Publicité en ligne : Google et Facebook accusés de collusion

05 août 2021 à 12h45
2

Deux entreprises originaires du Massachusetts ont accusé Google et Facebook d'avoir formé un deal pour donner des avantages au réseau social en matière de publicité.

Cette plainte intervient plusieurs mois après une plainte antitrust initiée par dix procureurs généraux républicains, représentant dix États américains, sur le même sujet.

Un marché formé en 2018

La section publicité de Google continue de faire parler d'elle, notamment à propos des soupçons d'un marché avec Facebook, qui donnerait des avantages injustes au réseau social. D'après la plainte déposée en décembre dernier par dix États américains, Google aurait approché Facebook à la suite de l'intérêt de ce dernier pour la publicité, et notamment le système de « header bidding », qui permet aux éditeurs de ne pas passer par les services de Google pour acheter et vendre des publicités. De quoi faire directement concurrence aux intérêts de la firme de Mountain View.

Un marché aurait alors été formé entre les deux entreprises en 2018, qui a conduit le réseau social à réduire ses activités en échange « d'informations spéciales, un avantage de vitesse pour aider Facebook à réussir dans les enchères et un taux de gain garanti » d'après la plainte déposée mardi. « Lorsque le pouvoir de marché de Google a été menacé, il a interrompu l'innovation et la concurrence par un accord avec Facebook » ont ajouté les entreprises. Elles demandent donc à ce que leur plainte soit transformée en class action, pour représenter tous les annonceurs qui ont été victimes de cet accord.

Google nie et Facebook refuse de commenter

À la suite de leur deal, les deux firmes auraient décidé de partager le marché et de fixer les prix entre elles, ce qui violerait les lois antitrust, d'après les plaignants. De son côté, Google continue de nier en se servant des mêmes arguments présentés lors de la plainte de décembre, arguant que plus de 25 entreprises participent à ce programme appelé « Open Bidding », et pas uniquement Facebook. De son côté, le réseau social a purement et simplement refusé d'émettre le moindre commentaire, selon CNET. Pour les entreprises flouées, Google serait responsable de tous les dommages qui ont été causés aux publicitaires.

Sachant que d'après une version non censurée de la plainte de décembre, les deux entreprises auraient envisagé une stratégie commune en cas de plainte à ce sujet. Le procès risque de ne pas être de tout repos pour les entreprises du Massachusetts.

Sources : CNET , Bloomberg

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Coincée au Canada depuis 3 ans, la directrice financière de Huawei va enfin rentrer chez elle
Google cherche une porte de sortie à l'amiable pour sa dernière enquête antitrust européenne
Tim Cook se plaint des fuites internes… dans une note confidentielle qui fuite elle aussi
Amazon n'est plus anti-cannabis, la plateforme en assure même le lobby aux US
GitLab va entrer en Bourse
Rachat d'edX : quel avenir pour la plateforme d'apprentissage à but non lucratif ?
Levée de fonds record pour la startup française Sorare spécialisée dans les NFT
Après celui de Jean Castex, le pass sanitaire d'Emmanuel Macron est dévoilé sur les réseaux sociaux
Sécurité informatique : les entreprises adoptent de plus en plus le stockage en ligne, mais la sauvegarde sur bandes résiste
Amazon bannit plus de 600 marques chinoises de sa plateforme
Haut de page