La reconnaissance faciale et l'IA pour tracer les malades de la Covid-19 ? La Corée du Sud prend son risque

13 décembre 2021 à 10h45
10
IA Reconnaissance Faciale © shutterstock
© Shutterstock

Entre les atteintes à la vie privée et la poursuite de la flambée épidémique, la Corée du Sud a choisi. Le pays du Matin calme va bientôt démarrer des tests destinés à suivre, par la reconnaissance faciale, les cas de Covid-19.

En Corée du Sud, l'épidémie de Covid-19 atteint des sommets. On y cumule désormais plus de 500 000 cas, plus de 4 000 décès et on y bat record sur record, avec plus de 6 300 cas par jour désormais recensés, dans un pays qui compte un peu plus de 50 millions d'habitants. La Corée du Sud, à la pointe des nouvelles technologies, s'apprête à franchir un virage déterminant dans son traitement de la crise de coronavirus. Sur place, on se prépare à lancer un projet pilote qui utilisera l'intelligence artificielle et la reconnaissance faciale pour suivre les déplacements des cas de coronavirus.

Un vaste dispositif qui aidera à suivre les personnes contaminées et les cas contact, même masqués

C'est dans la ville de Bucheon (près d'un million d'habitants) que le projet, financé au niveau national, va voir le jour. Située à quelques kilomètres seulement de Séoul à vol d'oiseau, la cité, équipée de milliers de caméras de vidéosurveillance, devrait démarrer l'opération en tout début d'année prochaine, en janvier nous dit-on du côté de Reuters.

Le projet utilisera la reconnaissance faciale qui sera couplée à des algorithmes boostés à l'intelligence artificielle, le tout grâce aux images fournies par les 10 820 caméras de surveillance de la ville, qui aideront à suivre les déplacements des personnes qui auront contracté la Covid-19. Dans les faits donc, toute personne qui aura pu être en contact immédiat avec une autre malade pourra être identifiée, même dans le cas où elle porte un masque.

L'initiative n'est pas forcément la première du genre. La Chine, le Japon, certains États américains, l'Inde, la Pologne et la Russie ont déjà déployé, ou tout du moins démarré des tests de dispositifs de reconnaissance faciale, pour lutter contre la pandémie et tracer les sujets contaminés.

Le projet, qui ne se destine qu'à lutter contre la pandémie, inquiète les défenseurs de la vie privée, qui craignent une exploitation des données collectées

Les dirigeants de la ville de Bucheon sont évidemment convaincus de la pertinence du système qui, selon eux, devrait permettre de réduire la pression sur les équipes médicales et de recherche de la ville. Sauf que celui-ci pourrait être rapidement controversé, alors même que la Corée du Sud dispose déjà d'un large éventail d'informations, assez intrusif, pour améliorer sa recherche de cas contact. Les autorités ont par exemple accès aux images de vidéosurveillance mais aussi aux données de géolocalisation issues des smartphones des habitants, ou aux opérations bancaires, entre autres.

« Il faut parfois des heures pour analyser une seule séquence de vidéosurveillance. L'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale permettra cette analyse en un instant », s'est justifié le maire de Bucheon, Jang Deog-cheon, motivé sans doute par la difficulté, jusque-là, de vérifier pleinement la véracité des témoignages des personnes atteintes. Le projet mis en place à Bucheon devrait permettre de suivre jusqu'à dix personnes en seulement 5 à 10 minutes, alors que manuellement, le suivi d'une seule personne prendrait autour d'une demi-heure.

Si pour le moment le gouvernement n'entend pas étendre l'expérience au niveau national, celle-ci lui coûtant déjà autour de 1,5 milliard d'euros, les défenseurs des droits de l'Homme et de la protection de la vie privée sont inquiets par sa mise en place. Beaucoup font part de leur inquiétude notamment vis-à-vis de la conservation et de la réutilisation potentielles des données qui seront collectées. Les autorités entendent bien n'utiliser ce système que dans le strict cadre du contrôle et de la prévention des maladies infectieuses. Les citoyens pourront néanmoins être tracés, même s'ils ne livrent pas leur consentement.

