Acné ou peste bubonique, Google Lens va vous aider à identifier vos problèmes de peau

Camille Coirault
Publié le 17 juin 2023 à 18h00
 © Google
© Google

Google Lens, le programme de reconnaissance d'image de l'entreprise californienne intègre désormais de nouvelles fonctionnalités. Le soft d'analyse visuel est maintenant capable de détecter de nombreuses affections cutanées différentes pour aider à leur diagnostic.

Google a énoncé dans un article de blog publié récemment que leur service de reconnaissance lancé en 2017 est doté de nouvelles capacités. Déjà capable de reconnaître des objets en utilisant des routines de deep learning, Lens peut aujourd'hui scanner votre peau. Cependant, Google met sérieusement en garde les utilisateurs : Lens ne peut pas se substituer à un diagnostic médical en bonne et due forme. Il faudra toujours se tourner vers un professionnel de la santé pour obtenir des conseils réellement appropriés. L'usage de l'application dans ce but est uniquement à vocation informationnelle.

L'évolution de Lens pour la reconnaissance des affections cutanées

Le soft made in Google présente déjà de nombreuses fonctionnalités : reconnaissance d'objets, traduction instantanée de contenus ou reconnaissance des QR codes. Lens peut aujourd'hui reconnaître les affections du derme. Si vous souffrez d'une éruption cutanée suspecte ou d'un grain de beauté qui vous paraît anormal, vous pourrez dégainer votre smartphone pour qu'il détecte ce qui affecte votre peau.

Cela fait déjà quelques années que Google planche sur ce projet. Lors d'une conférence donnée en 2021 pour les développeurs I/O, l'entreprise avait présenté les prémices de cet outil. Il était déjà en mesure de reconnaître 288 affections cutanées différentes en combinant la recherche d'images grâce à la photo et des réponses par le biais d'un questionnaire. Selon les données de Google, l'outil présentait l'affection correcte dans 84 % des cas dans les trois suggestions principales données à l'utilisateur. Attention cependant, Lens ne deviendra pas votre médecin personnel du jour au lendemain. Surtout s'il s'agit de la peste bubonique par exemple, vous avez tout intérêt à aller consulter un pro !

© Pexels
© Pexels

Les limitations du programme et les préoccupations qui persistent

Les avancées de ce type peuvent paraître impressionnantes au premier abord. Néanmoins, la prudence reste de mise quant à l'utilisation d'outils de diagnostics médicaux basés sur l'IA. Une des limites principales concernait les utilisateurs avec une peau plus foncée. Les data banks utilisées pour entraîner ces modèles d'IA souffraient d'un manque de données spécifiques concernant ces utilisateurs.

Pour remédier à ce problème, Google s'est associée à Ellis Monk un professeur de sociologie de l'université d'Harvard. Celui-ci est le créateur de la Monk Skin Tone Scale (MST), un modèle de reconnaissance repensé de l'échelle de Fitzpatrick datant de 1975. Celle-ci se veut plus précise et est capable de reconnaître 10 niveaux de couleurs de peaux différentes parmi les tons plus foncés. Google affirme que son système d'apprentissage en deep learning est plus précis avec les patients à la peau foncée, atteignant un taux de précision de 87,9 %. Il dépasse ainsi celui des autres groupes ethniques.

Malgré cette avancée intéressante dans l'aide au diagnostic médical grâce à l'IA, il est essentiel de garder à l'esprit que Lens ne se change pas pour autant en médecin personnel. Ces résultats doivent être considérés simplement comme des informations de support et devront toujours être confirmés par un professionnel en dermatologie. Les progrès de Lens restent tout de même assez rapides ces dernières années si l'on tient compte de la jeunesse relative du projet.

Par Camille Coirault

Une fois réveillé dans le bateau arrivé en Morrowind, j’avais mis le doigt dans l'engrenage. Un autre de mes doigts fut lui aussi coincé entre les pages des livres d’auteurs classiques : Charles Baudelaire, Émile Zola, Choderlos de Laclos ou Victor Hugo pour ne citer qu’eux. Vingt ans après, quelques milliers d'heures à jouer, à lire, et me voilà ! Mon coeur balance toujours entre ma passion de la tech, des jeux vidéo et mon amour incommensurable pour les Lettres. Spoiler : je n’ai pas choisi et cela ne risque pas d’arriver de sitôt.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
pocketalex

Je peste sur vos titres parfois un peu trop « accrocheurs », mais celui là m’a bien fait marrer

bravo

Eths25

Au final ça sera comme sur Doctissimo, cancer en phase terminale. Oui Monsieur le docteur c’est google Lens qui me l’a dit.

