1958, année aérospatiale : quand Eisenhower créait la NASA

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
14 février 2022 à 13h13
2
NASA Meatball logo VAB © NASA
Le logo de la NASA, à l'occasion d'un nouveau coup de peinture en 2020. Crédits NASA

Début 1958, malgré l'envoi du premier satellite américain , la course à l'orbite est perdue. La prochaine étape ne fait guère de doutes, ce sera le vol habité ! Il faut rassembler l'industrie américaine qui s'est égarée entre puissances armées et laboratoires publics. Mais ce ne sera pas si facile…

Et la NACA, qui pourrait chapeauter tout ça, n'a pas les épaules.

Fossé technologique

Début 1958, l'ambiance n'est pas au beau fixe du côté des décideurs du programme spatial américain. L'URSS parade depuis trois mois avec Spoutnik , puis l'aventure tragique (mais révélatrice) de Laïka . Les responsables savent qu'ils sont sur le point d'atteindre l'orbite, même si le programme de fusées Vanguard, mené par la Marine, est jusque là un échec retentissant. En coulisses, il y a plus grave : les Soviétiques préparent évidemment des versions encore plus puissantes de leur lanceur, qui a déjà emmené une capsule de 500 kg en orbite. Il n'y a aucun doute, la prochaine étape est celle des vols habités, et cela va se jouer rapidement. Or l'effort paraît démesuré : le 1er février, Explorer-1 décolle, mais le satellite ne pèse que 14 kg…

Laika chien spoutnik-2 capsule © ND/NASA
La chienne Laïka avant de partir pour l'espace. Les Etats-Unis n'ont pas les moyens de faire aussi bien... Crédits URSS

Chacun dans son coin

Le problème réside moins dans les moyens que dans l'organisation qui va avec les efforts américains pour conquérir l'espace en ce début 1958. Pour commencer, chaque branche des très puissantes et très influentes forces armées travaille sur son propre projet, avec ressources et bureaux d'études. L'US Navy a travaillé sur Vanguard, assemblage raté qui va pourtant faire apprendre de difficiles leçons à ses concepteurs. L'US Air Force a son projet Atlas, dérivé direct de son futur missile balistique intercontinental (et sa version préliminaire, Thor), qui a pris du retard. Et l'US Army, qui dispose de l'équipe de Wernher von Braun, a ses travaux dérivés du V-2 allemand , la série Juno/Jupiter. Mais la désorganisation ne s'arrête pas là ! Il y a des projets menés par des sous-groupes (comme le missile orbital NOTS-EV), des instituts de recherche comme le Jet Propulsion Laboratory qui sont rattachés à des branches armées, et d'autres bureaux d'études qui planchent sur la question chez tous les grands noms de l'aéronautique américaine : Boeing, Rockwell, Northrop, Bell et tant d'autres veulent leur part du gâteau.

Vanguard satellite US © N.A.
Le satellite Vanguard-1. Ironiquement, c'est aujourd'hui le plus vieux déchet spatial. Crédits NASA

Reprendre les rênes

Pour avoir une chance de rattraper les Soviétiques, il va falloir rassembler les efforts et une partie des ressources. Pourtant, et c'est à noter, chaque développement quasi-indépendant des forces armées arrive à maturité début 1958 ! Il va donc falloir aussi une instance qui pourra choisir quelles sont les meilleures ressources pour le programme public des Etats-Unis. Et vite ! Même le premier programme spatial habité est déjà sur les rails via l'US Air Force, qui prépare le « Man In Space Soonest », ou MISS (jeu de mot douteux, puisqu'il signifie aussi « raté » en anglais), dès la fin du printemps 1958. Ils vont jusqu'à sélectionner 9 pilotes avant la fin juin… alors que les concepts de capsule ou de lanceur ne sont pas au point. La Maison Blanche a besoin de reprendre la main sur son industrie spatiale avant même de s'intéresser à celle de l'URSS.

Spoutnik-2 laika décollage © URSS
Il faut dire aussi qu'en termes d'espionnage, les USA ont raté leur surveillance des activités soviétiques spatiales... Crédits URSS

Une petite agence…

Heureusement, elle ne part pas de zéro, puisqu'elle dispose de la NACA (National Advisory Comitee for Aeronautics), qui est déjà une institution impliquée dans le programme spatial depuis les travaux de Goddard, pionnier américain des fusées dans les années 20. La NACA, qui a participé aux recherches sur les avions supersoniques, sur les moteurs fusées et qui a aidé les différentes branches armées dans une bonne partie des projets spatiaux en cours, n'a pourtant pas autorité. Ce qui ne l'empêche pas d'être lucide, en proposant plusieurs rapports à l'administration américaine. Le 16 janvier 1958, son directeur publie un rapport sur « un programme national de recherche pour la technologie spatiale », appelant à un nouvel effort dirigé par les autorités publiques, sous la forme d'une agence civile. Le 5 mars, le jour même où le satellite Explorer-2 échoue à atteindre l'orbite, une recommandation du conseil scientifique national appelle le président Eisenhower à renforcer et redéfinir le rôle de la NACA.

