Test du Sony Xperia 10 III : une endurance exceptionnelle qui cache un smartphone faiblard

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
14 juin 2021 à 16h15
3
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Sony navigue sur un long fleuve tranquille. C’est en tout cas l’impression que donne le constructeur nippon, alors que les ventes de ses smartphones s’effondrent d’année en année. Loin de se réinventer, Sony ne déchausse pourtant pas sa pantoufle et continue de renouveler une gamme Xperia qui peine à nous convaincre.

Sony Xperia 10 III
  • Conception robuste (Gorilla Glass 6)
  • Étanche (IP65/68)
  • Prise jack de bonne qualité
  • (Très) grande autonomie
  • Un design qui n’évolue pas
  • Écran 60 Hz mal calibré
  • Interface datée
  • Smartphone parfois lent
  • 1 seconde pour déclencher l’appareil photo
  • Partie photo à revoir de A à Z
  • 3h pour être rechargé avec le chargeur fourni
  • Globalement beaucoup trop cher

Il faut dire que la concurrence est plus rude que jamais. Surtout sur le milieu de gamme, où le Sony Xperia 10 III qui nous intéresse aujourd’hui envisage de chasser. Présenté en avril dernier avec les Xperia 5 III et le haut de gamme Xperia 1 III , ce nouveau modèle vise une cible particulièrement porteuse en 2021 : les personnes cherchant à renouveler leur smartphone par un modèle 5G , sans se ruiner.

Dommage pour Sony, ses rivaux ont eu la même idée, et ils l’ont bien mieux exécutée. Vous l’avez déjà compris : le Xperia 10 III ne nous a pas convaincus, et on va tenter de vous expliquer pourquoi.

Sony Xperia 10 III : la fiche technique

Le Xperia 10 III sera lancé le 30 juin chez les revendeurs habituels au tarif de 429 € pour sa version 6+128 Go. Mais comme vous le comprendrez très vite à la lecture de sa fiche technique, on peine à comprendre pourquoi son prix est si élevé.

Fiche technique Sony Xperia 10 III

Caractéristiques techniques

Système d'exploitation
Android
Version du système d'exploitation
11

Affichage

Taille de l'écran
6in
Type d'écran
OLED
Définition de l'écran
FHD+
Taux de rafraîchissement
60Hz
Écran HDR
Oui

Mémoire

Mémoire interne
128 Go
Stockage extensible
Oui

Performance

Processeur
Snpadragon 690
Mémoire vive (RAM)
6 Go

Batterie

Capacité de la batterie
4500 mAh
Batterie amovible
Non

Appareil Photo

Nombre de caméras (avant & arrière)
4
Définition du / des capteur(s) arrière
8MP, 12MP, 8MP
Définition du / des capteur(s) avant
8MP
Taille des photosites objectifs arrière
1/4 ; 1/2.8 ; 1/4
Ouverture objectif photo arrières
f/2.2 ; f/1.8 ; f/2.4
Ouverture objectif photo frontaux
f/2.0

Réseau

Carte(s) SIM compatible(s)
Nano-SIM
Compatible double SIM
Oui
Compatible 5G
Oui
Compatible VoLTE
Oui

Equipement

Type de connecteur
USB-C
Lecteur biométrique à empreinte digitale
Oui
Acceleromètre
Oui
Gyroscope
Oui
Capteur de lumière ambiante
Oui
Prise Jack
Oui
Nombre de haut-parleurs
2

Caractéristiques physiques

Hauteur
154mm
Largeur
68mm
Epaisseur
8.3mm
Poids
169g
Certification IP
IP65/68

Écran AMOLED 60 Hz, Snapdragon 690, appareil photo principal de 12 mégapixels seulement… Ça ne fait pas rêver pour presque 500 billets. On ne lui accordera que la couverture de la 5G, sa protection robuste du verre à l'avant et à l'arrière ainsi qu'une certification d'étanchéité IP65/68 qui est encore rare sur ce segment de marché. Pour le reste, le POCO X3 Pro fait mieux, pour presque deux fois moins cher.

