Silicon Valley Bank : voici les 3 raisons pour lesquelles la banque préférée de la tech a fait faillite

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
13 mars 2023 à 13h10
14
© Shutterstock x Clubic.com
© Shutterstock x Clubic.com

La faillite de la Silicon Valley Bank, ou SVB, spécialisée dans le financement de grandes entreprises du secteur des nouvelles technologies, fait suite à une déroute provoquée, en partie, par le resserrement des politiques monétaires américaines.

La SVB était jusqu'à maintenant inconnue du grand public. Certes, elle n'était « que » la 16e banque américaine la plus puissante (209 milliards de dollars d'actifs) à la fin de l'année dernière. Mais la Silicon Valley Bank, qui vient de faire faillite, est cependant devenue la plus grande banque à connaître pareil sort depuis la crise financière de 2008. Ce qui nous intéresse, ce sont ses liens plutôt solides avec le monde de la tech, qui plongent aussi bien les investisseurs, les entreprises et les bourses du monde entier dans le doute. Et pourtant, cette soudaine déchéance s'explique par différentes raisons.

Près de 200 milliards de dollars de dépôts non couverts : une grande partie provenait de start-up de la tech

Le monde de la tech, lui, est plutôt familier de l'établissement Silicon Valley Bank. L'éditeur de jeux Roblox y a placé 5 % de ses liquidités, tandis que Roku, la société qui fabrique des boitiers de streaming vidéo, y a placé près de 500 millions de dollars (soit un quart de sa manne financière). De l'argent aujourd'hui potentiellement perdu, puisque les fonds déposés par de nombreuses start-up de la Silicon Valley n'étaient tout simplement pas couverts par une garantie. On reparle de ce détail en fin d'article.

Le contexte :

En une semaine, trois banques américaines ont fait faillite. Outre SVB, nous avons appris que Silvergate Bank (étroitement liée au monde des cryptomonnaies) et Signature Bank (jusque-là 21e banque américaine) ont aussi sombré. Si les banques occidentales sont en souffrance ce lundi en bourse, les conséquences ne devraient cependant être que passagères et limitées pour le secteur bancaire.

Le secteur de la tech souffre, en revanche, depuis plusieurs mois, en ne parvenant plus à lever autant de fonds qu'il y a quelques années. La Réserve fédérale (Fed) a, de son côté, augmenté ses taux, avec un resserrement monétaire qui a mis les banques sous pression, voyant leurs marges diminuer. La Fed, qui essaie de lutter contre l'inflation, a ainsi poussé les clients de ces banques à placer leurs liquidités dans des produits financiers mieux rémunérés. Les trois banques venant de faire faillite n'ont alors pas pu digérer les retraits massifs des épargnants (en d'autres termes, elles n'avaient pas les moyens de répondre aux demandes nombreuses de retrait), qui eux avaient besoin d'argent pour notamment payer les salaires de leurs employés. Il n'est évidemment pas impossible que d'autres banques fassent… banqueroute. Mais ce n'est pas cette inquiétude qui domine.

Le secteur bancaire est taillé pour faire face à ces événements soudains. Mais pour celui des technologies, c'est une autre paire de manches. Le portefeuille de clients de SVB était à moitié composé d'entreprises issues du secteur des nouvelles technologies et des sciences, dont la santé financière dépend des investissements dont elles bénéficient. Chaque entreprise devrait pouvoir récupérer 250 000 dollars, un montant maximum garanti par l'agence Federal Deposit Insurance Corporation, qui protège les dépôts bancaires aux États-Unis, à cette hauteur seulement. Il faut avoir conscience que 96 % des dépôts opérés auprès de SVB n'étaient pas couverts. Nous parlons ici de 173 milliards de dollars.

SVB : des erreurs en cascade en l'espace de quelques jours

Pour Deepak Shenoy, fondateur de l'entreprise spécialisée dans la finance et la gestion de portefeuille Capitalmind, Silicon Valley Bank avait une étrange approche de l'investissement à court terme, en misant régulièrement sur des start-up présentant un grand risque et n'offrant pas de réelle garantie à long terme.