Un peu d'aide de la Maison Blanche

Au milieu d'un mois d'avril compliqué par d'autres dossiers (les révolutionnaires castristes entrent à La Havane), le président des Etats-Unis soumet un projet de loi au Congrès pour la création d'une agence spatiale civile, et le regroupement sous son administration des activités de la NACA. Les décollages se succèdent pour les Etats-Unis : Explorer-3 réussit sa mission, un satellite Vanguard est finalement envoyé en orbite… Mais l'URSS réussit un nouveau coup de pression le 15 mai avec Spoutnik-3, le fameux « Objet D », en préparation depuis 3 ans. Ce dernier n'est finalement pas une grande réussite, mais ce n'est pas ce qui compte : il pèse 1,3 tonnes, et sa taille approche celle qu'une première capsule habitée pourrait prendre. La presse américaine en profite pour tirer à boulets rouges sur l'administration du programme spatial national, dont les découvertes scientifiques ne cachent pas le désarroi sur les capacités orbitales.

Eisenhower NASA création © NASA
"Bon les gars va falloir mettre les bouchées doubles", expliquait sans doute Eisenhower (au centre).

Il faudra attendre le 16 juillet pour le feu vert du Congrès, ce qui est rapide compte tenu de l'évolution de la situation. Mais ensuite, tout s'enchaine très vite : le 28 juillet, D. Eisenhower signe le National Aeronautics and Space Act, qui créé de facto son agence nationale civile, la NASA (National Aeronautics and Space Administration). Pour des raisons d'organisation comme administratives, le début « officiel » des opérations de la NASA est fixé au 1er octobre 1958 (premier jour de l'année fiscale 1959, selon la règle américaine). Et entre temps, il reste un énorme travail de réunification et de réorganisation des efforts !

NASA : assemblez-vous !

Car il ne s'agit pas que de « rebadger » la NACA avec une augmentation de budget. T. Keith Glennan, qui en prend les rênes, l'a bien compris. D'abord, la NASA reprend la main sur le programme habité civil : le projet MISS est annulé, et dans la foulée l'équipe de la NACA (qui formait le gros de la « task force » consacrée) démarre son propre programme, nommé Mercury. Et si la NASA se charge encore de la recherche aéronautique, l'objectif est bien de rassembler un maximum de ressources publiques pour répondre au défi spatial. La NASA récupère les centres de recherche de Langley, Ames et Lewis Field (qui deviendra plus tard le centre spatial Glenn), incorpore le JPL, au grand dam de l'US Army, avec la section balistique et l'équipe de Von Braun, le NRL (Recherche spatiale de l'US Navy) et les spécialistes de l'US Air Force.

4 Mercury
Alan Shepard pèse plus lourd à lui tout seul, que le satellite américain le plus lourd envoyé dans l'espace en 1958... Crédits NASA

Il faudra du temps pour travailler efficacement de concert, et les équipes le savent : l'URSS planche déjà sur une adaptation habitée de son véhicule spatial. Alors pourquoi ne pas jouer sur un autre terrain et tenter d'envoyer une sonde vers la Lune ? Le premier chapitre de la course à l'espace est joué, le deuxième commence…

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
tux.le.vrai
Toujours agréables à lire ces articles sur l’épopée spatiale. Merci.
Pierro787
Merci pour ces articles très instructifs et trop rares dans les médias français. La conquête spatiale fait partie d un sujet qui a changé la face du monde avec le consolidation de la guerre froide, et son lot de missiles intercontinentaux.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Voici le son d'un trou noir... et c'est beau
Boeing et la NASA sont prêts pour tester à nouveau la capsule spatiale Starliner
SpaceX défie les statistiques et passe (déjà) le cap des 20 décollages en 2022
Le plus gros séisme jamais détecté sur une autre planète a eu lieu sur Mars (et vous pouvez l'écouter)
Qu'est-ce donc que cette étrange forme rectangulaire découverte sur Mars par Curiosity ?
L'EHT présente la première image de Sagittarius A*, le trou noir au cœur de notre Galaxie
Virgin Orbit aura bientôt trois 747 qui sillonnent le monde pour larguer leur fusée
Le vaisseau cargo Tianzhou-4 arrive sur la station spatiale chinoise... pour l'instant déserte
Haut de page