La déconvenue ne s’arrête malheureusement pas là. S’il est compatible avec la recharge rapide à 30 W, le Sony Xperia 10 III est livré avec… un bloc 7,5 W. Vous avez bien lu : c’est peu ou prou la puissance du chargeur historique des iPhone d’anciennes générations. Inadmissible, selon nous, sur un smartphone vendu à ce prix. Dans la boîte, on trouvera également un câble USB-A vers USB-C et une paire d’écouteurs intra-auriculaires ainsi que divers embouts en silicone pour les adapter à la forme de vos oreilles.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Design : vous reprendrez bien la même chose ?

La dernière refonte esthétique de la gamme Xperia de Sony remonte à plus de cinq ans. Chaque année, invariablement, le constructeur nous propose un trio de téléphones dont la seule différence réside dans la taille de l’écran. Ici, nous sommes sur une dalle OLED de 6 pouces au format 21:9 — toujours bordée de bordures importantes, Sony se refusant à poinçonner ses écrans pour intégrer un module photo.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

De part et d’autre de l’écran, on aperçoit deux grilles. En haut, elle abrite l’écouteur dédié aux appels. En bas, il s’agit du haut-parleur, qui fait donc face à l’utilisateur. 

Le téléphone est encadré de plastique, et affiche sur sa tranche droite la réglette de volume, le bouton de mise sous tension (qui sert aussi de capteur d’empreintes digitales) et un bouton dédié à Google Assistant, lequel n’est pas reconfigurable pour d’autres usages. Le port USB-C est situé en bas du châssis, et la prise Jack à l’opposé, sur le haut du téléphone.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

À l’arrière, rien n’a bougé. On retrouve ce verre caractéristique et ce dépouillement esthétique qui, pour le coup, fonctionne bien. Les trois modules photo sont alignés dans l’angle supérieur gauche, et le logo de la marque imprimé au centre. Comble de l’anachronisme, Sony continue d’afficher le logo du symbole « NFC » sur ses smartphones. Comme si cela était encore une rareté.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

On est — globalement — mauvaise langue, mais on doit malgré tout reconnaître que le Xperia 10 III trouvera grâce auprès de celles et ceux qui cherchent un smartphone compact et discret. Ses dimensions contenues et son poids réduit (169 grammes) en font un appareil qui est utilisable à une main, et qui s’oublie facilement dans une poche. Sauf pour ces dames évidemment, qui doivent encore aujourd’hui composer avec des poches dans lesquelles ne rentre aucun téléphone récent. Courage.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Écran : manque de justesse

Sony est connu non seulement pour ses smartphones, mais plus encore pour ses appareils photo, ses casques, ses consoles de jeu ou ses écrans Bravia de haute volée. Dommage que cette expertise n’infuse pas davantage dans le reste de ses secteurs d’activité. Car la dalle OLED (10 bits) offerte au Xperia 10 III ne répond pas tout à fait à nos attentes en termes de colorimétrie.

D’abord, il nous faut aussi rappeler qu’il s’agit là d’un écran affichant une définition Full HD+ sur une cadence de 60 Hz. Quand on sait qu’on trouve désormais des écrans AMOLED 120 Hz pour moins de 300 € (voir l’impeccable Redmi Note 10 Pro ), ça calme. 

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le souci, c’est que cette coupe technique n’est même pas compensée par une justesse irréprochable du côté des couleurs ou de la luminosité. Notre sonde X-Rite et le logiciel de calibration professionnel Calman Ultimate ont calculé un pic à 540 cd/m² lors de nos tests. C’est dans la moyenne du milieu de gamme, même si certains font beaucoup mieux et vont chercher les 900 nits comme le Xiaomi Mi 11 Lite 5G (399 €). 

Avec le mode d’affichage des couleurs par défaut, « Standard », nous obtenons une image très froide. Notre sonde a calculé la température de l’écran à 7163K, alors que nous attendions dans l’idéal 6500K. Le mode « Original » permet de s’en rapprocher, avec 6315 K, mais ce n’est toujours pas optimal.

Ainsi à moins de disposer d’une sonde et d’un logiciel adapté, impossible pour l’utilisateur lambda d’obtenir une image précise, aux couleurs réalistes. Et pour une marque qui vend des appareils photo de pointe, ça la fout mal. Après nos réglages affinés à l’aide de notre sonde, nous sommes parvenus à un compromis presque idéal : température des couleurs de 6512K, couverture du spectre sRGB de 116,8 % (seulement 85,7 % du DCI-P3) et un delta E de 3,35. 

