Le CNRS publie son plan d’action contre la fraude scientifique

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
16 novembre 2018 à 06h31
9
Antoine Petit
Antoine Petit - Président du CNRS

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) vient de dévoiler son « plan d'action sur l'intégrité et la déontologie scientifiques ».

Ce plan vise à lutter contre la fraude scientifique et notamment contre les « méconduites » comme celle dont a été accusée l'ex-présidente par intérim du CNRS.

Plusieurs cas de fraudes scientifiques cette année

Après avoir conduit un groupe de travail chargé « des propositions et des recommandations sur le traitement par le CNRS des questions de méconduite et de fraude scientifique », Antoine Petit, président du CNRS depuis janvier 2018, poursuit sa politique visant l'intégrité scientifique et le respect de la déontologie scientifique.

Ce nouveau plan d'action fait en effet suite à plusieurs cas de fraudes scientifiques au sein du plus important organisme de recherche de France. L'arrivée en urgence d'Antoine Petit à la tête de la présidence du CNRS est d'ailleurs liée à une des ces affaires, celle d'Anne Peyroche, accusée d'avoir « embelli » - et dans le pire des scénarios d'avoir « fabriqué ou falsifié » - des résultats de cinq articles alors qu'elle était employée par le Centre de l'énergie atomique (CEA). Elle n'est malheureusement pas la seule à avoir alimenté la polémique, puisque le biologiste Olivier Voinnet a été soupçonné à maintes reprises pour manquement à son devoir de probité scientifique. À ce jour, un grand nombre de ses articles scientifiques ont dû être corrigés alors que d'autres ont purement et simplement été retirés de la littérature scientifique.

Le site américain Retraction Watch estime par ailleurs que, dans le monde, plus de 1 000 papiers ont été retirés de la littérature scientifique rien qu'en 2017. Ils le sont généralement après publication, dans des conditions de manquement et d'omissions, de conflit d'intérêt, de fraude ou encore de plagiat.

Uniformiser les procédures

Pour lutter contre ce genre de fraude scientifique, Antoine Petit s'est entouré de deux référents : Rémi Mosseri, référent intégrité scientifique et Joël Moret-Bailly, référent déontologue et lanceur d'alerte du CNRS. Ils seront chargés d'uniformiser les procédures de signalement et de contrôler que les alertes soient bien prises en considération. Antoine Petit explique : « Ces questions d'intégrité scientifique posent un vrai problème : elles jettent un discrédit sur la qualité de la science. Ce discrédit me semble injuste ». Le président du CNRS ajoute ensuite : « L'immense majorité des chercheurs et des chercheuses sont des gens honnêtes qui ne trichent pas. C'est pour cela qu'il faut faire la part des choses, mais traiter avec toute la rigueur nécessaire ».

Selon Rémy Mosseri, le référent intégrité scientifique du CNRS dont la mission sera de traiter et évaluer les allégations de méconduites, la confiance est un critère très important : « L'intégrité scientifique est une nécessité absolue au regard de la notion de confiance : confiance entre scientifiques, pour faire progresser la connaissance, mais aussi celle du grand public ».

Une adresse mail unique pour lancer l'alerte

Le CNRS a retenu une seule condition pour le traitement d'une allégation de manquement ou autre. En effet, n'importe qui pourra faire remonter des soupçons de fraudes via l'adresse « lancement.alerte@cnrs.fr ». Le CNRS « n'acceptera pas de dénonciations anonymes ». Les dossiers pourront bien entendu rester confidentiels afin d'éviter d'éventuelles représailles.

