Meta (Facebook) dans la tourmente ?

08 juillet 2022 à 17h50
9
© Shutterstock
© Shutterstock

Le groupe de Mark Zuckerberg traverse une mauvaise passe et va réduire ses objectifs de recrutement de 30 %.

Le temps de la croissance sans limites est désormais fini pour Meta (ex-Facebook), et le groupe américain va passer par une phase de restructuration.

Meta va réduire de 30 % ses recrutements en 2022

Mark Zuckerberg, fondateur et CEO de Meta, a annoncé la nouvelle en personne le 30 juin dernier à ses employés lors d'une réunion, dont un enregistrement audio est parvenu aux oreilles des journalistes de l'agence Reuters. Dans cette prise de parole, le milliardaire a indiqué en premier lieu un ralentissement des embauches d'ingénieurs évalué à 30 %. Meta ne devrait recruter que 6 000 à 7 000 nouveaux salariés au lieu des 10 000 prévus initialement.

Cette annonce n'est pas surprenante. Meta va réduire la voilure sur de nombreux projets, comme les caméras Facebook Portal qui seront réservées au marché professionnel ou l'annulation de la montre connectée développée par la marque ainsi que d'autres services qui ne recevront plus d'investissements massifs. On peut citer par exemple le clone de Tinder, Facebook Dating.

« Je dois souligner que nous traversons une période grave et que les vents contraires sont féroces. Nous devons agir sans faille dans un environnement de croissance ralentie, où les équipes ne doivent pas s'attendre à un afflux massif de nouveaux ingénieurs et de nouveaux budgets », a dans le même temps indiqué à ses équipes Chris Cox, chef de produit chez Meta, dans un mémo interne.

Mark Zuckerberg assume de « mettre la pression » à ses employés pour faire partir les moins productifs

Mark Zuckerberg assume également de vouloir « mettre la pression » sur les indices de performances, et par extension, à ses salariés afin d'évincer les moins productifs.

« De manière réaliste, il y a probablement un tas de personnes dans l'entreprise qui ne devraient pas être ici. J'espère qu'en augmentant les attentes, en fixant des objectifs plus ambitieux et en faisant monter un peu la pression, certains d'entre vous décideront que cet endroit n'est pas pour eux. Et je suis d'accord avec cette autosélection », a ainsi indiqué le P.-D.G. de Meta. Le groupe va ainsi laisser des postes vacants pour pouvoir aisément remplacer certains employés et pousser les autres à remplir leurs nouveaux objectifs.

Facebook doit faire face aujourd'hui à sa première baisse d'inscrits. Fortement concurrencé par TikTok, le réseau social a du mal à renouveler son public et à attirer les plus jeunes. Son cours de Bourse en a pâti, et la valorisation de l'entreprise a fondu de moitié depuis le début de l'année.

De l'autre côté, les investissements massifs dans le metaverse ne porteront leurs fruits que dans plusieurs années. Il est donc important pour Meta d'assurer ses arrières en réduisant rapidement ses dépenses.

Source : Reuters

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (9)

jeroboam64
« Que 6000 a 7000 ingénieurs » cela fait quand meme rêver quand on voit l’état de la france en terme de recrutement…ceci dit a l’arrivée ce sera peut être 2 a 3000 si tout va bien… Les 10000 recrutements n’était qu’un effet d’annonce …
SPH
Harcèlement moral / Pression <br /> La barrière est parfois ténue…
norwy
C’est le karma
carinae
C’est quoi le rapport avec la France ?<br /> Ce que je retiens de l’article c’est surtout que’il va accentuer la pression sur les employés… Ca risque de devenir compliqué pour certains de bosser chez Facebook…<br /> Bref a l’image du personnage
Benoche
La comparaison avec Nero ‹ burning qqch › est juste excellente. C’etait devenu une suite de logiciel, grosse usine a gaz
g-jack
et très honnêtement… qui connait quelqu’un aujourd’hui qui va sur le Meta ?<br /> c’est déjà mort avant de naitre ce truc…<br /> Aller sur les réseaux sociaux, c’est simple de nos jours, aller sur le Meta, c’est réservé à une infime partie de curieux qui une fois passé l’effet « whaou » passent à autre chose très rapidement
Phoenamandre
Les gens qui assument mettre la pression…
Voir tous les messages sur le forum