Fujifilm lance son premier boîtier destiné au vlogging, le X-S10

16 octobre 2020 à 13h22
3
© Fujifilm

Compact, modulable et performant. C'est ainsi que Fujifilm a imaginé le petit dernier de sa gamme X, annoncé le 15 octobre. Le X-S10 s'adresse aux utilisateurs en quête d'un matériel léger, comme la marque sait si bien les faire.

En matière d'appareil photo hybride, Fujifilm en connaît un rayon. L'entreprise a la cote auprès d'une bonne poignée de professionnels et d'amateurs enthousiastes, séduits par l'écosystème Fuji. On ne peut que saluer les belles performances du récent X-T4 et du X-T3 avant lui. Comme Sony et son ZV-1, il ne manquait plus qu'un boîtier destiné au vlogging au catalogue du constructeur, c'est désormais chose faite. Le X-S10 a été annoncé, voyons ce qu'il propose.

© Fujifilm

Un bon APS-C, sans plus

Ce nouvel APS-C embarque un capteur X-Trans CMOS 4 de 26,1 millions de pixels, ainsi qu'un processeur X-Processor 4 que l'on trouvait déjà sur le dernier flagship de Fujifilm. La plage d'ISO s'étend de 80 à 51 200 (en étendu). Côté rafale, le X-S10 serait capable d'enregistrer jusqu'à huit images par seconde via obturateur mécanique (et cela, sans black-out entre les prises) et jusqu'à 30 images par seconde via obturateur électronique.

L'autofocus peut se fixer sur un œil ou un visage et ce même dans des conditions lumineuses difficiles, jusqu'à -7.0 IL, nous indique Fujifilm, à condition toutefois d'utiliser un objectif à ouverture (très) généreuse, comme un 50 mm f/1.0.

Il est dans les habitudes de le marque d'insister sur l'aspect « modulable » de ses boîtiers. Le X-S10 ne déroge pas à la règle, en intégrant des programmes personnalisables en sus des programmes prédéfinis, que l'utilisateur peut ajuster à ses besoins.

De même, Fujifilm propose, et ce depuis belle lurette, une gamme de filtres intégrée à ses boîtiers (appelés « modes de simulation ») afin de capturer des photos dans un style qui se rapproche de l'analogique, dont le bien connu ETERNA Bleach Bypass. Le communiqué indique que ces modes « permettent de maintenir vivante l’histoire de la photographie en transférant aux technologies numériques le rendu de certains des films analogiques emblématiques ». Si dans le fond, l'idée n'est pas mauvaise, dans les faits, c'est un élément plutôt gadget qui sert la communication de l'entreprise. Les utiliser ou opter pour une retouche en post-production, le débat est ouvert.

© Fujifilm

La vidéo, le point fort du X-S10

L'un des arguments clés du X-S10 est sa stabilisation intégrée. En effet, l'IBIS a été considérablement réduit pour intégrer un boîtier de seulement 465 grammes, sans toutefois entamer son efficacité. Fujifilm garantit une stabilisation à cinq axes et un gain de 6 IL : pas de doute, le X-S10 est armé pour la vidéo, même à main levée.

En outre, le boîtier capture des vidéos 4K/30 fps en 4:2:0 8 bits si l'on ne compte que sur la carte SD intégrée, mais passe en 4K/30 fps 4:2:2 10 bits via port HDMI. Le X-S10 permet d'enregistrer jusqu'à 30 minutes en 4K DCI (4 096 x 2 160), un format enrichi et légèrement supérieur à la 4K UHD. Côté Full HD, le nombre d'images par seconde va de 24 à 240, de quoi garantir des ralentis ultra smooth.

Ajoutez à cela un écran LCD rotatif à 180 degrés, caractéristique Ô combien indispensable pour la capture de vidéo et particulièrement de vlogs, voilà un boîtier qui va au bout de ses ambitions.

Pour finir, on retrouve toujours le look rétro qui fait tout le charme des boîtiers Fujifilm. La prise en main a l'air plutôt bonne au regard des photos, le problème des boîtiers Fuji étant d'être parfois si petits qu'ils sont difficiles à tenir en main de manière naturelle. Ici, le constructeur indique avoir conçu une poignée « ergonomique » capable d'assurer une bonne position malgré l'utilisation d'objectifs imposants.

© Fujifilm

Prix et disponibilité

Le X-S10 sera lancé au prix de 999 € dès la mi-novembre (boîtier nu). Plusieurs kits sont également proposés, incluant un objectif Fujinon XC15-45 mm F/3.5-5.6 OIS PZ pour 1 099 €, un Fujinon XF 18-55 mm f/2.8-4 R LM OIS pour 1 399 €, ainsi qu'un Fujinon XF 16-80 mm f/4 R OIS WR au tarif de 1 499 €.

Source : Fujifilm, The Verge

3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Forfait mobile : notre sélection des 10 meilleurs forfaits sans engagement du moment
Test du Google Pixel 4a 5G : il cachait (très) bien son jeu
Comment un antivirus détecte-t-il un virus ?
The Americans : l'espionnage en pleine guerre froide n'a jamais été aussi passionnant (et accessible)
Raspberry Pi : notre top 10 des projets les plus insolites
C'est officiel, le film Willow (de 1988) aura droit à une suite, sur Disney+
Road trip électrique : tout ce que vous devez savoir pour voyager sereinement
eToro (Avis 2020) : notre test de cette plateforme crypto alléchante mais risquée pour les débutants
Retour dans la matrice avec Matrix Reloaded, au delà des apparences
Après Lewis Hamilton, Nico Rosberg rejoint l'Extreme E
scroll top