La première "keynote" de la Silicon Valley souffle ses 50 bougies

Par
Le 12 décembre 2018
 0
douglas engelbart première keynote
© SRI International

Il y a 50 ans, Douglas Engelbart, ingénieur au Stanford Research Institute, marquait l'histoire de l'informatique. Dans une présentation vidéo inédite, il faisait la démonstration de technologies révolutionnaires : souris, traitement de texte, ou encore édition collaborative.

C'était le 9 décembre 1968, à San Francisco, dans la Silicon Valley. Douglas Engelbart, ingénieur alors âgé de 43 ans, tenait la première vidéoconférence de l'histoire, qui sera ensuite considérée comme la « mère de toutes les démos ».

Des technologies inouïes pour l'époque

Le format de la présentation n'était pas le seul élément révolutionnaire de cet événement. Car il était également le théâtre de l'introduction d'innovations incroyables, qui paraissent aujourd'hui triviales. Il y a un demi-siècle, Engelbart faisait figure de précurseur en annonçant que ses équipes travaillaient sur « un ordinateur qui fonctionnerait toute la journée, capable de réagir instantanément à chacune de vos actions ».

De plus, à cette occasion, l'ingénieur présentait une série d'interfaces homme-machine avant-gardistes. La démonstration comprenait notamment un traitement de texte, faisant appel à un clavier, une souris, capable de contrôler un curseur, ou encore la possibilité de travailler à plusieurs sur un même document.

Le coup d'envoi de la révolution informatique

Cette année 1968 restera révolutionnaire à bien des égards. Car quelques mois plutôt, ce même Engelbart avait lancé un système baptisé « oN-Line System » (NLS), sorte de premier intranet. Un an à peine avant de voir apparaître ARPANET, ancêtre d'Internet. Des travaux qui ont inspiré toutes les autres innovations informatiques à venir, à commencer par le premier ordinateur personnel moderne, conçu par Xerox en 1973.

Par conséquent, de nombreux hommages ont été rendus à Douglas Engelbart et à ses travaux de recherche, y compris les plus inattendus. Ainsi, en 2015, l'université Stanford s'est inspirée de cette première vidéoconférence pour monter... une comédie musicale.



Source : Ars Technica
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top