Test du Sony ZV-1 : le vlogging de luxe

Marc Mitrani
Expert Smarpthone
12 août 2020 à 12h01
6
8

Plus proche de la caméra que de l’appareil photo même s’il en reprend les formes, le ZV-1 est incontestablement un appareil à part dans le monde de la vidéo personnelle. Sony le destine aux vlogueurs amateurs se sentant un peu à l’étroit avec la caméra de leur smartphone. Et il faut dire qu’il dispose de nombreux atouts pour les séduire. On l’a donc testé afin de voir s’il valait vraiment les 799 € demandés.

Fiche technique

  • Capteur : 20,2 Mpxl de type Exmor RS 1’’ à technologie d’empilement
  • Vidéo maxi : UHD (4K) (25 im/s, XAVCS, 100 Mbit/s)
  • Format de fichier : Jpeg, RAW (ARW Sony)
  • Zoom : 24-70 mm f/1,8-2,8 (équivalent 35 mm)
  • Mode macro : 5 cm (grand-angle) - 30 cm (téléobjectif)
  • Stabilisation : Oui (optique en photo, numérique en vidéo)
  • Écran : LCD tactile 3’’/921 kpts orientable
  • Modes d’exposition : P/A/S/M, modes Scènes, Intelligent Auto
  • Sensibilité : 125-12 800 Iso (extension numérique à 25 600 Iso)
  • Stockage : carte SD (SDXC UHS-I conseillé pour UHD/4K)
  • Connectique micro HDMI, USB 2.0 (hybride A/V), entrée micro
  • Wifi - Bluetooth : oui / oui
  • Batterie : Li-Ion 3,6 V/1240 mAh (ref Sony : NP-BX1)
  • Dimensions / poids : 105,5 x 60 x 43,5 mm / 294 g (avec batterie et carte)
  • Prix : 799 € seul, 899 € avec la poignée Bluetooth

Design et ergonomie

Au premier contact, le ZV-1 pourrait passer pour un appareil photo compact haut de gamme. Il faut dire qu’il ressemble comme un frère au RX100, le compact expert vedette de la marque. Et pour cause : il est bâti à partir de l’électronique du RX100 M4, adaptée pour l’occasion à une utilisation vidéo. La carrosserie, faite de plastique (alors qu’elle est métallique sur les RX100) est de bonne qualité tout en bénéficiant d’un finition soignée. Dommage qu’aucun joint d’étanchéité ne soit intégré, ce qui rend le ZV-1 vulnérable aux éclaboussures ou à la pluie.

On note aussi l’absence de molette de sélection des modes de prise de vue, replacée ici par une touche faisant apparaître un menu à l’écran. On apprécie la présence d’un grip proéminent assurant une excellente prise en main de l’appareil lors d’un tournage. Celui-ci était optionnel sur les RX100, ce que nous avons toujours regretté. Le flanc droit abrite trois prises logées dans autant de compartiments : micro HDMI pour la vidéo, USB 2.0 (qui semble ici anachronique par rapport à l’USB-C) ainsi qu’une entrée pour micro externe.

Les trois connecteurs sont protégés par autant de trappes

Fort logiquement, le ZV-1 se débarrasse du viseur électronique des RX-100, les vlogueurs n’en ayant pas l’usage. Il est avantageusement remplacé par un écran monté sur pivot, nettement plus pratique si l’on se filme. D’une diagonale de 3’’, il est constitué d’une dalle LCD tactile restant visible même en plein soleil. La captation sonore est assurée par un micro bien plus performant que ceux équipant les RX100. Constitué de trois capsules, il est de type directionnel et prend la place du flash normalement intégré dans le boitier d’un compact. Sony a la bonne idée de l’accompagner d’une bonnette anti-vent que l’on fixe dans la griffe porte-accessoires.

Le ZV-1 se pilote à l’aide de quelques touches mécaniques et de molettes logées sur les faces arrière et supérieure du boitier. Notons au passage que l’écran tactile est largement sous-exploité puisqu’il ne permet pas d’accéder aux menus de paramétrage. C’est d’autant plus dommage que Sony a conçu le ZV-1 afin de séduire des utilisateurs venant du monde du smartphone, appareil complètement tactile.

La poignée Bluetooth déporte avec bonheur les principales commandes.

