🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

La NASA va se payer de nouveaux scaphandres, en particulier pour aller sur la Lune

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
02 juin 2022 à 13h04
9
NASA scaphandre xEMU XEVAS concept © NASA
Les scaphandres de ces jolis visuels ne sont pas nécessairement ceux qui seront amenés sur la Lune ! © NASA

La décision était attendue, les scaphandres actuels étant vieillissants et parfois en panne. Mais préparer ces combinaisons n'est pas une tâche facile, ce sont de véritables petits véhicules spatiaux. Collins Aerospace et Axiom Space, sélectionnés par la NASA avec un joli chèque à la clé, auront du travail.

De nombreux industriels célèbres avaient postulé pour ce contrat…

Du xEMU aux XEVAS

En 2020, la NASA a plusieurs fois évoqué, et même montré en public son concept xEMU (pour Exploration Extravehicular Mobility Unit), un scaphandre qui devait prendre le relai des vénérables combinaisons spatiales utilisées actuellement sur les flancs de la Station Spatiale Internationale. Il faut dire que leur conception remonte à la fin des années 70, et qu'à part quelques éléments sur mesure (les gants notamment), les pièces ont entre 20 et 30 ans, et font régulièrement des allers-retours très coûteux entre la station et le sol…

Et c'est sans oublier les quelques problèmes de fuites d'eau, l'inconfort des articulations ou le fait qu'elles ne sont pas adaptées pour aller sur la Lune. Les technologies du xEMU sont développées à la NASA grâce aux retours d'expériences depuis plus d'une décennie, mais les coûts sont devenus pharaoniques et la mise en œuvre était sans cesse retardée.

Du style, du style…

En 2021, l'agence a donc pris la décision d'utiliser un nouveau contrat public-privé pour ses scaphandres : charge à des entreprises américaines d'utiliser les briques technologiques déjà développées, et d'investir dans les combinaisons que l'agence s'engage ensuite à acheter.

C'est le contrat XEVAS (Exploration Extravehicular Activity Services), et il a été attribué hier à deux entreprises parmi plus d'une vingtaine de postulants : Collins Aerospace et Axiom Space. La NASA continuera donc à développer des éléments technologiques innovants, mais n'a plus à sa charge le développement du produit ou la réalisation. En échange, les industriels s'engagent à la disponibilité et la maintenance sur le long terme…

Et un gros chèque !

Le premier des deux industriels n'est autre que celui qui a fabriqué et maintient aujourd'hui les systèmes-vie des scaphandres EMU, la NASA a donc choisi la stabilité, et un brin de nouveauté privée avec Axiom Space, qui a (faut-il le rappeler) de grandes ambitions avec l'envoi de touristes en orbite, une station orbitale privée, etc. D'autres grands noms étaient sur la liste des finalistes, comme SpaceX (qui travaille déjà sur son propre scaphandre extérieur), Blue Origin ou Sierra Space.

La NASA a ouvert une ligne de crédit, qui grimpera jusqu'à 3,5 milliards de dollars maximum entre 2022 et 2034 pour couvrir le développement final et l'achat des scaphandres, qui devront être aussi adaptés aux sorties sur l'ISS que pour aller explorer la Lune. Et il ne faudra pas trop traîner, les premières démonstrations des scaphandres sont attendues dès 2024-25.

