Google TakeOut facilite la migration de vos données

0
0078000003522072-photo-google-logo-sq-gb.jpg
Google annonce la mise à disposition d'un nouvel outil permettant de faciliter la migration des données hébergées sur les serveurs de la société.

Afin d'illustrer le slogan « Don't be Evil », Google formait il y a quelques années le Data Liberation Front. A l'initiative d'une poignée d'employés de la société inspirés par les propos de l'ancien PDG Eric Schmidt, le site a pour vocation d'expliquer à l'utilisateur les différentes manières d'importer et d'exporter ses données depuis ou vers les différents produits de la société.

L'équipe vient de lancer une nouvelle application web permettant d'extraire automatiquement le contenu de Google Buzz, du carnet d'adresses de Gmail, de Picasa Web Albums, et du profil. Il suffira de se connecter avec son identifiant Google afin d'automatiser une simulation de l'archive créée pour chaque produit. L'internaute sera alors en mesure de récupérer un dossier zip contenant ses données pour ensuite les transférer vers un autre service.

Notons que Google TakeOut est précisément lancé au lendemain de l'annonce du nouveau service Google+, une façon pour la société d'oublier les déboires passés avec Buzz et d'inspirer davantage confiance aux utilisateurs dans la manipulation de leurs données personnelles.

04398988-photo-google-take-out.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

SFR passera trois smartphones sous Gingerbread cet été
Mozilla lance son incubateur pour les startups du web ouvert
Tag Heuer Link : smartphone Android à 4700 euros !
Yahoo! Messenger 11 disponible en version finale
Cloud computing : HP investit en Chine
Etude : en Grande-Bretagne, l'effet Hadopi ne fonctionnerait que pour 5 % des interrogés
LeapPad Explorer, une tablette tactile à destination des enfants
AOC lance un moniteur de 22 pouces entièrement USB
Thunderbird 5.0 disponible en version finale
Adyoulike : la régie qui voulait monétiser les Captchas
Haut de page