Publicité déguisée, sponso cachés, les petits influenceurs oublient souvent la loi (et l'éthique)

30 septembre 2022 à 14h50
9
Instagram smartphone image © Solen Feyissa / Shutterstock
Solen Feyissa / © Shutterstock

Malgré des règles claires en la matière, les influenceurs français continuent dans une large part de contourner les règles sur la publicité déguisée.

Un rapport publié ce jeudi par l'autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) pointe que, malgré des efforts certains, beaucoup de créateurs de contenus méconnaissent ou contournent ouvertement la réglementation concernant les contenus sponsorisés. Le non respect de ces règles, pourtant, peut entraîner jusqu'à 300 000 euros d'amende et deux ans d'emprisonnement s'il est constaté.

Les réglementations entourant la publicité sont pourtant claires

Dans son rapport, le régulateur français de la publicité et de la concurrence pointe que, malgré les risques encourus, beaucoup d'influenceurs français créent des posts sponsorisés sans le mentionner clairement, voire font carrément de la publicité déguisée. Un phénomène tout sauf marginal car il concernerait pas moins de 9 % des contenus publicitaires publiés par des influenceurs de plus d'un million d'abonnés. Une proportion qui monte à 31 % chez ceux qui comptent moins de 10 000 abonnés.

Ces règles, pourtant, sont relativement simples à appliquer : l'intention commerciale doit par exemple être clairement exprimée. Dans le cas où l'on poste le contenu d'une marque contre services ou rémunération, cela doit aussi être affiché de manière explicite. Le #ad, souvent utilisé dans dans la description des posts concernés, n'est théoriquement pas suffisant. Certains influenceurs ne se contentent pas de contourner la loi : il n'est ainsi pas rare d'en voir certains promouvoir des secteurs pour lesquels la publicité est tout bonnement interdite, ou du moins extrêmement réglementée. Sont ainsi concernés l'alcool, les jeux d'argent et surtout les placements financiers. Les créateurs de contenu exposant leur mode de vie fastueux pour promouvoir des investissements sur des marchés étrangers ou des crypto-monnaies sont ainsi le plus souvent dans l'illégalité.

Des créateurs parfois mal informés… et des marques souvent peu scrupuleuses

Dans une interview pour Le Monde, Mohamed Mansouri, l'un des dirigeants de l'ARPP, explique que pour une large part des créateurs de contenu, ce non respect de la loi est imputable à un manque d'éducation en la matière. Il le justifie en pointant la différence entre les petits et les gros influenceurs, ces derniers étant souvent entourés d'équipes de professionnels, et donc beaucoup mieux informés sur les règles à suivre. À cet effet, l'ARPP s'emploie à informer les personnes concernées de leurs devoirs. Elle a lancé en 2021 une certification pour les influenceurs finance, qui garantit leur sérieux et leur transparence.

Si le manque d'informations joue indéniablement son rôle, il ne faut pas pour autant oublier l'absence de scrupules de certaines marques qui ont parfois tendance à demander clairement à ce que la mention de publicité ne soit pas affichée afin que le message paraisse plus authentique et percutant. Quant aux créateurs de contenu, ils ont parfois peur de s'aliéner une partie de leur communauté qui leur reprocherait de faire de la publicité et préfèrent tout simplement en masquer la mention. Au risque de se prendre un plus gros retour de bâton le jour où ils seront contactés par la justice.

Sources : Le Monde, Les Echos

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
10
ultrabill
Pourrait-on cesser d’appeler ces présentateurs de télé-achat des « influenceurs » ?
Agima
Il y a également beaucoup de sites qui font maintenant du placement à longueur de journée avec des titres vraiment trop putaclics
FortyTwo
Des pourris, qui en savent JAMAIS ce qu’ils vendent, et qui profitent de la vulnérabilité de leurs pauvres auditeurs influencés par des conneries.<br /> Ces mêmes pourris qui partent s’installer à l’étranger, principalement à Dubaï, profitant de tous les avantages fiscaux et ne payent aucun impôts ou cotisation en France, puis qui reviennent ici même se faire soigner à nos frais.
MisterDams
Il est grand temps de faire de ce statut une profession, avec un statut juridique et des responsabilités associées.<br /> J’ai rien contre les gens qui gagnent bien leur vie, même si c’est pour exhiber leur intimité, mais le fait d’être abruti (ou pas d’ailleurs) ne donne pas tous les droits commerciaux et fiscaux.<br /> Les marques doivent aussi s’assurer que leurs publicités sont conformes aux standards, où doivent agir contre le diffuseur (aka l’influenceur) si ce n’est pas le cas, soit par rupture de contrat soit pas procédure juridique.<br /> Bref, un cadre réglementaire, vite.
gamez
les influenceurs peuvent oublier la loi puisque de toute façon personne la fait respecter
_J2B
Ça me fait penser à cette influenceuse qui avait fait une vidéo (trouvable facilement sur Youtube) en pleurs pour parler du décès de sa grand-mère avec une grande tristesse… Suivi, sans aucune transition, du service d’accompagnement pour les personnes ayant perdu un proche qu’elle vendait.<br /> J’ai rien contre les influenceurs qui en règle générale, m’en touchent une sans faire bouger l’autre, mais le souci c’est qu’ils inspirent les plus petits pour leur mettre des étoiles dans les yeux. Alors que leur travail pour la plupart se réduit à se prostituer auprès de certains cheicks dans des conditions vraiment malsaines et de faire la promotion de produits ou services pas forcément vertueux.
FRANCKYIV
Bonjour,<br /> Qu’en est-il de ce genre de cas ?<br /> Adresse Web :<br /> Franceinfo – 29 Oct 19<br /> Avec l'intelligence artificielle, nul n'échappera plus à la publicité<br /> L'intelligence artificielle s'apprête à envahir les films et les séries diffusées à la télévision et les vidéos sur le web via la publicité.<br /> Sera-t-on clairement informé lorsque l’intelligence artificielle mettra des produits publicitaires dans les contenus ?
Blackalf
Et tout ça ne changera jamais, parce qu’il ne faut pas oublier que s’il y a tant d’influenceurs…c’est qu’il y a énormément d’influencés. Et même s’ils se prennent pour des libres penseurs, ils ne font en fait que suivre l’un ou l’autre courant de pensée. <br /> Personnellement il m’arrive d’aller chercher l’une ou l’autre chose sur YouTube, et à chaque fois je suis atterré quand je vois le nombre de vues sous certaines vidéos, vidéos sur lesquelles il ne me vient même pas à l’idée de cliquer rien qu’à voir l’image, son libellé ou le titre.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Grosse réduction sur le pack Amazon Echo Dot 5 avec une prise connectée Meross Smart Plug
Quand Amazon s'Inspire de TikTok : fausse bonne idée ou pas ?
Un antivirus hyper efficace et gratuit ? Voici la bonne solution
Apple iPhone 14 Plus : une jolie baisse de prix chez Amazon avant Noël
Chrome : Google annonce un mode économie d'énergie et de mémoire !
Elon Musk a transformé des bureaux de Twitter en chambre... parce que le travail n'attend pas
Juste avant Noël, l'écran gamer Samsung Odyssey G3 chute à 145€
Le micro Trust Gaming GXT 258W Fyru est complètement bradé sur Amazon
Huawei Band 7 : le bracelet connecté chute à moins de 50€ juste avant Noël
Chez Twitter, Musk aurait fait renvoyer les femmes en priorité
Haut de page