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

On s’en satisfera. Mais gardez en tête que vous ne pourrez pas atteindre ces résultats sans être équipé du matériel nécessaire. 

Ensuite, en termes de réactivité de l’écran, nous n’avons pas de griefs particuliers à opposer au Xperia 10 III. Il répond bien aux interactions, même si son processeur un peu capricieux nous demande parfois un peu de patience pour passer d’une application à une autre.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Son : une prise jack salvatrice

L’unique haut-parleur du Xperia 10 III ne fait pas de merveilles. Malgré sa grande taille, il se concentre — comme n’importe quel autre haut-parleur de smartphone — sur une restitution correcte des médiums afin de favoriser la clarté des voix. On manque donc de pêche suffisante pour mettre en valeur les basses et les aigus. Notez aussi que le volume maximum n’est pas parmi les plus élevés du marché.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Mais par chance, le Xperia 10 III se dote aussi d’une prise jack. Et les écouteurs fournis dans le coffret sont d’ailleurs de bonne facture pour faire résonner vos morceaux favoris dans de bonnes conditions. On regrette néanmoins le manque d’options permettant de personnaliser le son. Aucun égaliseur n’est au menu du smartphone. On trouvera simplement une option permettant d’activer le DSEE Ultimate : une technologie propriétaire de Sony qui permet de supersampler les fichiers MP3 afin de leur offrir un meilleur débit.

Compatible Bluetooth 5.1, le smartphone de Sony prend en charge les codecs les plus importants pour l’écoute de musique sans-fil : SBC, AAC, aptX HD et LDAC

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

Performances : un smartphone chevrotant

Écrivons-le immédiatement : le Xperia 10 III est parmi les smartphones les moins performants de sa gamme de prix. Rappelons que le Snapdragon 690 dont il est doté est habituellement destiné aux smartphones moins onéreux. On l’a notamment aperçu dans le OnePlus Nord N10 (349 €) l’an passé.

Ici, on est donc loin de l’impressionnante aisance du POCO F3 (Snapdragon 870, 369 €) ou encore du realme GT — dont on ne connait pas encore les prix européens, mais dont on sait qu’il sera le smartphone le plus accessible équipé d’un Snapdragon 888.

Alors allons-y. Sous AnTuTu Benchmark, le Xperia 10 III se hisse péniblement au-dessus des 350 000 points. C’est tout de même deux fois plus que le Xperia 10 II l’an dernier. Sur Geekbench, le smartphone s’en tire avec 589 points en single-core et 1718 en multi-core. 

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

Son GPU (le Adreno 619) n’obtient que 825 points sous 3D Mark, et sa puce de stockage en UFS 2.1 ne dépasse pas la barre des 400 Mb/s en écriture, et 870 Mb/s en lecture.

En définitive : nous sommes toujours face à un smartphone plutôt lent à la détente. Même lorsque l’on se tient éloigné des jeux et applications trop gourmandes. En navigation au quotidien, on sent bien que les transitions entre différentes applications ne sont pas un exercice où le smartphone se sent très à l’aise. Le Xperia 10 III n’est pas fluide en toute circonstance, et pour 429 € c’est selon nous un problème.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

Preuve par l’exemple : l’exigeant Genshin Impact , qui se lance pourtant sur d’autres appareils de cette même gamme dans des graphismes moyens entre 30 et 60 images par seconde, ne tient ici même pas les 30 images par seconde en qualité faible. Aussi si vous envisagez sérieusement de jouer sur le Xperia 10 III, passez votre chemin.

Pire ! La lenteur du processeur s’illustre encore plus lorsque l’on cherche à prendre des photos — pourtant l’un des arguments de vente du Xperia 10 III. Quel que soit le capteur utilisé, et même en plein jour, il faudra attendre une bonne seconde avant le déclenchement de l’obturateur. Du jamais vu depuis plusieurs années.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Logiciel : une interface datée et peu fonctionnelle

Le retard accumulé par Sony en termes d’interface est colossal. Sous couvert de proposer une expérience « stock » d’Android — comprenez sans fioritures —, le constructeur passe à côté de la possibilité d’intégrer des fonctionnalités utiles à ses utilisateurs.

