AMD pourrait finalement opter pour un tout nouveau socket dédié aux Threadripper de 3e génération

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
05 novembre 2019 à 11h45
0
AMD Ryzen Threadripper

AMD prévoit toujours de dévoiler cette semaine sa nouvelle lignée de processeurs Ryzen Threadripper. Cette troisième génération de puces HEDT pourrait toutefois faire son entrée sur le marché avec une mauvaise surprise en prime : l'absence de compatibilité avec la plateforme X399 existante. C'est du moins ce que laissent entendre les premiers visuels de nouvelles cartes mères en fuite.

Et si AMD nous faisait un petit dans le dos avec sa troisième cuvée de processeurs Threadripper ? À la vue des premières cartes mères de nouvelle génération apparues en ligne (et repérées par INpact Hardware sur Twitter), la question se pose. Ces dernières arborent en effet un tout nouveau chipset baptisé TRX4... mais aussi un nouveau socket « sTRX4 ». La promesse qu'était celle d'AMD de rendre compatible sa nouvelle génération HEDT avec l'actuelle plateforme X399 et son socket TR4 (utilisé par les deux premières générations de puces Threadripper) semble s'évanouir à quelques jours d'une annonce attendue de pied ferme.

Un nouveau socket très proche de l'ancien

Si l'apparition d'un nouveau chipset fait sens, notamment pour introduire le support du PCIe 4.0 (comme avec les cartes mères destinées aux processeurs Ryzen de troisième génération), l'arrivée d'un socket remanié sTRX4 paraît déjà plus difficile à justifier. D'autant plus que ce dernier reprend à s'y méprendre la silhouette du socket TR4 exploité depuis deux ans par AMD. Il faudra certainement observer de près les caractéristiques de ce dernier, et tout particulièrement son nombre de broches, pour avoir un meilleur aperçu de ce qu'il propose en plus.

Il est aussi clair que si ce changement de plateforme et cette incompatibilité avec le socket TR4 se confirme, AMD devra justifier ce parti-pris et probablement éteindre quelques incendies au passage. Et pour cause, cette perspective s'éloigne du concept de rétro-compatibilité prôné par le groupe de Lisa Su avec ses processeurs Ryzen de troisième génération... mais aussi avec ses dernières puces pour serveurs. Dans les deux cas, seule une mise à jour du BIOS/UEFI est demandée pour permettre l'installation de puces nouvelle génération sur des plateformes existantes.


AMD se sentirait-il pousser des ailes alors qu'Intel trébuche sur le HEDT ?

Une explication à cette volte-face pourrait se trouver dans la volonté d'AMD de profiter de sa position dominante sur le marché du HEDT. L'offre bientôt renouvelée des rouges promet en effet d'être nettement plus intéressante que celle d'Intel d'un point de vue technologique.

La réponse d'Intel à cette situation étant surtout de concéder à une révision drastique de son approche tarifaire, tant sur ses nouvelles puces Cascade Lake-X que sur les processeurs Skylake-X d'ancienne génération.


Reste que si AMD opte bel et bien pour ce changement intégral de plateforme pour les processeurs Threadripper de troisième génération, les prix des puces actuelles - et de leurs cartes mères - devraient sérieusement baisser d'ici quelques semaines. De quoi écouler les stocks à l'approche du Black Friday ?

Source : Inpact Hardware
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Il va pleuvoir des radars tourelles, avec 1 200 installations supplémentaires d'ici 2020
Traçage numérique : Emmanuel Macron officialise l'arrivée prochaine d'une application
Porn : Macron veut
Trop chers, pas assez autonomes, les véhicules électriques n'intéressent qu'un français sur dix
Radars tourelles : on les croyait indestructibles, ils ne résistent pourtant pas à la colère de citoyens
Amazon suspend provisoirement l'activité de ses centres de distribution français
De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Le nucléaire provoque-t-il moins de morts que le solaire ou l’éolien ?
Convention citoyenne pour le climat : les propositions phares retenues, et leur avenir
Émissions de CO2 : l'Assemblée nationale vote l'augmentation du malus à 20 000 euros
scroll top