On ne peut que se réjouir que le CNRS présente ce plan d'action, seulement, de nombreux cas de fraude ont jusqu'à présent été dévoilés de façon anonyme, notamment par le biais du site PubPeer. Reste donc à savoir si ce plan sera efficace alors que l'identité des lanceurs d'alertes sera certes protégée à leur demande, mais pas anonyme.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
0
KlingonBrain
On ferait mieux de se demander ce qui peut pousser à la fraude.<br /> Le métier d’un chercheur, c’est de chercher. Mais aujourd’hui, on ne veut pas des gens qui cherchent, mais des gens qui trouvent.<br /> Et la tentation peut être forte d’enjoliver des recherches parce qu’il faut bien vivre.<br /> On ferait mieux d’instituer un revenu citoyen. Cela mettrait fin à cette pression pour la rentabilité à tout prix et par conséquence à grand nombre de problèmes de société.
Nmut
Je suis d’accord.<br /> Mais le problème est plus vaste. Quand on voit toutes les manipulations plus ou moins visibles qui fleurissent partout, c’est un mode opératoire courant maintenant (les commerciaux sont maintenant formés à la manipulation et à l’exploitation des biais cognitifs plus qu’à la vente). Cela pourrit la société: on ne peux plus avoir confiance en rien, les escroqueries sont partout. Si même la science n’est plus fiable, c’est la porte ouverte à toutes les théories complotistes (les propagateurs de ces théories étant d’ailleurs des experts en manipulation!) et autres délires.
manu0086
Un revenu citoyen… basé sur quoi?<br /> Des conneries utopiques absolument non définies reniant la nature humaine, c’est facile d’en balancer… ça reste des conneries!
carinae
mouais un revenu citoyen … tu parles s’ils en ont besoin … la on parle de chercheurs qui ont pignon sur rue … ils ne sont pas au smic … ces gens la sont, au bas mot, IR voire directeur de Projets …<br /> Mais effectivement aujourd’hui le monde a besoin de recherche fondamentale mais surtout de recherches appliquées moneyables, ce qui n’a pas toujours été la cas concernant le CNRS … Il est clair que la recherche sur les invertébrés au fin fonds de la Patagonie est nettement moins intéressant économiquement que la recherche sur la Robotique ou l’IA … hé oui le CNRS aussi a besoin d’argent …
Popoulo
un revenu citoyen… lol…<br /> Le truc de “masturbateurs de licornes” tellement c’est du n’importe quoi.
cioaz
C’est rigolo les crétins qui se moquent du revenu citoyen. Des majeurs crétins ou des adolescents naïfs et un peu stupides?<br /> Nous allons vers une ére de robotisation. L’intelligence artificielle va elle aussi exploser.<br /> Donc dans 50 ans, quand nous pourrons acheter des robots, pour pas cher, qui feront le ménage, la vaisselle, iront faire les courses même, quand nous aurons des robots capables de faire au boulot ce que nous faisons, petite question juste en passant aux bouffons et autres crétins qui ricanent:<br /> Le chômage va augmenter ou baisser à votre avis?<br /> Ce que n’ont toujours pas compris les idiots de services, qui rigolent, qui se croient supérieurs aux autres, c’est que:<br /> hier dans les usines c’était 100% des gens qui montaient l’appareillage. Par exemple une bagnole était 100% assemblée à la main. Le taylorisme, tout ça.<br /> aujourd’hui? Ce sont des chaînes entièrement robotisées et l’homme est rarement là.<br /> Quand demain le boulot d’une secrétaire à taper des rapports, etc… pourra être fait par un robot avec une IA nettement supérieure à l’humain, qui fera en 1h ce que la secrétaire lambda faisait en une journée, robot qui n’aura jamais de temps de pose, pas de pause clope, pas de pause manger, qui pourra bosser 24/24. Tu pars du bureau, le robot lui continuer de bosser et d’engranger les données, les rapports. Vous croyez que les patrons, les employeurs choisiront la/le secrétaire humain ou le robot?<br /> Au Mac Do, on pourra tout automatiser.<br /> A la boulangerie, on ne peut pas foutre un robot qui prend et donne une baguette? La monnaie? Vu comment ça tourne, on veut nous imposer la monnaie virtuelle. Le robot peut rendre la monnaie en pièce physique mais en virtuel encore plus simple.