Huawei a son OS de secours au cas où il ne pourrait plus utiliser Android

le 16 mars 2019
 0
Huawei

Le constructeur chinois, embourbé dans un long conflit avec les Etats-Unis, se prépare à d'éventuelles sanctions. Huawei possède désormais un système d'exploitation de substitution pour remplacer Android et Windows dans ses produits.

Si Huawei reste confiant vis-à-vis des conséquences de la bataille juridique qu'il mène actuellement avec le gouvernement des Etats-Unis, le constructeur travaille à un plan de secours.

Un OS mobile développé en interne pour remplacer Android si besoin


Le géant chinois pourrait, si les décisions de justice lui sont défavorables, être empêché d'utiliser des technologies provenant des Etats-Unis, parmi lesquelles les systèmes d'exploitation Android et Windows qui équipent l'intégralité de sa gamme de produits.

Huawei travaille donc sur son propre système d'exploitation maison comme l'indique Richard Yu, l'un des cadres dirigeants de Huawei dans une interview au quotidien allemand Die Welt : « Nous avons préparé notre propre système d'exploitation. S'il s'avère que nous ne pouvons plus utiliser ces systèmes, nous serons prêts et nous aurons notre plan B. »

Le développement de cet OS alternatif a débuté en 2012, lorsque les Etats-Unis, déjà, ont ouvert une enquête sur les pratiques de l'entreprise, ainsi que celles de ZTE, accusées alors de cyber-espionnage et a continué en 2016 dans l'hypothèse d'un nouveau bras de fer judiciaire.

Huawei devrait revoir toute sa chaine d'approvisionnement


Toutefois Huawei préférerait que cette affaire se termine par un accord à l'amiable, et « préférerait travailler avec les écosystèmes de Google et de Microsoft » selon Richard Yu. Même si le constructeur peut produire un smartphone sans dépendre de technologies américaines (notamment les processeurs, qu'il fabrique avec la gamme Kirin), il lui faudrait faire une croix sur l'accès au Google Play Store et ses millions d'applications indispensables au quotidien de ses clients.

Le problème est plus complexe pour les ordinateurs portables, où Huawei utilise des processeurs Intel et aucun acteur étranger ne peut actuellement délivrer la puissance nécessaire pour faire tourner un laptop moyen ou haut de gamme. Huawei serait contraint d'assurer également le développement de ses propres processeurs si la justice américaine confirmait les actions envisagées.

Source : The Verge
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les iPhone 2020 seraient pourvus de modems 5G provenant de chez Qualcomm... et Samsung
#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
scroll top