Rachat d'Activision Blizzard : pourquoi ce n'est pas fini ?

Mallory Delicourt
Publié le 25 mai 2023 à 17h45
© Microsoft
© Microsoft

Après avoir reçu un « non » de la part du régulateur britannique le mois dernier, Microsoft a officiellement fait appel de la décision qui bloquait le rachat d'Activision Blizzard King. C'est là un premier pas vers un possible retournement de situation, mais rien n'est fait.

Pour appuyer son dossier, Microsoft peut compter sur l'aval donné par l'Union européenne et la Chine.

La CMA va peut-être devoir rouvrir le dossier

Le 26 avril dernier, et malgré de nombreuses rumeurs annonçant la validation à venir du rachat d'Activision Blizzard King pour environ 69 milliards de dollars, la CMA a dit « non ». L'autorité britannique ne souhaitait pas créer un précédent sur le marché naissant du cloud gaming et avait préféré bloquer l'acquisition de l'éditeur derrière Call of Duty. Microsoft avait pourtant apporté des garanties et signé divers partenariats, mais ils se sont montrés insuffisants pour rassurer le régulateur, qui avait constaté que Microsoft détenait déjà une grande part de ce qui est encore un petit marché.

Immédiatement, le vice-président de Microsoft, Brad Smith, a annoncé son intention de faire appel tandis qu'Activision a indiqué que la Grande-Bretagne se tirait une balle dans le pied et qu'elle n'était peut-être pas une si grande terre d'investissement que cela. Microsoft n'a donc pas baissé les bras. Hier, nous avons appris par l'intermédiaire de Reuters que le dossier permettant de faire appel avait été officiellement déposé auprès du tribunal d'appel de la concurrence, et ce, à quelques jours seulement de la date limite.

La procédure est particulièrement complexe, et il faudra attendre plusieurs mois avant que la Cour ne rende son verdict. Si cette dernière donnait raison à Microsoft, ça ne serait pas terminé pour autant. En cas de victoire de la firme de Redmond, la CMA devra rouvrir le dossier et mener une nouvelle enquête. Autrement dit, le régulateur pourrait certes changer d'avis, mais il pourrait également arriver aux mêmes conclusions. Dans ce cas, Microsoft recevrait une nouvelle fin de non-recevoir et c'en serait terminé, à moins qu'elle ne décide de quitter le territoire, ce qui est hautement improbable.

© Activision
© Activision

Les raisons d'y croire ou de douter

Microsoft ne pourra quoi qu'il arrive pas boucler le rachat avant de longs mois, et à partir du 18 juillet, il faudra renégocier avec Activision Blizzard, qui pourrait décider d'en rester là et de repartir avec un chèque de 3 milliards. Il y a quelques jours, l'Union européenne et la Chine ont donné leur accord sous conditions, mais une autre épine se trouve dans le pied de Microsoft : la FTC.

Le régulateur américain a en effet d'abord rendu un rapport préalable défavorable, puis a décidé de porter l'affaire devant la cour administrative. Microsoft et la FTC se retrouveront donc en août. De nombreux experts jugent que la FTC s'est trop accrochée au marché console et qu'elle pourrait bien perdre le face-à-face, au moins partiellement. Microsoft pourrait ainsi valider son opération, mais être contrainte de se séparer de certains actifs au passage.

Si la FTC l'emporte, Microsoft devra une nouvelle fois faire appel ou abandonner l'opération. Reste qu'en ayant reçu l'aval sous conditions de la Commission européenne et un « oui » sans conditions de la part du régulateur chinois, Microsoft aura de sérieux arguments à faire valoir. Rendez-vous en juillet pour la renégociation, puis en août du côté des États-Unis, et enfin, dans plusieurs mois, outre-Manche. La partie est loin d'être finie.

Source : Reuters

Par Mallory Delicourt

Historien finalement tombé dans le jeu vidéo, je me passionne pour ces deux domaines ainsi que pour l'espace, les sciences en général, la technologie et le sport. Streameur en pointillé, j'ai tellement de jeux à faire que j'ai dû créer un tableur. Rédacteur newseur depuis 6 ans, j'aime faire vivre l'actualité aux lecteurs.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
norwy

Le rachat aura lieu, c’est une question de bon sens : Microsoft paye le prix fort et la menace d’un monopole est issue de la paranoïa d’un concurrent qui l’utilise hypocritement.

v1rus_2_2

Surtout que c’est pour une licence en particulier, ce qui est totalement ridicule

wackyseb

Allez, on se bouge les administrations. Ils ne font pas autant de chichis quand c’est pour essayer de nous plumer ouvertement avec leurs DLC, add-ons, seasons pass ou autres microtransactions.
Bon bah là, arrêtez de tergiverser et GO GO GO.
Avalez, vérifiez qu’il n’y a plus de gout, transformez, faites du pognon.