Shenoy s'interroge aussi sur le timing de l'annonce faite par SVB, mercredi soir, d'augmenter au plus vite du capital. Son PDG, Greg Becker, avait un besoin urgent de lever des liquidités, constatant les retraits nombreux de ses clients. Il a alors vendu pour 21 milliards de dollars de titres, composés pour la quasi totalité de bons du Trésor et d'obligations achetés lorsque les taux flirtaient autour de zéro. Mais ces titres avaient perdu une partie de leur valeur, après la hausse des taux décidée par la Banque centrale américaine. SVB a alors instantanément perdu 1,8 milliard de dollars. Pour Deepak Shenoy, le moment était inapproprié, car dans la foulée de l'effondrement d'une autre banque, Silvergate Bank. L'augmentation de capital a surtout renforcé l'inquiétude des investisseurs.

La troisième erreur de la Silicon Valley Bank aura été son défaut de communication. La célèbre agence Moody's a indiqué à la banque qu'elle allait dégrader la notation de dette de l'établissement, entraînant une plongée de son action (-66 % le 9 mars) et des retraits toujours plus importants. Plutôt que de faire preuve de transparence sur la situation, SVB a préféré inciter ses clients à ne pas paniquer, ce qui a fort logiquement provoqué la situation… inverse, venant ici renforcer un peu plus l'incertitude autour de la banque dont les signaux envoyés depuis plusieurs jours étaient tous négatifs.

La décision historique des autorités américaines, au chevet des particuliers et entreprises touchés par la faillite de SVB

Dimanche, Joe Biden a déclaré que les responsables de la faillite des trois banques américaines auraient à « rendre des comptes », évoquant ici un «gâchis ». Mais alors que le président américain doit s'exprimer lundi pour rassurer le secteur bancaire et les citoyens sur la manière dont Washington maintiendra un système bancaire solide et résilient, une annonce historique a déjà été faite par les autorités.

Le Trésor, la Fed et l'Agence de garantie des dépôts (la FDIC dont nous parlions plus haut) ont en effet déjà annoncé qu'elles permettraient aux clients lésés par la faillite de Silicon Valley Bank de récupérer l'intégralité de leurs dépôts. Une mesure historique approuvée par la Maison-Blanche, pour tenter de limiter la casse.

Sources : LinkedIn, Engadget, Clubic, BusinessToday

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (14)

Devilmax71
Article super intéressant, merci !
ccvman
Les responsables s’en sortiront avec une petite amende tandis que les voleurs de sandwichs et boîtes de conserve prennent 3 ans de prison ferme. Ça fait un moment que je ne considères plus les lois des pays occidentaux. Le fondateur de ftx qui se gavaient avec l’argent des clients et qui a fait faillite n’a pas fait un seul jour de prison, on apprend par la suite que c’était un donateur pour la campagne de Joe Biden. En France, pierre palmade drogué, blesse gravement des automobilistes et tue un bébé qui devait naître et il ne fait pas un jour de prison, tandis que certains ont fait de la prison car ils ont conduit sans permis.
dante0891
Heureusement qu’en France les banques sont très réglementés.<br /> J’ai eu l’impression de relire l’histoire des subprimes…
Felaz
Merci @AlexLex14 d’expliquer simplement un truc pas si simple que ça
AlexLex14
Merci @Felaz &amp; @Devilmax71
crush56
Je confirme, je suis un voleur de boites de conserves et j’ai pris 3 ans ferme
ayaredone
Pierre n’est pas encore en prison car il est à l’hôpital pour l’instant. Je pense qu’il va y aller mais peut-être pas dans les quartiers haute sécurité, plutôt du côté « hôtel ».<br /> Il arrivera peut-être même à avoir un régime de semi-liberté qui sait avec de bons avocats voire un bracelet électronique (c’est plus vraiment une peine de prison pour moi ça)
Martin_Penwald
Comme en 2008, le contribuable va payer pour l’incompétence, voire la malveillance, d’acteurs privés. C’est bô le capitalisme …
lnho
Je pense que vous devriez sincèrement revoir totalement les fondements du droit.<br /> Palmade n’a pas été jugé. Idem pour le patron de FTX.<br /> Merci de ne pas confondre le temps médiatique et le temps judiciaire.
loloaml
Privatiser les gains, nationaliser les pertes…<br /> Toujours la même rengaine….
Voir tous les messages sur le forum