Des chercheurs du MIT testent un produit permettant de peindre une interface

09 avril 2020 à 11h40
2
MIT peinture
© MIT/CSAIL

Les chercheurs du CSAIL, au MIT, ont mis au point une « peinture connectée » capable, une fois posée, de faire office d'interface pour différents usages.

La peinture pourrait ainsi être utilisée pour le contrôle de thermostats ou de luminaires, par exemple. Mais ses concepteurs la destinent aussi aux villes de demain.


Obéir au doigt et à l'encre

Les scientifiques du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (CSAIL) ont donné le nom de « SprayableTech » à leur création. Celle-ci repose sur la projection de différentes encres par-dessus des capteurs connectés.

D'abord, des pochoirs sont générés à partir de l'illustration que l'on souhaite obtenir en guise d'interface. Toute une série d'encre et de peinture est ensuite appliquée : encre conductrice au cuivre, encre diélectrique, encre au phosphore, etc. Un microcontrôleur est enfin connecté, reliant l'ensemble à une carte qui se chargera de traiter la commande de l'utilisateur.



Le tout peut être disposé sur un mur, un fauteuil ou même un poteau dans la rue. La vidéo du MIT donne ainsi à avoir une télécommande TV intégrée directement à un fauteuil, l'utilisateur pouvant commander son téléviseur en passant son bras par-dessus l'accoudoir. Attention toutefois à ne pas changer de chaîne par inadvertance !


Une peinture pour villes intelligentes

La vidéo montre essentiellement des applications relatives à la maison connectée, comme le réglage de la température intérieure ou de la lumière. Mais elle montre aussi un utilisateur se trouvant dans l'espace public : en appuyant sur un bouton, il reçoit des informations sur les transports publics et les lieux à voir dans les environs.

Michael Wessely, l'un des chercheurs du MIT, estime que cette peinture pourrait participer à la conception de « villes interactives ». Il a déclaré : « SprayableTech étant si flexible dans son application, on peut imaginer utiliser ce type de système au-delà des murs et des surfaces pour alimenter des entités à plus grande échelle, comme les villes intelligentes interactives et l'architecture interactive des lieux publics ».

Il ajoute : « Nous voyons cela comme un outil qui permettra aux humains d'interagir et d'utiliser leur environnement de manière inédite ». Dans une publication relative à SprayableTech, l'équipe précise d'ailleurs avoir créé un kit 3D permettant à son utilisateur de créer et d'animer ses propres capteurs de proximité, boutons tactiles, curseurs et autres écrans électroluminescents. L'équipe cherche désormais des collaborations avec des graffeurs et des architectes afin d'explorer tout le potentiel de sa peinture pour les villes connectées.

Source : Digital Trends
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Chrome OS pour tablette va intégrer des gestes et se rapproche de ce que propose l'iPad
Samsung s'approvisionnera auprès de Sharp pour ses dalles LCD
Orange et l'INSEE dressent le tableau des mouvements de population avant/après confinement
Twitter autorise désormais la communication de certaines informations aux annonceurs
Failles de sécurité : l'application Zoom traînée en justice par l'un de ses propres actionnaires
Mitchell Baker officiellement de retour à la tête de Mozilla 12 ans plus tard
Un vaste trou s'est formé dans la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique
Disney+ passe la barre des 50 millions d'abonnés en seulement 5 mois
MediaTek pris en flagrant délit de tricherie sur les performances de ses SoC
Haut de page