Un modèle mathématique de machine à voyager dans le temps

28 avril 2017 à 13h58
0
Le voyage dans le temps existe, dans la culture populaire, depuis le livre La machine à voyager dans le temps de H.G. Wells. Plusieurs livres, films et séries s'y sont intéressés, avec des succès plus ou moins variés et non sans se heurter aux paradoxes inhérents à ce type de voyages. Mais jusqu'à présent, le voyage dans le temps restait du domaine de la science-fiction.

Si on est loin de pouvoir construire une véritable machine à voyager dans le temps, le professeur Ben Tippet et son collègue David Tsang semblent avoir fait un pas de plus vers un véritable moyen de traverser les âges.


Un modèle mathématique confirme la possibilité du voyage temporel

Ben Tippet, spécialiste de la théorie de la relativité d'Einstein à l'université de Colombie Britannique au Canada, et David Tsang, astrophysicien à l'Université du Maryland aux Etats-Unis, ont développé ce qui pourrait être le premier modèle mathématique rendant possible le voyage temporel. Ils l'ont appelé "Traversable Acausal Retrograde Domain in Space-time". Les fans de science-fiction et, en particulier, de la série Doctor Who, auront reconnu la référence : l'acronyme de ce modèle mathématique est TARDIS.

Pour concevoir ce modèle mathématique, les chercheurs ont changé la vision de l'espace-temps : en général, on regarde l'espace temps en trois dimensions auxquelles on ajoute une quatrième, le temps ; dans leur modèle, les quatre dimensions sont simultanées et indivisibles.

01F4000007019574-photo-printemps-les-premiers-voyages-touristiques-dans-l-espace.jpg


Comment fonctionne le TARDIS de Tippett et Tsang ?

Il faudrait demander au Docteur si son TARDIS à lui fonctionne de la même manière, mais celui des deux chercheurs paraît "assez" simple.

La théorie de la relativité nous apprend que l'espace-temps est recourbé, en particulier autour d'objets ayant une masse très élevée. C'est ce qui explique la gravitation planétaire. La machine imaginée par les deux chercheurs va plier l'espace-temps en une sorte de cercle (alors qu'il est linéaire en temps normal) pour les passagers. Ils se retrouveraient alors dans une sorte de bulle spatio-temporelle capable de faire voyager ce qu'elle contient en suivant ce cercle.

La machine doit alors atteindre une vitesse supérieure à celle de la lumière, ce qui est mathématiquement possible selon les chercheurs, et le tour est joué : les passagers sont en mesure de remonter le temps.

Seul souci, mais pas des moindres : la conception de la machine. Elle nécessiterait des matériaux dits "exotiques" qui ne sont pas composés de la même matière que la matière ordinaire. Pour l'instant, ils n'existent qu'en théorie, mais personne n'est parvenu à les créer ou à les découvrir.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
scroll top