Source : Reuters

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
11
Neophus975
Complètement taré tout ce qui en découle de ce virus… toujours + de business et de prétextes pour faire de la thune et fliquer… hallucinant !
benben99
Faut arrêter de faire des crises sous prétexte que ca pourrait peut-être porter atteindte à la vie privée et se rendre compte que la reconnaissance faciale à de nombreuses applications utiles.
info01
Purée on est arrivé comme dans Minority report …<br /> Quel triste futur s’annonce… (Ah non on y est deja…c’est le present)
barret2222
Tu devrais regarder blackmirror.<br /> Et non désolé personnellement je n’ai pas envi de vivre dans une société de surveillance permanente, et heureusement que cela éveille l’attention de certains, cela prouve que l’éthique peut supplanter le risque.<br /> Dans certains pays tu n’a pas le choix, dans d’autre une réflexion s’opère… sur le choix de vie de quelle société on veut, ou on positionne le curseur.<br /> leparisien.fr – 15 May 19<br /> San Francisco interdit l’usage de la reconnaissance faciale par la police<br /> L'arrestation de criminels par la police a été portée à son crédit mais elle est également responsable d'identifications erronées.<br />
_Troll
Il va bientot falloir sortir dehors avec un casque de moto intergrale sur la tete.
Yorgmald
Là où je suis le plus curieux est de savoir comment ça fonctionne avec le masque car il cache une bonne partie des éléments qui permettent la reconnaissance faciale.
jakadi
en même temps, tu n’as pas envie que s’arrêtent les «&nbsp;désolé y’avait pas de témoins&nbsp;» ?<br /> Et à part les caméras de surveillance, il n’y a pas d’autres solutions.<br /> Ceux qui crient à la société de surveillance permanente cessent de crier lorsqu’ils seront eux mêmes victimes et qu’une caméra de surveillance aurait permis d’identifier les coupables.
Francis7
Le bouche à oreille marche bien aussi. Une collègue contaminée était venue travailler incognito. Elle a fait la confidence à quelqu’un et fioup, droit de retrait, on a bouclé le service pour deux semaines.<br /> Alors, oui, les gens sont inquiets mais jusqu’à quel point on peut aller ?<br /> La reconnaissance faciale, c’est nul.
guile
Pour notre santé bien entendu :’(
Korgen
Il suffit de s’équiper de masque, casquette et lunettes de soleil !
Boups
Pour 50 millions d’habitants 4000 décès du Covid et 6300 cas par jour vous appelez ça des records ?<br /> Que dire des chiffres français ?<br /> On a atteint 73000 cas par jour, ramené à la population de la Corée (Rapport de population France 67.39 / Corée 51.78 = 1.30) ça fait encore plus de 56000 cas par jour. C’est presque 9 fois plus.<br /> Et pour les décès imputés au Covid, on en est à plus de 121000 en France, soit encore plus de 93000 rapporté à la population de la Corée. On a plus de 20 fois plus de morts chez nous à population égale.<br /> Question bête. Une autre maladie principalement contagieuse, la pneumonie, a tué plus de 23300 personnes en Corée en 2018. Est-ce que 4000 personnes mortes en 2 ans sont une vraie justification à cette reconnaissance faciale ?
AlexLex14
Boups:<br /> Pour 50 millions d’habitants 4000 décès du Covid et 6300 cas par jour vous appelez ça des records ?<br /> L’article évoque la Corée du Sud. Donc les records concernent la Corée du Sud <br /> Après, si on les compare aux chiffres d’autres pays, c’est limite dérisoire, ça c’est clair…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Google aussi veut un casque de réalité augmentée, mais ce ne sera pas prêt tout de suite
Les premiers taxis volants 4 places arriveront en Europe avant 2025 (si tout va bien)
TV : le Filmmaker mode va être mis à jour pour utiliser les capteurs de luminosité ambiante
CES 2022 : Lenovo présente ses nouveaux PC portables Yoga et Legion
CES 2022 : capteurs multifonctions et hub modulaire NFC, Arlo rend sa gamme plus polyvalente
CES 2022 : MSI dévoile sa nouvelle gamme de PC portables pour joueurs et créatifs
CES 2022 : TP-Link lance une nouvelle gamme de produits domotiques compatible avec Apple HomeKit
Grâce à l'intelligence artificielle, Amazon a économisé 3 millions de tonnes d'emballages depuis 2019
CES 2022 : l'Orb de Reflect veut vous aider à méditer... connectés
MSI montre son nouveau boîtier à six côtés et trois espaces, le MEG Treble
Haut de page