Le Japon veut renforcer sa force de "défense contre espace"

Benoît Théry Contributeur
23 septembre 2019 à 12h18
0
Japon Espace
© YuiKimiya

Pour le premier ministre japonais Shinzō Abe, le Japon doit renforcer sa force de « défense contre espace ». L'homme a affirmé, jeudi 19 septembre que l'Air Self-Defense Force (ASDF), l'armée de l'air japonaise, pourrait évoluer vers une « Air and Space Self-Defense Force ».

Ce programme, qui devrait être initié en 2020, doit compter 70 personnes à ses débuts.

Plus un rêve pour le Japon

Le programme spatial japonais doit commencer en avril 2020. D'après Shinzō Abe, qui s'est exprimé lors d'une conférence annuelle réunissant 180 des officiers les plus gradés de l'ASDF, celui-ci n'est « plus un rêve » pour le Japon, qui doit être en mesure de se défendre contre les menaces venues de l'espace. Les 70 personnes formées pour les débuts de cet « ASSDF » seront affectées à la surveillance d'interférences radio, à la localisation de débris spatiaux et de satellites étrangers, qui pourraient être nuisibles, voire dangereux pour les satellites de surveillance nippons. Lors du meeting, le premier ministre a également pointé du doigt le développement du programme de missiles de son voisin nord-coréen. Il y a quelques semaines, et bien qu'ils n'aient pas survolé directement le Japon, la Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques en mer du Japon, notamment pour protester contre la politique extérieure américaine.

En outre, il est également probable que cette nouvelle intention du Japon de renforcer son secteur aérospatial vise à développer de nouvelles technologies, afin de devenir un concurrent sérieux dans la course à l'espace.

ASDF et article 9

Pour financer ce programme, le premier ministre japonais a demandé la somme de 52,4 milliards de yens (445 millions d'euros) sur le budget 2020. Outre l'obstacle financier, la création de cette nouvelle force se heurte à un problème d'ordre constitutionnel. Au Japon, et depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il est anticonstitutionnel de faire la guerre, le très controversé article 9 prévoyant : « Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l'ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l'usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux. Pour atteindre le but fixé au paragraphe précédent, il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou autre potentiel de guerre ».

Shinzō Abe, qui souhaite un amendement de cet article, n'a pas évoqué ce point. Mais le premier ministre a déclaré vouloir clarifier la statut de l'ASDF et la force de défense spatiale à venir, afin que cette armée de l'air ne soit pas considérée comme « anticonstitutionnelle ». Un an auparavant, il a appelé directement à modifier la constitution, souhaitant « créer un environnement dans lequel les personnes de l'ASDF pourraient faire leur devoir avec une grande fierté ». Que ce soit pour se défendre ou non, les initiatives en faveur de l'armée sont toujours impopulaires au Japon. En 2016, la modification de la Constitution autorisant le pays à assister militairement un allié dans un conflit à l'étranger a fait couler beaucoup d'encre.

Source : Japan Today
Modifié le 23/09/2019 à 13h44
9 réponses
7 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
M6, France Télévision et TF1 engagent un triple Salto... pour espérer retomber sur leurs pieds
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top