Sony propose en complément du ZV-1 la GP-VPT2BT, une poignée Bluetooth optionnelle faisant aussi office de mini-trépied. Elle duplique les principales commandes de prise de vue, facilitant ainsi la captation vidéo à la première personne. Les deux produits sont disponibles en bundle pour 900 €, la poignée pouvant être acquise séparément au prix de 189 €. Lors de nos tests, nous avons apprécié la présence de la GP-VPT2BT et pour tout dire, nous n’envisageons pas l’utilisation du ZV-1 sans elle.

Vidéo : comme un pro

Un examen de la fiche technique du ZV-1 montre qu’il embarque le capteur et l’électronique du RX100 M7 (capteur 20 Mpxl 1’’, processeur Bionz X, ralenti jusqu’à 1000 im/s, suivi autofocus sur l’œil). S’il produit sans aucun doute possible d’excellentes photos (nous l’avons vérifié lors de nos tests), nous allons plutôt nous concentrer sur l’aspect vidéo. Celles-ci sont accessibles au travers d’un système de menu bien trop touffu et il faudra des trésors de patience afin de retrouver certains paramètres dans ce dédale. Heureusement, la personnalisation des touches de fonction (jusqu’à cinq sont assignables) ainsi que la présence d’un menu personnalisable « Mon Menu » permet de faciliter l’accès à ses paramètres favoris.

Le menu personnalisable peut comprendre 12 fonctions ou réglages couramment utilisés

Les vidéastes chevronnés apprécieront d’avoir accès à un ensemble de paramètres et fonctions dignes d’une caméra pro. Citons pour l’exemple le support des profils S-Log, le choix du débit (jusqu’à 100 Mbit/s) ainsi que du format d’enregistrement (AVCHD ou XAVCS). Bon point aussi par la présence de Zebra (visuelle à l’ajustement de la luminosité) et à la création de fichiers proxy (version allégée des vidéos captés afin de faciliter le montage). L’enregistrement audio peut s’effectuer en LPCM 2 canaux (en XAVCS seulement) ou en Dolby Digital AC-3 sur 2 canaux (en AVCHD). À ce sujet, le micro directionnel intégré donne entière satisfaction et dispose d’un mécanisme de réduction de bruit du vent assez efficace.

Le mode Auto Intelligent lisse l'appareil décider des réglages optimaux

Les amateurs ne souhaitant pas se plonger dans le paramétrage technique profiteront du mode Auto Intelligent identifie automatiquement la scène et ses caractéristiques afin d’adapter le paramétrage. Précisons aussi que les modes de prise de vue semi-automatiques PASM sont bien entendus accessibles.

Le ZV-1 propose une grande variété de frame rates et de débits (ici pour la Full HD)

Le ZV-1 embarque un objectif Zeiss 24-70 mm f/1,8-2,8 (en équivalent 35 mm) ainsi qu’un filtre à densité neutre ND3. La plage focale disponible est à notre avis parfaitement adaptée au vlogging, surtout avec une ouverture de cette taille. La présence d’un filtre ND3 permet de faire varier la quantité de lumière arrivant sur le capteur : on peut donc bénéficier en plein jour d’une grande ouverture et donc d’un bokeh important sans avoir à subir les conséquences d’une surexposition. Sony a eu l’excellente idée de mettre en avant cette possibilité en créant la fonction « floutage d’arrière-plan » assignée par défaut à une touche de fonction. Faut-il le préciser, les résultats obtenus avec le ZV-1 sont de bien meilleure qualité que le bokeh artificiel généré par les smartphones.

Lors de nos tests, nous avons été bluffés par la qualité des séquences vidéo produites. L’autofocus, particulièrement réactif, nous a comblés. Nous avons apprécié la détection automatique de l’œil humain en vidéo (gauche ou droit) afin d’y faire la mise au point (l’œil animal n’est détecté qu’en mode photographique). Le zoom a le bon goût d’être particulièrement silencieux afin de ne pas parasiter la captation audio. Si la captation UHD (4K) est bien présente, on regrettera qu’elle soit limitée à 25 ou 30 im/s et ne monte pas jusqu’à 60 im/s. La fluidité en cas de mouvements brusques de la caméra risque de s’en ressentir. On optera plutôt pour la captation en Full HD, disponible en 25, 50 et 100 im/s qui facilitera éventuellement la création de ralentis en postproduction.

