Pour tester Face ID, Apple obligerait ses employés à partager leurs données biométriques

Noëllie Mautaint
Publié le 13 avril 2022 à 08h00
© Laurenz Heymann / Unsplash
© Laurenz Heymann / Unsplash

Ashley Gjøvik, ancienne directrice principale de l’ingénierie du géant de la tech, a porté plainte contre Apple auprès des instances de régulation du monde entier. En France, le dossier a été remis entre les mains de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

La lanceuse d’alerte, licenciée l’année dernière sous couvert de fuite de données confidentielles, affirme que l’entreprise espionnerait ses employés au travers de tests de produits. 

Une application pour espionner les employés ?

Elle remet principalement en cause Glimmer, anciennement Globber, l’application utilisée en interne pour améliorer les produits d'Apple via des tests réalisés par les employés volontaires. Cette app avait initialement servi lors du développement de Face ID. Pour y participer, les employés doivent au préalable scanner leur visage et fournir leurs données biométriques. Cependant, ce système de volontariat ne serait pas respecté. Ashley Gjøvik affirme par exemple avoir été conviée à ce qu’elle pensait être un « événement social obligatoire », où elle a finalement dû manipuler Face ID via Glimmer, le tout enfermée dans une pièce.

Toujours selon elle, l'application ne serait pas utilisée uniquement lors de ces événements. La marque à la pomme ferait pression sur les employés pour qu’ils transfèrent leurs données personnelles sur les serveurs internes à plusieurs d’autres moments de la journée. « Apple capturait des photos et des vidéos secrètes des employés, puis les journaux liés au visage étaient automatiquement téléchargés depuis leurs iPhone quotidiennement », explique-t-elle.

Faire pression pour récupérer des données personnelles

Ashley Gjøvik rappelle qu’Apple s’était publiquement vanté d’avoir scanné plus d’un milliard d’images pour optimiser l’algorithme de Face ID. Sauf que la firme de Cupertino n’a jamais précisé où ni comment elle les avait obtenues. La lanceuse d’alerte affirme qu’il s’agirait en réalité des photos privées des employés récoltées grâce à Glimmer. D’autant que les salariés n’ont jamais su de quelle manière leurs données étaient exploitées, une fois récupérées.

D’autres inquiétudes soulevées concernent le système de signalement des bugs, qui utilise des tickets envoyés par les salariés. Ceux-ci sont ensuite transmis par défaut à tous les ingénieurs de l’entreprise. D’après Ashley Gjøvik, la firme pourrait également utiliser leurs données personnelles sans les avertir. Les pièces jointes contiennent le plus souvent le numéro des employés et leurs coordonnées directes. En déposant sa plainte, Ashley Gjøvik espère que les instances européennes seront à même de reconnaître la violation de vie privée des employés d’Apple par l’entreprise. Affaire à suivre…

Source : TechCrunch

Noëllie Mautaint
Par Noëllie Mautaint

Fan absolue de jeux vidéo bercée par les RPG et les jeux à forte narration. Constituée à 80% de jeux vidéo, mangas, séries, cinéma, livres, musique et nouvelles technologies. Attention, peut mordre si on critique à tort Final Fantasy X et XIII, Kingdom Hearts, The Last of Us, Life is Strange ou Avatar The Last Airbender.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (6)
Bidouille

Comment ça. Apple ne serait donc pas une société paradisiaque? Si Xiaomi faisait la même chose, tout le monde crierait au scandale sur le vilain monde chinois.

fredmc

Ben est ce que c’est pas le cas là ? Je vois pas la différence …

themancool87_1_1

Ce que Bidouille veut dire, c’est que si Xiaomi faisait ça. Ça impliquerait obligatoirement la Chine en arrière plan. Genre: Xiaomi collecte toutes ces infos biometrique pour le gouvernement Chinois

Hors là, personne ne va aller dire que c’est pour le gouvernement Américain.
Juste Apple.

Werehog

Sauf que le traitement des données personnelles des employés par un employeur ne relève pas de la CNIL, surtout si de telles mesures sont précisées dans le contrat ou un règlement intérieur.

nakata01

@werehog C’est l’une des activités de la CNIL, et heureusement que l’employeur n’a pas le droit de faire comme bon lui semble. Je t’invite à aller faire un tour sur le site de la cnil après avoir entrer les mots clés cnil travail ou cnil trombinoscope par exemple dans ton moteur de recherche.

sahimi_isshak

Bien dit rien que Facebook le gouvernement américain a tous les données et personnes ne dit rien mais quand t’il s’agit de Chine c’est un problème c’est très égoïste