Amazon, Zalando et d'autres boycottent la marque Boohoo et la plongent dans la crise

08 juillet 2020 à 18h48
8
Boohoo

Plusieurs détaillants de poids reprochent à la marque britannique les conditions désastreuses dans lesquelles les employés de ses usines de Leicester travaillent.

Depuis le début de la semaine, le groupe Boohoo a vu son action en bourse tomber de 390 livres sterling, lundi, à 224 livres ce mercredi, faisant perdre la moitié de sa valeur (soit autour de 2 milliards de livres) à l'entreprise basée à Manchester, spécialisée dans la vente de vêtements en ligne.

En cause ? Les accusations portées par une association, qui accuse le groupe de pratiques quasi-esclavagistes. Amazon et Zalando font partie des plateformes à boycotter les produits de Boohoo.

Inégalités salariales, fraudes, non-respect des gestes barrières… Le sombre tableau des fournisseurs de Boohoo

Portée par l'épidémie de coronavirus et le boom de la vente en ligne, la société Boohoo a su se faire nom, ainsi qu'une réputation. Sauf que celle-ci est passée du vert au rouge en l'espace de quelques jours, après que l'association de défense des droits des travailleurs Labour Behind a dénoncé les conditions de travail et les niveaux de salaires illégaux de plusieurs usines textiles de Leicester, au Royaume-Uni.

Dans son rapport, l'ONG épingle plusieurs usines de la ville, connue comme étant le plus gros foyer d'infection COVID-19 du pays, avec environ 10 % de tous les cas recensés au Royaume-Uni la semaine passée. Notons que les usines sont rattachées, pour la plupart, à des fournisseurs de Boohoo.

Labour Behind dénonce une violation du confinement et des gestes barrières (port du masque, etc.) rapportée par les salariés des usines mais aussi des pratiques assimilées à de l'esclavage moderne dans la chaîne d'approvisionnement. Des fraudes aux aides gouvernementales accordées pour la mise en place du chômage partiel ont aussi été dénoncées.

L'entreprise va enquêter

Pour Boohoo, le coup de grâce est arrivé dimanche lorsque le Sunday Times a indiqué que l'un de ses journalistes, qui s'était fait passer pour un ouvrier, s'était vu proposer un salaire de 3,50 livres l'heure (3,90 euros), alors même que le salaire minimum est fixé à 8,72 livres outre-Manche, soit 9,68 euros.

Dès lundi, l'entreprise, qui s'est dite « horrifiée » par les propos et agissements rapportés, a annoncé le lancement prochain d'une enquête interne et a précisé mettre fin à ses liens avec les fournisseurs qui auront commis le moindre écart. « Nous n'hésiterons pas à prendre des mesures si nos standards ne sont pas atteints », a prévenu le groupe.

Plusieurs sociétés ont annoncé retirer les produits Boohoo de leur catalogue, au moins le temps de l'enquête, comme Zalando, Asos, Next et Amazon. « Les partenaires commerciaux sont tenus de respecter toutes les lois, réglementations et politiques d'Amazon applicables lors de la vente dans notre magasin », a déclaré le géant du e-commerce.

Source : The Guardian

Modifié le 09/07/2020 à 10h20
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
9
Mecano
C’est bien. Par contre pour les conditions de travail dans les usines des produits asiatiques ? Non, rien ? Et sur la plateforme amazon, la market place, elle est nickel ? J’ai comme un doute sur la sincérité de la démarche. Un petit ripolinage d’image peut être ?
namaah
L’hôpital qui se fout… Comme dirait l’autre…
tangofever
Amazon qui boycott les conditions désastreuses dans lesquelles les employés travaillent, l’hôpital qui se fout de la charité, mdr.<br /> Des gens sans honte et sans vergogne, un peu comme ceux qui viennent de rejoindre ce gouvernement, on en avait déjà mais là on à des perles.
Blackalf
Amusant (ou pas), un seul mot a été retenu : Amazon…alors que ça n’a rien à voir avec le fond de l’article
molotofmezcal
Pour le coup ils auraient dû faire comme les autres, délocaliser.<br /> Ça serait bien que les boutiques de e commerce ne soient pas hypocrites et réagissent ainsi pour toutes marques qui confectionnent en Asie dans des conditions sûrement pas plus reluisantes.<br /> J’espère au moins que pour leurs propres collections ils n’ont rien à se reprocher.
LeToi
Peut-être que c’est illégal en Angleterre et pas dans ces pays asiatiques
Peter_Vilmen
A mon avis c’est juste pas le taff d’Amazon de controler et d’enqueter, le gouvernement est là pour ça. Donc les marketplace ont juste bien réagi face aux enquêtes journalistiques.
thekillers11
@ Peter Vilmen : il n’est jamais écrit que Amazon va contrôler…
Peter_Vilmen
Je repondais au commentaire de Mecano qui semble inputer une part de responsabilite aux marketplaces et pense que le bannissement de cette marque est peut-être opportuniste.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Cupra el-Born : la sportive électrique officiellement présentée, lancement en 2021
La Cour suprême américaine interdit définitivement la pratique des appels automatisés
Qualcomm annonce le Snapdragon 865+, qui intègrera le Galaxy Note 20 (sauf chez nous)
Démarchage téléphonique : le parlement donne son feu vert contre les appels abusifs... ce qu'il faut retenir
Streaming : Ninja est de retour... sur YouTube !
IKEA va commercialiser des panneaux solaires en France dès la rentrée
Amazon Alexa débarque sur la SFR Box 8
Samsung : un chargeur sans fil, qui désinfecte votre smartphone
La carte mémoire MicroSDXC SanDisk Extreme 64 Go en vente flash à 15,29€
Donkey Kong Country en approche sur Nintendo Switch !
Haut de page