Stellvia

J ai toujours pas compris pourquoi c est l angleterre qui décide d un achat de microsoft us.

Maleole

La CMA décide pour son marché (le Royaume-Uni). Si Microsoft souhaite poursuivre sa fusion avec ABK malgré le refus de la CMA, c’est possible. Par contre, l’entreprise ne respectant pas le droit de la concurrence britannique, elle devra se retirer du marché.

bastin55

Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est que cela bloque pour une licence principalement au cause d’un forcing de Sony qui à « peur » d’une exclusivités MS. Alors que je n’arrête de voir des exclusivités Sony sur PS5, c’est une vrai liste à la Prévert. Si réellement c’était pour le bien des consommateurs/joueurs que la CMA et la FTC s’insurgeaient contre les risques de monopoles, il suffit d’interdire les exclusivités de plus de 6 mois.

Steve_jobs

Microsoft, incapable de developper de bonnes licences, se retrouve obliger d’acheter des editeurs au prix fort pour priver les autres joueurs… Triste d’en arriver là quand même…

iroteph

@Steve_jobs Halo, forza, gear of wars, fly simulator, bientôt starfield et j’en passe, c’est pas rien hein…
Ce rachat c’est surtout pour élargir son champ d’action et toucher plus de joueurs, comme dit plus haut c’est pas cette acquisition qui va bouleverser la donne, diablo et cod ne sont joués que par une niche de fan, c’est pas du casual…:wink:

PyratOne

Vous revenez sur le cas de la FTC, mais en réalité Microsoft s’en moque de leurs positions. Contrairement à celle de la CMA.
Le but de la FTC avec leurs « non » vrai blocage, mais leurs potentielle action en justice en lieu et place.
La CMA n’avait qu’un seul but avec leurs action, rien que le fait qu’il aient été les 1erva donner une réponse et sans prendre le temps de la moindre analyses, enquêtes, negociations et autres…
Celui d’envoyer un message fort aux instance Européennes Anglaises et autres pour qu’ils boquent l’action de rachat d’ABK.
Lina Khan a une position tout sauf neutre, dès qu’il s’agit de GAFAM, ce dont d’ailleurs elle ne se cache pas.
Elle fait face dans son pays a des rumeurs/accusations d’abus de pouvoir suite à la démission d’une des membres de la FTC (c’était la seule membre démocrate)
Elle est également accusé d’avoir mentie dans son rapport (pour ainsi dire vide), ainsi que sur les raisons de son action en justice.

De plus en face, il y a Tencent qui rachète a tour de bras et qui est la première entreprise de jeux vidéo au monde et qui plus est une société Chinoise…).
Microsoft étant la seule opportunité pour les Etats Unis de rester compétitif et (reelement) en course face à eux dans le secteur du divertissement/jeux videos.

Enfin il faut se rappeler que Microsoft était prêt à finaliser le rachat, si elle avait l’accord de l’Europe et de⁵ l’Angleterre, ce qui tente a confirmer le fait que la FTC ne cherchait qu’à les bloquer aux moyens des autres pays et que celà se réglera par un accord (et une très grosse d’argent) ou par effectivement un procès.

Ce qui n’est vraiment pas dans l’intérêt de Lina Kahn, car pour elle ce serait sa carrière qui se jouerait sur une décision de justice.
Là où Microsoft lui n’a rien à perdre et tout à gagner…

PyratOne

Sauf qu’avec leurs solutions de gamepass et cloud gaming ainsi qu’un VPN, ce ne sera pas bien compliquer de contourner l’interdiction de vendre sur le territoire Anglais.

D’autant plus que le marché Britanique est un des plus gros consommateur de jeux dématérialisé.
Ils ne pourraient plus y vendre de consoles, mais ce n’est pas ça qui rapporte, ni de jeux physique, mais c’est la version la moins rémunératrice…