Source : NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
7
stefr
Thomas Pesquet disait que beaucoup de matériel était de conception ancienne. Quand le matériel a fait ses preuves, les agences spaciales évitent de changer pour limiter les risques.
twist_oliver
tout l’inverse du secteur automobile qui innove par l’ajout de technologies non éprouvées dont les défaillances/bug obligent les propriétaires à s’en débarasser rapidement.
Bombing_Basta
La NASA va se payer de nouveaux scaphandres, en particulier pour aller sur la Lune<br /> Ah… J’aurais cru qu’éviter une mort d’astronaute pendant une maintenance de l’ISS aurait était en haut sur la liste moi…
ebottlaender
La sécurité étant déjà en haut de la liste, vous aurez remarqué qu’aucun astronaute n’est jamais mort dans son scaphandre en EVA.<br /> Et ce en plus de 500 EVAs.<br /> Donc s’il ne s’agissait que de la maintenance de l’ISS, ça n’aurait pas autant la priorité. Les pièces sont vieilles et elles coutent un bras, mais ça marche globalement bien. Et avant de me ressortir l’accident de Luca Parmitano en 2013, non seulement il va très bien, mais en plus il est ressorti ensuite, et c’était il y a 9 ans.
Bombing_Basta
En attendant, les sorties de l’ISS sont suspendues jusqu’à révision des combinaisons car la dernière invasion d’eau dans le scaphandre d’un astronaute ne date pas de 2013, mais de Mars dernier.<br /> Génération-NT<br /> ISS : plus de sorties spatiales à cause d'un gros problème d'...infiltrations...<br /> Les casques des combinaisons spatiales de l'équipage de l'ISS ne permettent plus d'effectuer des sorties en dehors de la station spatiale pour un pr<br /> La NASA, c’est pas comme si elle savait depuis 9 ans qu’il y avait des problèmes pouvant être mortels avec ses combinaisons.<br /> M’enfin c’est sûr que c’est pas dans leurs habitudes d’ignorer des alertes pouvant potentiellement tuer ses astronautes, et ce n’est d’ailleurs jamais arrivé…<br /> #Challenger :<br /> Les ingénieurs de Morton Thiokol avaient néanmoins de sérieux doutes sur la capacité de résistance du joint au froid, à cause notamment d’incidents remarqués au cours de certains vols précédents. Certains d’entre eux, notamment Roger Boisjoly, avaient lancé l’alerte4. Mais le joint n’ayant pas été formellement testé puisque la question du froid ne s’était même pas posée, ils furent incapables de prouver la faiblesse de cette pièce au directeur de tir. Leurs remarques furent rejetées par les responsables de Thiokol qui recommandèrent que le lancement soit exécuté comme prévu5.<br /> […]<br /> L’enquête révélera également que les ingénieurs de sécurité de la NASA estimaient les probabilités d’accident de l’ensemble du dispositif à environ 1 % alors que les directeurs de tirs, prenant la décision finale, tablaient sur des probabilités mille fois inférieures. Dans ces deux contextes, l’information concernant la solidité du joint ne prenait pas la même ampleur. Diane Vaughan, ayant enquêté sur l’accident, parle d’une culture du risque à la NASA7. Les directeurs de tirs décidèrent donc de passer outre et d’effectuer le tir.<br /> #Columbia :<br /> Des problèmes humains et organisationnels, en particulier l’absence de décision prise à la suite des mémos envoyés par les ingénieurs ayant repéré la collision sur les films du décollage, la non-utilisation des moyens de l’armée de l’air américaine afin de vérifier par photographie l’état de l’aile, et l’absence de réaction de la NASA face à une anomalie qui était déjà arrivée à de nombreuses reprises lors de vols précédents ont été des facteurs de l’accident.<br />
ebottlaender
Le problème d’infiltration est réel, mais ça n’est pas la même chose entre ce qui est arrivé à Luca Parmitano et à Matthias Maurer.<br /> La sécurité reste primordiale, sans quoi vous ne seriez pas obligé de chercher des incidents qui, pour l’un des deux, remonte à 36 ans (et l’autre à 19)…<br /> Enfin, c’est totalement faux de dire que la NASA « ignore des alertes pouvant potentiellement tuer ses astronautes », car justement chaque incident fait l’objet d’enquêtes et de modifications de sécurité. C’est d’ailleurs bien pour ça que les sorties « classiques » sont stoppées pour l’instant (il n’y en avait que deux prévues au début de l’été) le temps que le matériel soit examiné, documenté, au besoin modifié. L’incident de 2013 a donné lieu à des modifications dans les casques.<br /> Et sinon la façon la plus sûre de ne jamais risquer sa vie, c’est de ne rien faire. Mais surprise, on meurt quand même à la fin…
_Troll
Si la nouvelle combinaison spatiale s appelle un scaphandre, les astronautes vont pouvoir s appeller des scaphandriers ? Le mot me fait penser a du materiel de plonger. Il y a quelque temps, si je me souvient bien, j ai lu dans les commentaires qu un scaphandre spacial est une combinaison plus grosse avec des fonctions de deplacement integre.
Nymoi
Ils pourront uriner dedans ou il va falloir ajouter une braguette ?
Bombing_Basta
ebottlaender:<br /> La sécurité reste primordiale, sans quoi vous ne seriez pas obligé de chercher des incidents qui, pour l’un des deux, remonte à 36 ans (et l’autre à 19)…<br /> Ces « incidents » sont survenus pendant ma courte vie et je me souviens de chacun d’eux étant donné mon attrait pour le spatial.<br /> Ces « incidents » ont coûté la vie à une dizaine de personnes alors qu’ils auraient pû être évités si on avait écouté les alertes.<br /> Ces catastrophes, car ce ne sont pas des « incidents », sont justement comme tu le soulignes espacées de près de 20 ans l’une de l’autre, ce qui prouve que la nasa n’a pas appris de ses erreurs (miser sur le « c’est déjà passé ça passera encore » même si y’en a qui disent que cette fois c’est pas pareil « sisi ça passe »).<br /> Et les incidents et presqu’accidents continuent.<br /> Risquer sa vie oui on peut le faire pour de nobles causes.<br /> Mais risquer sa vie car « on veut pas faire faire une sortie spatiale pour vérifier les tuiles c’est bon ça passe » ou parce-qu’on veut pas payer pour des foutue combinaisons neuves… Voilà quoi… On le sait depuis longtemps que les combinaisons sont trop vieilles/dépassées ils devraient déjà en avoir de nouvelles la-haut.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Asteroid Day : l'ESA retire de ses prévisions une potentielle collision en 2052
Un Cygnus à tout faire ! Le cargo NG-17 est reparti de la station spatiale hier
La petite sonde Capstone de la NASA décolle vers la Lune !
La Chine pourrait tenter de ramener des échantillons de Mars deux ans avant la NASA et l'ESA
La sonde spatiale Psyche ne partira pas explorer son grand astéroïde avant 2023
Découvrez les clichés du deuxième survol de Mercure de la mission BepiColombo
Ariane 5 est encore là et décolle ce soir avec deux grands satellites
La NASA a sélectionné l'équipage qui prendra place à bord de Starliner pour son premier vol habité
Ce système planétaire se désintègre lentement sous l'œil de nos télescopes
Starship : une première tentative de décollage orbital le mois prochain ?
Haut de page