La loi d'orientation des mobilités (LOM) a été adoptée par le Parlement

20 novembre 2019 à 18h36
0
route_transports_vehicule

Adopté par une majorité de 116 députés, ce nouveau texte de loi ambitionne de transformer en profondeur les déplacements des Français.

Elle est coûteuse et polluante. Et pourtant, sept Français sur 10 prennent la voiture pour aller au travail. La loi d'orientation des mobilités vise à développer de nouvelles alternatives.

Une loi pour transformer les transports au quotidien

Mardi 19 novembre, l'Assemblée nationale a adopté définitivement un nouveau texte. Fruit de deux ans de travail, la Loi d'orientation des mobilités (LOM) veut réorganiser les moyens de se déplacer, notamment au quotidien.

Plusieurs constats sont à l'origine de cette loi : territoires isolés des grandes métropole par manque d'axes de transport, voiture individuelle comme principal moyen de transport pour aller au travail, investissements ferroviaires davantage tournés vers les lignes TGV plutôt que vers la mobilité du quotidien...

Pour répondre à ces problèmes, 13,4 milliards d'euros seront investis jusqu'en 2022, en priorité pour l'entretien et le développement des transports du quotidien. Second volet : mettre en place de nouvelles solutions de transport (covoiturage, navettes autonomes, transport à la demande...) dans tous les territoires et pour tout le monde. Enfin, la loi met l'accent sur le développement de modes de transports plus écologiques.

« La loi d'orientation des mobilités apporte une réponse forte aux fractures sociales et au sentiment d'injustice que vivent beaucoup de Français qui n'ont pas de solution de mobilité satisfaisante au quotidien, ainsi qu'à l'urgence environnementale », se réjouissent les ministres Élisabeth Borne et Jean-Baptiste Djebbari, en charge de cette loi.

Plus faciles, moins chers, moins polluants : avec la LOM, le Gouvernement espère donc résoudre les inégalités liées aux transports... Et répondre à l'urgence environnementale.

LOM : qu'est-ce qui va changer concrètement ?

Au niveau des infrastructures, le budget de la loi permettra surtout d'augmenter le nombre de trains quotidiens, d'entretenir les réseaux de transport, de développer des lignes de RER ou d'installer des pistes cyclables. Par ailleurs, on devrait à l'avenir croiser davantage de voies réservées aux bus ou aux voitures électriques sur les routes.

Autre changement majeur : la création du forfait mobilité durable dans les entreprises. S'ils utilisent le covoiturage ou le vélo pour venir au travail, les employés pourront être indemnisés jusqu'à 400 euros par an. En parallèle, le Gouvernement propose de multiplier par cinq le nombre de points de recharges pour les voitures électriques sur le territoire, afin d'encourager l'adoption de véhicules zéro émission.

Désormais, les communes pourront créer des zones à faible émission (ZFE). Dans ces dernières, seuls les véhicules propres pourront circuler librement. Les restrictions de circulation, elles, deviendront systématiques en cas de forte pollution.

Enfin, 16 villes accueilleront des navettes autonomes sur leurs routes pour une phase de test, avant de les étendre à tout le territoire.

Sources : Le Figaro, Ministère de la Transition écologique et solidaire
Modifié le 21/11/2019 à 09h58
54 réponses
29 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top