Hollywood dans l'espace ? Des producteurs veulent envoyer un studio de cinéma en orbite

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
24 janvier 2022 à 13h01
4
SEE-1 module studio Axiom Tom Cruise © SEE
Vue d'artiste de la future station Axiom, avec un module "studio de cinéma" gonflable, visible ici à droite. © Axiom/SEE

Space Entertainement Enterprise a signé un contrat avec l'opérateur privé Axiom pour ajouter un « module studio » à sa station en développement. La solution ultime pour les tournages dans l'espace ? L'annonce fait débat, en particulier sur le financement. Mais ce sont les producteurs de Tom Cruise…

L'ère des stations orbitales privées va encore nous réserver des surprises…

It's Hollywood, baby

Les rumeurs de 2020 , qui prévoyaient que Tom Cruise et son réalisateur Doug Liman puissent décoller vers la Station Spatiale Internationale pour y tourner des scènes d'action, ne se sont jamais réalisées. Pour autant, elles n'étaient pas infondées : s'il n'y a jamais eu d'annonce officielle, le projet (comme souvent à Hollywood) attend la bonne fenêtre d'opportunité.

Certains veulent peut-être voir ce que donnera The Challenge (« le défi »), le film tourné au sein des segments russes à l'automne dernier , avec Yulia Peresild, Klim Shipenko, et les cosmonautes présents dans la Station Internationale. Mais d'autres ne comptent pas s'arrêter là. En effet, tourner sur l'ISS, c'est aussi accepter beaucoup de contraintes, en particulier parce qu'il s'agit essentiellement d'une suite de véritables labos de recherche, dans lesquels il ne faut rien toucher, et où sept astronautes bossent à plein temps. Et si, finalement, la solution était de disposer là-haut d'un studio de tournage ?

Projet privé ou projet barré ?

Elena and Dmitry Lesnevsky, originaires de Russie mais vivant au Royaume-Uni, ont créé l'année dernière le studio de production « Space Entertainement Enterprise », ou SEE. Ce sont eux qui ont signé avec Axiom Space en ce mois de janvier, pour envoyer un module gonflable spécialement dédié au tournage de films dans l'espace. Ce dernier s'appellera SEE-1, et sera une « nouvelle capacité pour les utilisateurs de notre plateforme en orbite, qui souligne les opportunités que peut offrir la nouvelle économie spatiale », comme l'explique l'astronaute Michael Suffredini, directeur général d'Axiom.

SEE-1 module studio Tom Cruise ISS © SEE
Vue d'artiste de l'ISS avec une station Axiom partiellement construite et le module SEE-1. Joli... Mais est-ce réaliste ? © SEE

Et le communiqué de SEE ne fait pas mystère de son premier projet, expliquant que le module après son envoi dans l'espace en 2024 serait utilisé pour le film spatial de Tom Cruise, dont ils auraient en charge la production. Avec bien entendu la possibilité ensuite de s'en servir pour d'autres projets (tourisme, cinéma, etc).

3, 2, 1, Action !

L'annonce et le contrat sont réels, et il ne fait aucun doute qu'Axiom serait ravi de pouvoir ajouter un module « studio de cinéma » à sa station, qui pour rappel doit d'abord être construite en étant attachée à l'ISS avant de pouvoir prétendre être autonome d'ici la fin de la décennie.

Il convient toutefois de prendre des pincettes avec ce projet, à plusieurs titres. D'abord parce que Dmitry et Elena Lesnevsky ne sont pas des producteurs très connus, ni financièrement capables de peser dans l'industrie. D'autre part, parce que le contrat avec Axiom est conditionné à ses moyens : il va falloir lever des fonds. Beaucoup de fonds ! En admettant même qu'Axiom participe à l'aventure, il faudrait que le projet soit capable de lever au bas mot des sommes à 8 chiffres… Reste que le cinéma n'est pas toujours frileux. Et pour vous, projet audacieux ou projet douteux ?

Source : CNBC

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
4
flateric_oyzo
ça n’a aucun intérêt à aucun de point de vue: le rendu technique des scènes risque d’être effroyable tellement c’est compliquer d’évoluer dans des conditions de voyage spatial. Le business modèle est délirant du point de vue d’un producteur. L’investissement personnel des acteurs et opérateur n’en vaut pas la chandelle. Au pire, il vaut mieux opérer un avion 0G même si l’apesanteur ne dure pas longtemps.
Space_Boy
Quelle connerie! A quoi bon de mettre dans un dôme dans l’espace pour mettre des écrans verts partout ? C’est juste la gravité… Si on avait une base lunaire, on pourrait tourner les clips là-bas. Mais c’est trop long, trop cher, trop risqué, etc. Le CGI le fait très bien non?
Peggy10Huitres
Sinon j’ai un titre pour le premier film tourné dans l’espace : Gravity
Space_Boy
non… « Vomito »
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La capsule Starliner de Boeing s'amarre enfin à la station internationale
La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Voici le son d'un trou noir... et c'est beau
Boeing et la NASA sont prêts pour tester à nouveau la capsule spatiale Starliner
SpaceX défie les statistiques et passe (déjà) le cap des 20 décollages en 2022
Le plus gros séisme jamais détecté sur une autre planète a eu lieu sur Mars (et vous pouvez l'écouter)
Qu'est-ce donc que cette étrange forme rectangulaire découverte sur Mars par Curiosity ?
L'EHT présente la première image de Sagittarius A*, le trou noir au cœur de notre Galaxie
Haut de page