<br /> Les voitures? Demain elles seront toute en mode autonome, quasiment fini les embouteillages. Les taxi? Les Uber? Ce sera une voiture sans chauffeur. Il n’y aura plus de chauffeur de bus, plus de chauffeur de métro. Il est passé où le poinçonneur des Lilas?<br /> Vous cherchez une nounou, qui coûte un bras et on ne sait jamais sur qui tomber? Ton robot nounou saura tout faire, torcher, sortir le petit, jouer avec lui, lui apprendre des leçons, une langue, etc…<br /> Vous ne réalisez donc pas qu’on est sur une ligne et que l’on va basculer dans un nouveau monde qui va révolutionner l’humanité? En bien ou en mal, je ne peux le dire, mais tout va être chamboulé !!!<br /> Il y a de plus en plus de personnes sur terre, les emplois vont disparaître petit à petit avec l’arrivée des robots intelligents qui feront tout à notre place, en ce cas, le chômage va exploser. Qui pourra trouver un boulot? Il suffira de balancer dans la mémoire du robot tout le savoir de l’humanité et ton robot pourra te soigner chez toi, t’apprendre une langue, faire la cuisine, laver ton linge, faire les carreaux, aller chercher le courrier, te masser, tu feras l’amour avec ton robot, ça va exister aussi ça. Les prostituées feront parties du passé. Tu auras ton robot sexuel, au vagin et anus quasi semblable à un vrai, humide, chaud, qui se pliera à tout tes désirs.<br /> Vous irez chercher du taf où? Alors oui ça ne va pas arriver demain bande de crétins, mais dans 50 ans c’est plausible vu la vitesse que ça prend. Donc quand plus personne ne pourra trouver de boulot, bah mes petits pères le revenu universel prendra tout son sens.<br /> Si à la place de toi qui va taffer, ton patron peut s’acheter quelques robots qui auront l’efficacité de 100 personnes, il ne va pas t’employer.<br /> On nous dit “oui mais des mecs devront réparer les robots”. Oui dans un premier temps, car ensuite vous croyez vraiment que les robots seront cons au point de ne pas pouvoir s’auto-réparer?<br /> Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons été face à une telle révolution.
carinae
alors comment dire …<br /> 1 - tu pourrais rester poli … personne n’a été insulté que je sache …<br /> 2 - la robotique … oui cela entraîne une révolution technologique et sociétale surtout si elle est couplée a l’IA… Ceci étant, qui a dit que le chômage allait s’étendre ? Personne n’est devin …et donc ne le sait. Ce qui est sur par contre c’est que des emplois disparaîtront et d’autres émergerons … L’informatique en est un bon exemple puisque bien des postes et des technologies actuelles n’existaient pas il y a 15 ans …C’est donc aux gens et a la société a s’adapter … Bref ton discours est exactement le même que celui que les gens tenaient il y a 200 lors de la révolution industrielle …<br /> 3 - revenu universel … rien a voir avec le sujet. l’article parle de fraude scientifique … Mais parler d’un tel revenu sans savoir comment le financer n’est pas forcement très malin … et ne parlons pas bien sur de ceux que en profiterons pendant que les autres bosserons … bref l’éternel problème. Et tant qu’on y est, doit on supprimer les aides diverses et variées ??
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

iOS 12.1 : une faille permet d'accéder à des photos supprimées
Cirrus7 dévoile un NUC Fanless qui ressemble à un gros dissipateur avec des prises USB
Le cours du Bitcoin est au plus bas depuis 1 an
Google Maps permet désormais de contacter les établissements y étant référencés
EA prépare un remake de Command & Conquer (dont Alerte Rouge)
Le gouvernement réfléchit au télétravail pour les arrêts maladie
Richard Branson veut réinventer le climatiseur pour les pays en voie de développement
L’Oréal propose un capteur pour surveiller la qualité de l’air et les UV
Le drone autonome Hover 2 explose son Kickstarter
Apple : Safari (aussi) va bientôt signaler les sites web non-sécurisés
Haut de page