Francis7

Alors déjà, avec la « peste bubonique » ou la « peste noire » on meurt dans les 24 heures. Et puis c’est transmis par les rongeurs comme les rats.

Dans les savanes, il y a des marmottes toutes jolies. Il ne faut surtout pas les chasser et les consommer à l’occasion d’une randonnée par exemple.

En plein confinement anti-Covid19, deux adolescents mongoliens avaient consommé de la chair de marmottes après les avoir chassées pour pique niquer. Et bien ils sont morts peu de temps après. Et ce n’était pas de l’acné bien évidemment mais de peste noire ou peste bubonique…

Si bien qu’une nouvelle alerte pandémique avait suscité une certaine attention mais c’était une fausse alerte due à des cas isolés.

Alors maintenant, avec le réchauffement climatique et la fonte du permafrost en Sibérie et en Amérique du Nord près du cercle Arctique, on peut craindre des éruptions (pas forcément cutanées) de virus et de bactéries qui étaient restés congelés là depuis des milliers d’années.

La « peste bubonique » ou dite aussi la « peste noire » peut décimer un continent tout entier de ses habitants humains (comme elle l’a fait pour l’Europe du moyen âge pendant des dizaines d’années à répétition sur plusieurs siècles) et elle peut provenir à partir de maintenant de ce que l’on croyait enseveli pour toujours malgré nos avancées scientifiques. Ce sont des virus que l’on ne connait pas parce qu’ils sont de souches anciennes.

Au fait, il y a le virus Ebola que l’on appelle aussi la fièvre hémorragique. On en meurt en 24 heures le plus souvent.

KlingonBrain

La « peste bubonique » ou dite aussi la « peste noire » peut décimer un continent tout entier de ses habitants humains (comme elle l’a fait pour l’Europe du moyen âge pendant des dizaines d’années à répétition sur plusieurs siècles) et elle peut provenir à partir de maintenant de ce que l’on croyait enseveli pour toujours malgré nos avancées scientifiques. Ce sont des virus que l’on ne connait pas parce qu’ils sont de souches anciennes.

Ne t’inquiète pas, le gouvernement possède encore des affiches magiques à placarder dans les aéroports…

C’est une technologie d’avant garde de l’Exception Française ™, une évolution du bouclier anti nuage de Tchernobyl.

Joeee

Sinon pour les soins de la peau, il faut aller voir du coté de l’Oréal : L’Oréal dévoile Perso, le premier appareil au monde intégrant l’IA pour le soin de la peau et le maquillage

Francis7

J’espère que tu n’essaies pas de me faire passer pour un gars d’ultra droite.

Alors comme précautions, la Chine a décidé d’interdire la vente d’animaux sauvages sur les marchés puisque ce serait une tradition là-bas d’en consommer. Les animaux sauvages sont vecteurs de toutes sortes de maladies. Rien que de toucher un animal dans la rue, tu peux tomber malade.

Quand au tout premier cas de Coronavirus dans mes contrées, il provenait d’une personne qui avait fait un voyage pour aller prier à Lourdes. lol

KlingonBrain

J’espère que tu n’essaies pas de ma faire passer pour un gars d’ultra droite.

Non, pas du tout.

C’est du second degré pour dire que vous avez raison, parce que la réalité a montré que non seulement une pandémie causée par un virus animal est possible dans notre monde moderne, mais qu’en plus nous sommes plutôt faibles et mal préparés face à ce genre d’éventualité.

Pour le Covid, c’est arrivé en Chine, mais cela peut arriver n’importe ou.

La consommation d’animaux sauvage n’est pas une particularité chinoise, en France nous le faisons aussi et c’est une tradition qu’on ne changera pas.

Francis7

A l’hypermarché du coin, il y a du rôti de sanglier, du cerf, du bison et du faisan par exemple. On pourrait penser que ce sont des animaux sauvages mais ça n’en est pas et puis j’en achète régulièrement parce que j’aime l’originalité et le changement des habitudes alimentaires.

Ce n’est pas comme si j’achetais n’importe quel animal dépecé sur l’étale d’un marché dans la rue sans aucun contrôle sanitaire.

Bombing_Basta

Il parle de la chasse pour les animaux sauvages…

Et je doute que le milion de chasseur français, fasse un contrôle sanitaire sur le gibier qu’il consomme.

ypub

« Les limitations du programme et les préoccupations qui persistent »

D’après ce qui est dit ensuite l’algorithme serait plus performant avec les peaux sombres qu’avec les peaux claires mais on trouve encore moyen de nous parler de limitation et de préoccupation??? Vous voulez dire que ce n’est pas normal que le diagnostic pour les personnes plus claires soit moins bons?