La Chine crée un présentateur virtuel pour lire les actualités


Le métier de présentateur du journal télévisé en Chine serait-il menacé ? C'est ce que nous pourrions croire avec cette nouvelle prouesse technique qui pourrait bien faire des émules partout dans le monde.

L'agence de presse officielle chinoise Xinhua a dévoilé un présentateurs virtuel qui liera prochainement toutes les actualités. Il y aura une version anglaise et une autre chinoise. Il a été modélisé d'après un présentateur bien réel de l'agence et il reprend également sa voix. Pour le moment, personne ne sait quelle technologie a été utilisée pour le créer.

Plus vrai que nature (et surtout plus malléable)

D'après Xinhua, les présentateurs "pourront travailler 24 heures par jour sur leur site officiel et sur les médias sociaux, réduisant ainsi les coûts de production et améliorant l'efficacité avec laquelle l'information sera traitée."

Comme vous pouvez le voir via les vidéos publiées par New China TV, tout n'est pas encore totalement au point. Les expressions faciales ne semblent pas très variées et demeurent assez rigides. La voix est encore très robotiques également. Le présentateur lui-même nous promet qu'il s'améliorera au fil des semaines .



Source : The Verge
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Amazon annule son MMO sur Le Seigneur des Anneaux
Comparatif des meilleures chaises de bureau ergonomiques (2021)
Test Sony Bravia XR-55A90J : le téléviseur OLED qui en met plein la vue
Quel est le meilleur service de SVoD pour regarder votre film ou série du samedi soir ?
Resizable BAR : le point sur la technologie, les performances chez NVIDIA
D’ici fin 2021, on pourra utiliser Starlink en mobilité (avec une grosse antenne quand même)
Quel est le coût d’entretien d’une voiture électrique ?
Comparatif des meilleurs smartphones à - 300€ (2021)
Test ASUS ROG Flow X13 : quand RTX 3080 en perfusion rime avec frustration
Google : le FLoC ne fait pas l'unanimité chez Microsoft et Opera
Haut de page