Non mais allô ? Une "task force" part en chasse des influenceurs qui font la promo du trading de cryptos

Vincent Touveneau
Cryptomonnaies
30 décembre 2021 à 08h45
10
Nabilla © Getty Images
© AFP

La star de téléréalité et femme d’affaires Nabilla Benattia a récemment écopé d’une amende de 20 000 euros de la part de la DGCCRF, le service de la concurrence et de la répression des fraudes. Sa faute ? Avoir vanté les mérites du Bitcoin dans une vidéo de 2018, sans préciser qu’il s’agissait d'une publicité sponsorisée.

Promouvoir des produits financiers à un large public est devenu monnaie courante chez les influenceurs, ce qui a justifié la création d’une force spéciale qui traque ce genre de dérives promotionnelles.

« Vous pouvez y aller les yeux fermés »

C’est officiel : la téléréalité et les vedettes qui la composent peuvent être aussi bien dommageables pour votre cerveau que pour votre porte-monnaie. C’est du moins ce que pensent les autorités financières françaises qui se sont mises à traquer activement la promotion de plateformes de trading par le biais de réseaux comme Snapchat

En France, il est possible de faire de la publicité pour ces instruments financiers, à condition de préciser qu’il s’agit d’un sponsor. La faute de Nabilla était de faire la promotion du Bitcoin et d’un partenaire d’eToro, avec sa verve habituelle : « Vous pouvez y aller les yeux fermés », proclamait la star de la télé, en parlant de l’investissement des crypto-monnaies

La formule pourrait faire sourire, si elle n’était pas destinée à un public très large, souvent de très jeunes gens sans aucune expérience financière. Cette amende de 20 000 euros, une bagatelle pour la fortune toujours croissante de Nabilla, sert surtout d’avertissement aux autres influenceurs qui voudraient faire leur blé sur la promotion de devises hautement volatiles.

L’émergence des « finfluenceurs »

Pour couper court à ce genre de publicités trompeuses, la solution la plus efficace est de bloquer le compte Instagram de ces vedettes que l’on surnomme désormais des « finfluenceurs », contraction hasardeuse des mots « finances » et « influenceurs ». Maeva Ghennam et Milla Jasmine en ont également fait les frais et ont perdu leurs 3 millions d’abonnés de façon temporaire. Même chose pour Laurent « Billionnaire » Correia, épinglé pour sa promotion déguisée du site de trading IronFX et banni de Snapchat le 1er octobre. 

Les liens entre la téléréalité et le monde de l’argent n’ont rien de surprenant. Ce que la DGCCRF met en exergue, c’est la capacité malsaine des influenceurs à montrer des signes extérieurs de richesse qui donnent à la jeunesse des envies de succès rapide, quitte à perdre beaucoup d’argent.

Source : Le Monde

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
11
Urleur
les influenceurs ne devraient pas exercés sur les réseaux sociaux, c’est une gangrène, il devrait y avoir une loi pour la protection des mineurs.
twenty94470
« Qu’en pensez-vous ? » Que j’aurai du l’écouter a l’époque avec le bitcoin a 4-5k€…
jcc137
Ils existent surtout et grâce aux réseaux sociaux.<br /> Et certain cryptophile de chez Clubic a dû être fortement influencé par Nabilla. (Provocation volontaire pour un membre qui se reconnaitra.)
keyplus
normal c est plus ou moins de l escrocerie
FortyTwo
«&nbsp;Influenceurs&nbsp;», quel terme à la con.
Werehog
Les influenceurs influencent des gens influençables, dans le sens «&nbsp;faible d’esprit&nbsp;». Ça donne tout de suite le ton vu comme ça : on n’a pas des personnes brillantes qui savent séduire les foules, on a des personnes peu scrupuleuses qui vivent sur le dos de personnes fragiles.
Voigt-Kampf
Ce sont d’ailleurs bien souvent eux-même des «&nbsp;faibles d’esprit&nbsp;».
bestermanus
CF Nabila…
c_planet
Moi aussi j’écris des lois intelligentes, si mon voisin de gauche ment à mon voisin de droite, mon voisin de gauche devra me donner l’argent du préjudice.
Le_Magicien_Sauvage
tant mieux et qu’ils aillent tous croupir au fond d’un trou à influencer les gens à devenir comme eux, des pourritures qui ne pensent qu’à l’argent, en soit c’est pas mieux que l’éducation parentale ou nationale qui font tous que le monde se barre en couille à force de mater les gros nichons se dandiner en image ou vanter les mérites de produits toxiques à leur image et pour certains effigie. En somme ils ne vendent que du toxique car ils sont plus que toxiques et continuent de se ballader à travers le monde en faisant miroiter une vie insipide bien loin d’être saine mais carrément malsaine. Honte à eux c’est pathétiques poupées plastiques et leur Ken respectifs.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Binance : peut-on forcer les plateformes à lutter contre la fraude ? Apparemment, non…
Cryptominage : il n'y a pas que des monstres de puissance dans la course, vous seriez surpris
Les NFT déjà mainstream (et bientôt sur YouTube) ?
OpenSea victime d'un bug, des propriétaires de NFT dévalisés
La chute du Bitcoin peut-elle débloquer les stocks de cartes graphiques ?
Quand Ozzy Osbourne se lance dans le NFT, mieux vaut l'éviter
La Russie va interdire le minage et l'utilisation de crypto-monnaie
Comme promis, le maire de New York a reçu son premier salaire d'élu en crypto
Opera lance son Crypto Browser Project, ancré dans le
Crypto.com piraté, des centaines de comptes touchés et plusieurs millions de dollars dans la nature
Haut de page