Facebook accusé de bloquer délibérément des chercheurs enquêtant sur les pratiques du réseau

05 août 2021 à 15h25
2

Plusieurs comptes de chercheurs du programme New York University Ad Observatory ont été bloqués par Facebook suite à leur travail de recherche sur les publicités et la désinformation présentes sur le réseau social.

En cause, selon Facebook, l'utilisation d'une extension de navigateur allant à l'encontre de leurs conditions d'utilisation.

Des années de recherches bloquées

Le projet Ad Observatory de l'Université de New York a soudainement été stoppé par Facebook après des mois de rappel à l'ordre de la plateforme auprès des chercheurs et chercheuses du groupe d'étude. Depuis des années, ce groupe étudie les données des publicités politiques sur Facebook afin de mieux comprendre l'étendue du système de désinformation employé par les différents partis et comment ils arrivent à s'imposer sur le réseau créé par Mark Zuckerberg. Pour optimiser leur collecte de données, le groupe de chercheurs a mis au point une extension web permettant à qui le veut d'aller chercher automatiquement nombre d'informations précises sur les publicités qui s'affichent sur le fil d'actualité des utilisateurs.

C'est précisément cette extension qui pose problème à Facebook puisque celle-ci, selon le communiqué publié en ligne le 3 août, « a été programmée pour éviter notre système de détection et pour aller collecter des données comme le nom d’utilisateur, les pubs, les liens vers d’autres profils et les informations sur 'Pourquoi je vois cette pub ?' dont certaines ne sont pas visibles publiquement sur Facebook ». Une atteinte aux conditions d'utilisation de la plateforme et de la vie privée de ses utilisateurs, selon l'entreprise.

Les accès de deux chercheurs importants et de « deux douzaines » d'autres personnes (également chercheurs et journalistes) qui utilisaient les données tirées de cette extension ont donc été bloqués par le géant américain. Une décision qui a rendu totalement inaccessible la page ouverte à tous qui rassemblait toutes ces données.

Une stratégie anti bad buzz ?

Pour Laura Edelson, l'une des chercheuses principales à avoir vu son compte bloqué, cette décision va bien au-delà d'un simple manquement aux conditions d'utilisation. Les recherches menées par l'Ad Observatory ont fait remonter énormément de manquements de la part du réseau social, et une tendance de celui-ci à amplifier la désinformation, par exemple pendant les élections américaines ou concernant les vaccins.

Une bien mauvaise image pour Facebook, donc, qui se targuait pourtant de combattre ce genre de pratiques avec, pour point d'orgue de leur combat, le bannissement de Donal Trump du réseau. Cette décision de priver les chercheurs d'accès à leur plateforme interroge, et les motifs avancés semblent discutables. Il n'y a qu'à voir la page de présentation de l'extension Ad Observer pour se rendre compte que presque rien de ce qu'avance Facebook n'est collecté par l'outil.

Source : Webpronews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Microsoft Surface Duo 2 : le smartphone de Microsoft recevra 3 ans de mises à jour Android
À compter du 30 septembre, des millions de smartphones pourraient ne plus avoir accès au Net
Samsung Galaxy S22 : les coloris du futur smartphone de Samsung fuitent déjà
Seconde main : attention à la sécurité des données
Vous avez iOS 15 et votre stockage est plein ? C'est peut-être juste un bug... et ça touche tous les utilisateurs
Avec iOS 15, Apple FaceTime va permettre de partager son écran (mais pas tout de suite)
Le Google Pixel 6 Pro fuite en vidéo dans un très beau coloris gris
OPPO Reno6 5G : un excellent photophone, mais pas seulement ! Profitez de plus de 149€ d'accessoires offerts
iOS 15 : quelles fonctionnalités manquent encore à l'appel ?
Sous iOS 15, l'application Maison permet d'ajouter un nombre illimité de caméras, et bien plus
Haut de page