Le ZV-1 peut être contrôlé depuis un smartphone ou un ordinateur. Impossible en revanche de diffuser une vidéo en direct

Sony destinant le ZV-1 à un public étant venu à la vidéo par un smartphone, on aurait trouvé normal que la connexion Wifi permette d’effectuer une diffusion en direct vers un réseau comme YouTube ou Facebook en exploitant la connexion 4G d’un smartphone. Ce n’est malheureusement pas le cas et c’est à notre avis d’autant plus regrettable que certains concurrents le proposent (Canon avec le PowerShot G7 X Mark III, par exemple).

Autonomie : seconde batterie indispensable

Le ZV-1 reprend la batterie amovible NP-BX1 utilisée par les RX100. Avec ses 1240 mAh, elle assure d’après le constructeur jusqu’à 130 minutes de captation vidéo ou 260 photos. Les utilisateurs du RX100 se plaignaient déjà de cette autonomie très moyenne, les vidéastes vont vite leur emboîter le pas. Lors de nos tests, la batterie pleinement chargée a tenu un pu moins de deux heures en mélangeant les captations vidéo et la prise de photos. Il faudra donc prévoir une seconde batterie afin de ne pas se retrouver en rade lors d’un déplacement. Autre possibilité, utiliser une batterie externe que l’on connectera au port micro USB, l’appareil pouvant fonctionner de cette manière.

Dans sa pingrerie désormais coutumière, Sony n’a pas jugé utile de fournir un chargeur secteur avec l’appareil. Il faudra donc utiliser celui d’un smartphone afin de remplir la batterie, ce qui immobilise l’appareil. On pourra aussi opter pour le chargeur de batteries optionnel BC-TRX qui alourdira l’addition d’une cinquantaine d’euros ou pour le kit ACC-TRDCX comprenant un mini chargeur USB et une batterie supplémentaire pour 70 euros.

Si vous enregistrez en UHD, la durée d’enregistrement continue est par défaut limitée à cinq minutes afin de ne pas faire endommager la batterie et l’appareil par une élévation trop importante de la température. Les réglages permettent de passer outre, avec le risque de voir apparaître une alerte de surchauffe suivie de l’extinction automatique en cas de surchauffe. Nous avons dû faire face à ce désagrément lors de tournages en extérieur durant la chaleur de l’été.

L’avis de Clubic

Avec le ZV-1, Sony fait son entrée sur le marché des compacts experts dédiés à la vidéo en espérant séduire les vloggeurs souhaitant produire de belles séquences. Sur cet aspect, l’objectif est atteint puisque les séquences produits par le ZV-1 sont exemplaires. Il ne lui manque en fait que la captation en UHD (4K) en 60 im/s.

On appréciera la rapidité ainsi que la précision de l’autofocus (mention spéciale sur le mécanisme de mise au point sur l’œil du sujet) ainsi que la présence de fonctions vidéo avancées. Si l’appareil vous tente, nous vous conseillons sans aucune hésitation d’investir 100 euros de plus dans le kit comprenant la poignée Bluetooth qui se révèle vite indispensable.


Aussi séduisant soit-il, le ZV-1 n’est pas parfait. Pourquoi Sony s’entête-t-il à sous-exploiter la fonction tactile de l’écran ? Et pourquoi diable ne pas avoir permis de diffuser en direct sur Facebook ou YouTube par la connexion 4G d’un smartphone le flux vidéo ? Espérons que ces manques, incompréhensibles pour un produit s’adressant à des vidéastes ayant débuté sur un smartphone, seront rapidement corrigés.

Sony ZV-1

8

Destiné aux vlogueurs souhaitant produire des séquences plus léchées qu'avec un smartphone, le ZV-1 se base sur l'électronique de l'excellent compact expert RX-100. On porte à son actif une excellente qualité vidéo, photo et audio mais on regrette tout de même la lourdeur des menus de paramétrage, la sous-exploitation de l'écran tactile ainsi que l'autonomie très moyenne de la batterie.

Les plus

  • Qualité vidéo et photo
  • Autofocus performant
  • Qualité audio (micro intégré)
  • profils VLOGs
  • Présence d'un filtre ND3
  • Poignée Bluetooth

Les moins

  • Autonomie trop juste
  • Pas d'USB-C
  • Pas de joint d'étanchéité
  • Pas de 50 im/s en UHD (4K)
  • Exploitation anecdotique du tactile
  • Pas de streaming en direct
  • Pas de chargeur fourni

Caractéristiques techniques 8

Fabrication 8

Ergonomie 7

Qualité d'image 9

Modifié le 13/08/2020 à 01h10
6
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
Cyberpunk 2077 : malgré les promesses de CD Projekt, le studio passe en mode crunch
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K

Charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top