Livré sous Android 11 (deux ans de mises à jour garanties) avec sa mise à jour de sécurité d’avril 2021 (ça commence à faire loin), le Xperia 10 III n’offre pas la possibilité de personnaliser grand-chose. Le bouton dédié à Google Assistant ne peut servir qu’à ça ; impossible d’utiliser un égaliseur pour ajuster le son selon ses préférences ; aucune possibilité de déplacer ou de désinstaller des applications en lot pour réagencer son écran d’accueil simplement. 

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

Encore plus inacceptable selon nous : le Xperia 10 III ne permet pas de désinstaller ses applications déjà présentes dans le stockage du téléphone. Facebook et LinkedIn, en l’occurrence, ne peuvent être que « désactivées », et restent donc sur le smartphone, peu importe que vous les utilisiez ou non.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

On pourrait aussi parler de la fonctionnalité dite « d’optimisation de l’image vidéo », censée améliorer la qualité de l’image lors du visionnage d’une vidéo grâce à l’IA. On ne sait pas pour ce qui est de l’amélioration, mais on peut parler de la détérioration provoquée. Il n’y a qu’à activer le mode et lancer l’application YouTube pour s’en apercevoir : cela perturbe complètement la température de l’écran, qui revient à des niveaux très froids constatés plus haut. Bref : à désactiver immédiatement.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

Autonomie : enfin un point fort

S'il y a un élément pour lequel le Sony Xperia 10 III est inattaquable, c’est son autonomie. Alors oui, si nous étions taquins, on pourrait dire qu’avec son processeur famélique et son écran 60 Hz, il n’y a pas grand-chose qui consomme de l’électricité pour épuiser la batterie. Mais toujours est-il que le résultat est là : pendant notre test, le Sony Xperia 10 III s’est montré capable de tenir deux jours complets, voire trois selon les usages.

Dans le détail, le smartphone est resté sur batterie pendant exactement 44 heures pour un temps d’écran allumé de 10 heures tout rond. C’est vraiment excellent. Aucun risque de tomber en rade de batterie avec ce smartphone.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic

Par contre, si vous devez le recharger dans l’urgence, nous vous conseillons de vous offrir en sus un adaptateur secteur 30 W. Rappelons que, dans la boîte, Sony ne fournit qu’un bloc 7,5 W. Accrochez-vous : il vous faudra exactement 2 heures 58 minutes pour recharger totalement le smartphone. Avec un bloc 30 W, on passe à 2 heures 10 minutes.

Photographie : malheureusement inconstant

L’intertitre ci-dessus vend déjà la mèche de nos impressions sur la partie photo du Xperia 10 III. Comme tout le reste (autonomie mise à part), c’est largement inférieur à ce que propose la concurrence. Même si, contrairement à beaucoup d’autres, le smartphone a le bon goût d’intégrer un véritable téléobjectif à sa configuration. Configuration qui se décompose d’ailleurs comme suit :

  • Un grand-angle de 12 mégapixels (1/2.8" ; ƒ/1.8)
  • Un ultra grand-angle de 8 mégapixels (1/4.0" ; ƒ/2.2)
  • Un téléobjectif 8 mégapixels (1/4.0" ; ƒ/2.4 ; zoom optique 2x)
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Mais avant même de parler image, il nous semble nécessaire de rappeler que le comportement de l’application photo est irritant au possible. Par un manque d’optimisation, ou alors par la faible puissance du processeur (ou en doute), il faut au Sony Xperia 10 III près d’une seconde pour déclencher la prise de photo. Chez la concurrence, c’est totalement instantané.

Grand-angle : un manque de contraste

Le grand-angle est habituellement le capteur le plus soigné sur un smartphone. Mais ici, on doit déjà faire face à certaines limites induites par sa petite taille, et par sa définition modeste. 

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Si l’exposition est toujours plutôt bonne en journée, on remarque vite des couleurs un peu fades et surtout un contraste peu marqué. Globalement, les images prises au grand-angle manquent d’un petit quelque chose qui pourrait les mettre en valeur. Conséquence d’un refus péremptoire de Sony d’abuser du traitement de l’image par algorithmes qui, pourtant, pourrait bien améliorer les résultats. Autant cette démarche peut se comprendre sur de grands capteurs haut de gamme intégrés à des appareils photo professionnels, autant sur un smartphone grand public, il serait de bon ton de lâcher un peu de lest.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le mode HDR semble en revanche faire un travail plutôt efficace pour rééquilibrer l’histogramme dans les scénarios où la dynamique est très marquée. Le ciel est adouci, et les ombres rehaussées afin de faire réapparaître des détails dans l’image.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
HDR Off / HDR On © Pierre Crochart pour Clubic

