur sans lesquels les créateurs ne pourraient pas vivre.

Mise au point faite, si vous êtes amenés à utiliser de tels réseaux, il est recommandé d'avoir recours à un service VPN afin de changer votre adresse IP d'origine. Pensez également à activer la fonction Kill Switch : votre adresse IP ne sera jamais exposée à des tiers en cas de coupure de connexion VPN.

Le chiffrement est un autre avantage offert par les solutions de VPN. Au lieu d’envoyer des données brutes via les réseaux P2P et Internet, un VPN chiffre chaque paquet d’informations, le brouillant de sorte qu’il soit illisible.

Trois critères principaux doivent être étudiés à la loupe pour repérer la
solution VPN la mieux adaptée au torrenting :

  • Quelle est la vitesse offerte par le service VPN ?
  • A-t-il une politique de non-enregistrement des données personnelles ?
  • Le partage de fichiers P2P est-il autorisé sur le réseau ?

D’où l’intérêt de s’appuyer sur un service VPN, protégeant correctement les données de ses clients (pas de journalisation des connexions, applications très sûres, juridiction respectueuse de la vie privée…) et performant en termes de vitesse de téléchargement et de bande passante illimitée.

Découvrez ExpressVPN, notre partenaire du jour, salué pour ses performance exceptionnelles dans notre comparatif des meilleurs VPN 2021 !

  • Nombre impressionnant de serveurs
  • Niveau de service de premier ordre !
  • De nombreuses plateformes supportées
  • Extensions pour navigateurs

Article proposé et conçu par La Rédaction Clubic en partenariat avec ExpressVPN
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Philoctete
Deux éléments à la lecture de cette publicité :<br /> Il est imprécis de dire que les réseaux p2p n’ont pas de point d’attaque unique. En réalité, Bittorrent nécessite un tracker pour récupérer des sources. Si le tracker tombe, dans l’immédiat, vous allez continuer à partager, mais à long terme (quelques dizaines de minutes au maximum), votre client ne pourra plus mettre à jour sa liste de seed et de peer, et donc votre partage s’arrêtera. Emule en son temps avait cherché la parade contre ce phénomène, notamment avec le protocole Kademlia. Ca a été le moment où les gens ont migré massivement vers Bittorrent, ce qui est dommage car Emule est du coup beaucoup plus résilient (mais il n’y a plus personne dessus…).<br /> Vanter le p2p (légal bien sûr) quand on propose une offre de VPN commerciale est un peu malhonnête, car dans 95% des cas de ce type d’offre (je n’ai pas essayé personnellement ExpressVPN, mais quelques autres), il n’y a pas de port entrant dans leur offre, or, si vous ne pouvez pas ouvrir un port sur votre machine, vous restez inaccessible en connexion entrante, ce qui fait que vous ne parviendrez pas à seeder, et du coup sur beaucoup de trackers privés, vous serez bloqués très rapidement, à cause des politiques de ratio… Donc, si vous voulez faire du torrenting sérieusement, vous pouvez oublier ces offres…<br />
Bombing_Basta
Vanter le p2p (légal bien sûr) quand on propose une offre de VPN commerciale est un peu malhonnête, car dans 95% des cas de ce type d’offre (je n’ai pas essayé personnellement ExpressVPN, mais quelques autres), il n’y a pas de port entrant dans leur offre, or, si vous ne pouvez pas ouvrir un port sur votre machine, vous restez inaccessible en connexion entrante, ce qui fait que vous ne parviendrez pas à seeder, et du coup sur beaucoup de trackers privés, vous serez bloqués très rapidement, à cause des politiques de ratio… Donc, si vous voulez faire du torrenting sérieusement, vous pouvez oublier ces offres…<br /> Exactement.<br /> Très peu de VPN, «&nbsp;pour des raisons de sécurité&nbsp;» autorisent le port forwarding sur les ports entrants, et les plus gros du secteur n’en font pas partie.<br /> Et du peer to personne, ça ne marche pas bien.
FRANCKYIV
Le titre m’a confus …<br /> Peer-to-peer, p2p, pair à pair : comment fonctionnent ces réseaux décentralisés ?<br /> Ce que j’en comprends : Il existe 3 types de réseau différents.
jvachez
Usenet c’est pas vraiment du P2P il faut passer par un serveur, il n’y a pas d’échange direct entre les utilisateurs.
Nerva
Et c’est quoi la solution ?
Philoctete
Héberger son propre serveur VPN, Wireguard en ce qui me concerne sur un petit VPS chez OVH qui ne me sert qu’à ça…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Intel : le package de l'i9-12900K est fou, mais... quel intérêt ?
Le Core i9-12900K 'Alder Lake' ne serait pas un rêve d'overclockeur
Encore un peu plus pessimiste qu'AMD, Intel voit la pénurie durer au moins jusqu'en 2023
La DDR5 « LEGO » de chez Galax dévoile de premiers benchs
Nouveau MacBook Pro : pas de support d'eGPU malgré le Thunderbolt 4
Les MacBook Pro 2021 en M1 Max disposent d'un mode
Offre Fnac du jour : les adhérents bénéficient de 20€ crédités tous les 150€ d’achats, à vous les meilleurs produits tech !
La DDR5 jusqu'à 60 % plus chère que la DDR4
L'excellent Lenovo Ideapad 3 chute à un prix digne du Black Friday chez Darty !
Apple : le GPU du M1 Max est 3 fois plus rapide que celui du M1, bench à l'appui !
Haut de page