Pour Microsoft, l'avenir du cloud est sous-marin

06 novembre 2018 à 13h44
17
Cloud sous-marin Microsoft
© Microsoft

Lors d'une conférence, le directeur général de Microsoft, Satya Nadella, a affirmé que l'entreprise allait multiplier les serveurs sous-marins, pour répondre aux besoins en cloud. Les avantages de ce procédé seraient doubles, à la fois en matière de latence et de vitesse de déploiement.

Microsoft a déjà procédé à des expériences consistant à placer un serveur sous l'eau. Et les résultats ont apparemment convaincu la société, qui entend poursuivre les efforts en ce sens. C'est ce qu'a expliqué Nadella, pendant la conférence « Future Decoded », à Londres.

Des services et un déploiement plus rapides

Pour le directeur général de Microsoft, immerger les data centers présente plusieurs avantages. Il est d'abord question de temps de réponse. En effet, plus de la moitié des êtres humains dans le monde vivant à moins de 200 km d'une côte, il est possible de placer des serveurs sous-marins proches des grands foyers de population. Cette proximité permet de réduire les temps de latence, ce qui est un critère essentiel pour la qualité d'un serveur, notamment pour des services comme le streaming live.

Ensuite, Nadella a indiqué qu'il était beaucoup plus rapide de déployer un data center sous l'eau que d'en faire sortir un de terre. Pour Microsoft, cela signifie une plus grande réactivité et la capacité de répondre à une demande croissante de serveurs. Ce qui n'est pas possible avec un data center sur site, qui implique d'anticiper les futurs besoins de ses clients.

Des premières expériences bientôt renouvelées

C'est en 2016 que Microsoft a commencé à tester la faisabilité de data centers sous-marins. Avec le projet Natick, la firme a ainsi plongé un serveur sous l'eau, le long de la côte californienne. Celui-ci peut depuis utiliser l'océan qui l'entoure pour évacuer la chaleur produite. Le déploiement de ce premier modèle est prévu pour une durée de cinq ans, à l'issue de laquelle il sera remplacé.

Depuis, Microsoft a réitéré l'expérience, avec un modèle plus grand, au large de l'Écosse. Et il n'a fallu que 90 jours à l'entreprise pour le construire et le déployer. Particularité de ce projet : il ne s'appuie que sur de l'énergie renouvelable, en particulier de l'éolien. Un nouvel argument qui apporte de l'eau au moulin de Microsoft pour un cloud sous-marin.

Source : Ars Technica
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
0
keyplus
dans l espace plutot
lordypakna
“immerger les data centers présente plusieurs avantages” Augmenter la température de l’eau?
l0wl
why ? because fuck the planet, that’s why !
dancod
C’est bon pour le tourisme: bientôt on pourra se baigner tout nu dans la mer du nord en janvier en Ecosse sans avoir peur de voir disparaître notre attribut le plus précieux…
twist_54
Microsoft va faire dans la livraison de pasta à domicile (l’eau chaude et le sel étant gratuit)
twist_54
Tu stockes où tes photos toi ? dans le cloud ?<br /> Non, dans les abysses.<br />
RipleyBooya
la dissipation de chaleur dans l’espace est quasi inexistante, l’eau est un excellent moyen de réduire notre emprunte carbone pour les datacenters.<br /> Ensuite, la meilleure chose serait la sobriété: moins consommer, mais c’est une autre histoire
benoit_mtl
Réchauffer l’air ou l’eau, l’empreinte carbone est la même, non?
keyplus
il y a dissipation par rayonnement infrarouge<br /> et l energie solaire abondante
Ch4rOon
on a pas déjà assez de problèmes avec le réchauffement climatique, ces mecs veulent en plus nous mettre des chauffages dans les oceans. Et j’ose imaginer que ce ne sera pas un , ni sur 10m2
tampigns
Non car aujourd’hui on utilise un refroidissement qui consomme bien plus. Là c’est presque un refroidissement passif.
ellis2323
L’empreinte ecologique est bien meilleure sous l’eau car refroidissement passif. Dans un datacenter, quand on utilise 1W dans un cpu, il en faut .5W/1W pour le refroidir.<br /> Il serait bon de reflechir avant de commenter…
RipleyBooya
Si tu étais dans envoyé dans l’espace sans combinaison, tu mettrais plusieurs jours/semaines à te refroidir “grâce” au rayonnement, pourtant tu serais probablement mort (à moins d’être superman ) et ne générerais donc virtuellement aucune “nouvelle” chaleur.<br /> imagine un serveur qui chauffe tellement, qu’on doit se servir de la conduction thermique de l’air ou d’un liquide pour pouvoir évacuer ce trop plein d’énergie afin de ne pas endommager les composants tout en maximisant la surface d’échange avec le fluide conducteur (air/eau/autre) via des dissipateurs.<br /> le tout sans parler de la “chaleur” (ou énergie plutôt vu qu’il n’y a pas de température dans le vide) reçue par les rayonnements solaires… ^^’<br /> je ne doute pas qu’il y ai un moyen d’utiliser l’espace, mais l’eau me semble moins coûteux en énergie/argent <br /> (Pavé César &gt;&lt;’ )
Matrix-7000
Encore une bonne raison de ne pas stocker das le cloud.
madforger
maintenant que l’on a détruit la terre, pollué l’air bah il ne manquait plus qu’accélérer la mort des fonds sous marins et donc de la planète, vue que l’oxygène provient des fonds et non des forets…
Pvb
C’est l’été a vie chez les poissons,
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le premier smartphone pliable n'est pas signé Samsung mais... Royole
Blizzard tente de consoler les joueurs en attente de Diablo 4
Un constructeur chinois annonce un appareil hybride sous Android à monture Canon
Volkswagen veut utiliser des ordinateurs quantiques pour réguler le trafic
⚡ Bon Plan : le drone DJI Mavic Air (4K) à 565€
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page