Ultra grand-angle : des couleurs étranges

Un problème épineux se pose lorsque l’on passe d’un capteur à l’autre. Les couleurs ne correspondent absolument pas. Sur le grand-angle, on obtient des clichés aux couleurs plutôt neutres et naturelles. Mais à l’ultra grand-angle, on passe sur quelque chose de beaucoup plus saturé, et surtout aux teintes qui dérivent vers le turquoise.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Mais dans tous les cas, difficile pour ce tout petit capteur (1/4.0") de proposer des images éblouissantes. On voit immédiatement (sur grand écran) que les 8 mégapixels sont insuffisants pour donner à voir suffisamment de détails. De plus, le piqué est tout bonnement médiocre. Seul un cercle très réduit au centre de l’image nous paraît « sharp », alors que le reste est comme lissé.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Heureusement, les algorithmes font également un joli travail en HDR. On obtient cette fois des photos plutôt raccord avec celles du grand-angle, à scénario égal.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
HDR Off / HDR On © Pierre Crochart pour Clubic

Zoom : fait acte de présence

Vous le savez peut-être si vous lisez assidûment les tests de smartphones de Clubic, mais les constructeurs de téléphones d’entrée ou de milieu de gamme rusent pour proposer des zooms sur leurs appareils. Plutôt que d’intégrer un téléobjectif coûteux, ils préfèrent se doter d’un capteur grand-angle de haute résolution (64 mégapixels ou plus), et rogner dans l’image en HD pour simuler un grossissement. Malin, et plutôt efficace pour ce que nous en avons vu récemment. Mais le Xperia 10 III n’a pas cette approche. Il opte lui bel et bien pour un téléobjectif dédié qui, malheureusement, est lui aussi à la traîne.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 10x © Pierre Crochart pour Clubic

Il faut déjà dire que la toute première photo que nous avons prise avec le zoom était… floue (oui, même après la pose de 1 seconde nécessaire au déclenchement de l’appareil). Ensuite, et même en s’en tenant au zoom 2x (donc optique), l’image est très bruitée. Mal définie. Et, cette fois, la teinte tire beaucoup trop vers le magenta, ce qui rompt une nouvelle fois la continuité colorimétrique entre les trois capteurs du smartphone.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 10x © Pierre Crochart pour Clubic

Le capteur est techniquement capable de grimper jusqu’à un zoom numérique 10x. Ce que l’on ne recommande évidemment pas, pour les raisons illustrées ci-dessus.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 10x © Pierre Crochart pour Clubic

Portrait : efficace

L’application photo du Xperia 10 III nous frustre un peu en cela qu’elle n’intègre pas de mode portrait à proprement parler. Il faut passer par une option appelée « flou d’arrière-plan » pour ce faire.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Et hormis quelques occasionnels problèmes de mise au point, on est plutôt emballés (enfin !) par les résultats. Le détourage est efficace, et le flou très progressif. Cette fois, l’image est de qualité, et les détails de la peau du sujet sont bien retranscrits à l’écran.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Bien sûr, certains scénarios posent des difficultés au capteur, comme lorsque l’on cherche à photographier un objet, un animal ou une fleur. Mais dans l’ensemble, cela se tient plutôt bien.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Nuit : un mode nuit inutile

Pour faire de belles photos nocturnes, nous avons besoin : d’un capteur de grande taille, d’un objectif avec une ouverture suffisante et d’une stabilisation de l’image efficace. Le Sony Xperia 10 III n’a aucun de ses trois ingrédients, mais tente malgré tout de réussir la recette. Sans succès.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic

En intérieur, on arrive encore à récupérer des photos correctes. Très bruitées, elles ne mettent pas particulièrement en valeur notre sujet. Le mode nuit disponible dans les menus a un comportement très étrange. Il rééquilibre de façon juste les hautes lumières, mais efface aussi une bonne partie du contraste de l’image, et lisse exagérément les textures pour un rendu… décevant.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic

En extérieur, c’est par contre la catastrophe. Le Sony Xperia 10 III offre sans doute parmi les résultats les plus décevants qu’on ait vus ces deux dernières années sur un smartphone de milieu de gamme. Avec ou sans mode nuit, l’image est illisible, brouillonne, et bruitée à l’extrême. Et que l’on parle d’un cliché pris à l’ultra grand-angle, au grand-angle ou au zoom. La copie est à revoir en intégralité.

Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Ultra grand-angle : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Grand-angle : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Sony Xperia 10 III test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom : auto / nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Vidéo : une stabilisation plutôt efficace

Le Sony Xperia 10 III peut filmer avec son capteur grand-angle jusqu’en 4K à 30 images par seconde. Avec ce mode, la qualité de l’image est correcte, et la stabilisation (électronique) efficace pour compenser les mouvements de l’utilisateur.

En 1080p à 60 images par seconde, en revanche, la qualité optique se dégrade énormément. L’image est bruitée et les détails grossiers. Il y a du mieux en repassant à 30 images par seconde, mais cela reste très en dessous de ce qu’offre le mode 4K.

Enfin, l’ultra grand-angle n’est utilisable que dans le mode 1080p30, et n’offre pas non plus des images d’excellente qualité.

Sony Xperia 10 III : l’avis de Clubic

On ne va pas y aller par quatre chemins : le Sony Xperia 10 III est à fuir, tout simplement. Vendu beaucoup trop cher pour une prestation que même des smartphones d’entrée de gamme surpassent, il nous confirme que le constructeur est totalement déconnecté de la réalité du marché aujourd’hui.

Un constat qui ne nous fait pas plaisir (nous n’avons pas passé un super moment en compagnie du smartphone), mais qui doit être énoncé. Pour 429 €, le Xperia 10 III vous offre un écran mal calibré et plafonné à 60 Hz, des performances en retrait et une partie photo d’un autre âge. Ses points forts ? Indéniablement son autonomie (si l’on met de côté la filouterie concernant son chargeur…) et sa grande robustesse. En cela, il pourrait bien trouver malgré tout son public ! Mais vous qui lisez ses lignes, sachez qu’il existe de bien meilleurs smartphones à des prix bien inférieurs à celui demandé par Sony pour son Xperia 10 III.

Le tout fraîchement annoncé OnePlus Nord CE 5G en est un bon exemple et ne coûte, lui, que 299 €.

Sony Xperia 10 III

4

Avec le Xperia 10 III, Sony frôle la catastrophe. Déjà en difficulté sur le marché du smartphone, le constructeur livre ici un appareil daté, vendu beaucoup trop cher pour des prestations d’un autre âge, qui ne nous convainc guère que par sa très grande autonomie. 

Les plus

  • Conception robuste (Gorilla Glass 6)
  • Étanche (IP65/68)
  • Prise jack de bonne qualité
  • (Très) grande autonomie

Les moins

  • Un design qui n’évolue pas
  • Écran 60 Hz mal calibré
  • Interface datée
  • Smartphone parfois lent
  • 1 seconde pour déclencher l’appareil photo
  • Partie photo à revoir de A à Z
  • 3h pour être rechargé avec le chargeur fourni
  • Globalement beaucoup trop cher

Design 6

Écran 5

Performances 5

Logiciel 5

Autonomie 9

Photographie 5

Test réalisé sur un smartphone prêté par le constructeur.

Modifié le 14/06/2021 à 16h35
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Marre de rayer l'objectif photo de votre smartphone ? Samsung va utiliser le Gorilla Glass DX pour le protéger
Google dévoile accidentellement de nouvelles fonctionnalités de son application photo
OnePlus Nord 2 officiel : le retour musclé du
L'OPPO Watch 2, sous ColorOS, sera annoncée le 27 juillet
Les batteries MagSafe d'Apple peuvent être utilisées pour charger les AirPods
Samsung Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3 : c'est confirmé, la conférence aura lieu le 11 août prochain
Un smartphone Google avec zoom optique x5 ? C'est vers le Pixel 6 XL qu'il faudrait se tourner selon cette dernière rumeur
Samsung Galaxy Z Flip 3 : des specs fuitent sur Geekbench
Samsung Exynos 2200 : une bombe graphique propulsée à l'AMD RDNA2 6 cœurs
Xiaomi remplace Apple au deuxième rang des constructeurs de smartphones
Haut de page