Voici comment bénéficier du bonus "réparation" sur vos appareils électriques et électroniques

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 15 novembre 2022 à 20h03
© Pexels / Ekaterina Belinskaya
© Pexels / Ekaterina Belinskaya

Dès la mi-décembre, il sera possible d'obtenir un bonus réparation pour ses appareils. Ce dernier prendra la forme d'une aide financière dont le montant devrait varier entre 10 et 45 euros, selon les produits.

Faciliter la réparation de ses appareils et équipements électroniques ou électriques fait partie des grandes priorités de la loi Agec, ou loi « anti-gaspillage ». Elle doit pousser les fabricants, distributeurs et consommateurs à prolonger la durée de vie des machines. À ce titre, un bonus réparation sera lancé à compter du 15 décembre 2022.

Un réseau de réparateurs déjà en place, mais encore léger

Cette aide financière, qui arrive avec un an de retard, est destinée à inciter les consommateurs à se diriger vers la filière de la réparation, plutôt que de se débarrasser tout simplement des appareils auxquels on aurait pu offrir une seconde vie. Pour en bénéficier, il faudra néanmoins franchir une étape intermédiaire. Le consommateur qui veut profiter du bonus réparation devra faire appel à un professionnel agréé du secteur. Il peut très bien s'agir d'un réparateur industriel ou indépendant, d'un artisan, et même du SAV distributeur ou fabricant.

En théorie, le réseau de réparateurs devrait pouvoir s'élever à 1 500 professionnels. Mais pour l'instant, seuls 500 d'entre eux ont obtenu le précieux label, accordé selon des conditions drastiques par un organisme certificateur, et ce, pour une durée de 3 ans.

31 types d'équipements concernés et une réduction immédiate visible sur la facture

Pour identifier un réparateur certifié, deux solutions s'offrent à vous : vous pouvez soit vous rendre sur la plateforme label-qualirepar.fr, soit sur le site ecosystem.eco, qui ont tous deux été validés par les autorités compétentes.

Quels équipements sont concernés ?

Au total, 31 types d'équipements sont éligibles au bonus réparation. On retrouve les appareils photos numériques, les aspirateurs, les consoles de jeux, les drones, les lave-linge, les lave-vaisselle, les machines à café, les ordinateurs fixes et portables, les robots culinaires, les sèche-linge, les téléphones fixes et portables, les téléviseurs ou encore les vélos à assistance électrique.

Quel est le montant du bonus ?

Le montant du bonus réparation variera selon les types de produits. Si vous choisissez de faire réparer votre lave-linge, vous obtiendrez un bonus TTC de 25 euros. Pour un ordinateur portable, il s'élèvera à 45 euros (seul appareil à atteindre ce montant). Comptez sur une aide de 25 euros pour des produits comme les réfrigérateurs et les congélateurs ainsi que les téléphones portables ou les tablettes.

Capture d'écran du tableau du bonus réparation, via le site © ecosystem.eco
Capture d'écran du tableau du bonus réparation, via le site © ecosystem.eco

Notons que le bonus réparation devra prendre la forme d'une réduction immédiate du montant de la réparation, appliquée et visible sur la facture directement. Son montant devrait s'élever, en théorie, entre 20 et 25 % de la facture totale.

Source : ecosystem.eco

Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
9836376

Jusqu’où vont aller les subventions et du coup nos impôts ?

Je finis par penser que je suis dans le mauvais camps, celui des travailleurs et des payeurs !!

Autre exemple on subventionne les VAE qui polluent à la fabrication (batterie) et à la recharge (nucléaire, éolienne…) Une aberration !!!

fredmc

le pire c’est que les réparateurs vont augmenter le prix d’autant qu’on peut avoir du bonus et ca sera toujours la même …
Encore de l’argent foutu en l’air

MattS32

Quand on aura compris les coûts induits par la pollution et le réchauffement climatique, on se rendra compte que les subventions de solutions pour tenter de limiter la pollution et le réchauffement étaient finalement pas grand chose.

En l’occurrence, tu es aussi dans le camp de ceux qui peuvent bénéficier de ce bonus, puisqu’il est ouvert à tous sans conditions.

La plupart des gens qui adoptent le VAE ne le font pas à la place du vélo, mais à la place de la voiture ou du 2 roues motorisé (et une partie des subventions est d’ailleurs conditionnée par la mise à la casse d’un vieux véhicule thermique). Du coup ça reste largement bénéfique du point de vue environnemental, même si un VAE pollue un poil plus qu’un vélo classique.

LeToi

Une bagatelle par rapport au prix de réparation. Quand on voit combien Apple facture les réparations de ses téléphones ou tablettes par exemple….

Olivier22

Absolument!

TheWitcher

Jamais à court d’idées pour vos impôts…

papem

Et encore le quoiqu’il en coûte.
Quand rétablit-on l’impôt sur le revenu, m^me minime, pour tout le monde, ça remettrait peut-être les idées en place.
Il vaudrait mieux agir sur la conception des appareils. Ouvrir un portable devient une vraie galère. Sur certains appareils électroménagers, le temps de démontage, remontage est débile par rapport au prix de la pièce,

Nmut

C’est une vision pessimiste.
Il y a quand même de la régulation / surveillance. Et quand bien même une grande majorité des subventions partait dans la poche des réparateurs, ce fric n’est pas totalement perdu puisqu’il y aura eu de la TVA, des charges et que cet argent sera dépensé, sans compter le fait qu’un objet ne sera pas aller à la casse et remplacé par un autre fabriqué à l’étranger…
De toute façon, si le devis de réparation avec subvention dépasse un certain pourcentage du prix de l’appareil, il finira quand même à la déchetterie, cela limitera de fait le problème.
Ce qui m’enquiquine égoïstement, c’est que ceux qui réparent leurs trucs pétés eux même ne récupèrent rien! Je fais durer tous mes appareils avec mes « petites » connaissances en électronique, informatique et mécanique, mon stock de composants électroniques, mon imprimante 3D, mais mon effort ne sert à rien! :stuck_out_tongue: Bon après, je dépense nettement moins en électroménager que la plupart des gens. :smiley:

Nmut

Pour info, l’énergie musculaire est elle aussi polluante (les calories gérées sont « couteuses » et le rendement mauvais). La construction d’un VAE est vite amortie. Quand on prend en compte qu’il est utilisé à la place d’un véhicule plus gros et plus polluant (souvent en fabrication, toujours en utilisation), le bénéfice est immédiat.
.

gaadek

Tu restes largement gagnant à réparer toi même, y compris sans aide. Rien que l’intervention d’un technicien pour diagnostiquer une panne coûte largement plus que la prime proposée. Et si on ajoute le prix des pièces détachées, j’ai du mal à comprendre en quoi cette prime incite à réparer ses appareils.

Encore une fois, je pense que ce gouvernement se trompe complètement de combat: il faut pénaliser financièrement les fabricants d’électroménager, par exemple augmenter la durée de la garantie à 10 ans!

Rien que par cette proposition on forcerait mécaniquement les fabricants a une meilleure conception avec des pièces plus robustes. Et pour le coup, on limiterait grandement l’impact environnemental en limitant la mise au rébus de pleins d’appareils. Et ça ne coûterait rien! Tout au plus un surcoût à l’achat compensé par une durée de vie plus longue.

Mais bon, je me rends bien compte que je suis à contre-courant de notre modèle économique basé sur une croissance infinie :pensive: