🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
19 mai 2022 à 16h50
7
Solar Orbiter hérisson solaire Soleil 03 2022 © ESA & NASA/Solar Orbiter/EUI Team
Le « hérisson solaire » est le phénomène présent au bas de l'image et au centre (voir vidéo ci-dessous) Crédits : ESA & NASA/Solar Orbiter/EUI Team

Le 26 mars dernier, Solar Orbiter s’approchait de notre étoile, tous ses instruments allumés. L’occasion d’une impressionnante moisson scientifique, avec des images publiées absolument incroyables.

Hérissons solaires, éruptions, première observation du pôle Sud… Et ce n’est que le début ! Solar Orbiter devrait pouvoir encore faire mieux.

Étudier l’étoile la plus proche

C’était le premier « périhélie rapproché », ce moment où la sonde passe au plus près du Soleil dans son orbite, depuis son assistance gravitationnelle en novembre dernier. À 45 millions de kilomètres de notre étoile tout de même, mais seulement un tiers de la distance Terre-Soleil (0,32 UA). Cela peut sembler beaucoup, et il est vrai que d’autres sondes s’en approchent plus près : c’est le cas de la sonde américaine Parker, ou de BepiColombo qui s’approche de Mercure.

Mais ces sondes mettent pratiquement tous leurs instruments « à l’abri » derrière d’imposants boucliers thermiques… Là où Solar Orbiter utilise des instruments de mesure, optiques et spectroscopiques, pointés directement vers la surface du Soleil. Le résultat est stupéfiant, et à chaque fois que Solar Orbiter s’approche plus près, les découvertes vont de pair.

Plus près, encore plus près !

Il en est ainsi de ce « hérisson solaire », capturé par l’instrument EUI (Extreme Ultraviolet Imager) et colorisé pour l’adapter à l’œil humain. Cette formation, d’environ 25 000 km de long, montre des pics de gaz chauds (environ un million de degrés Celsius) alternés avec d’autres pics plus froids.

C’est la première fois qu’un « hérisson » est détecté, et les scientifiques vont tenter de comprendre ce qui mène à sa formation et son évolution. Le chercheur belge David Berghmans, responsable scientifique de l’instrument, explique à ce sujet : « Même si Solar Orbiter s’arrêtait demain, je serais occupé pendant des années à tenter de tout déchiffrer », ce qui révèle la richesse des mesures.

En plus de ces séquences capturées « au plus près », la sonde a pris d’excitantes images du pôle Sud solaire. Avec son orbite qui sera de plus en plus inclinée au fur et à mesure des années (jusqu’à 2027), Solar Orbiter gagnera une inclinaison très favorable pour observer les deux pôles solaires. Mais à 9° d’inclinaison, c’est déjà la meilleure image existante du pôle Sud ! Elle ressemble un peu à un orage menaçant.

Solar Orbiter pôle Sud Soleil 03 2022 © ESA & NASA/Solar Orbiter/EUI Team
Il pleut du plasma ! Crédits : ESA & NASA/Solar Orbiter/EUI Team

Mesures de bon augure

Enfin, n’oublions pas l’un des objectifs scientifiques principaux de Solar Orbiter et de ses dix instruments, c’est-à-dire mieux comprendre les mécanismes entre les événements observés directement à la « surface » du Soleil, et ceux mesurés in situ à plusieurs millions de kilomètres de là.

Pour cela, la sonde embarque aussi des instruments comme le RPW (Radio and Plasma Waves) qui mesure les particules dans l’environnement que traverse Solar Orbiter. Pour l’instant, la mission engrange énormément de données, et les scientifiques s’en réjouissent, en particulier dans les laboratoires français, qui se sont impliqués dans six des 10 instruments.

Solar Orbiter instruments suivi flair © ESA & NASA/Solar Orbiter/EPD, EUI, RPW & STIX Teams
Un événement énergétique, mesuré depuis la « surface » jusqu'au passage de la sonde ! Crédits : ESA & NASA/Solar Orbiter/EPD, EUI, RPW & STIX Teams

Source : CNES

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
nicgrover
J’en ai pris un coup de soleil… Images fascinantes qui font rêver mais de loin… Merci.
kplan
L’astronomie est clairement source d’humilité quand on voit comment nous sommes petits et ignorants face à celui sans lequel nos vies n’existeraient pas.
Felaz
Dingue ces images, nous ne sommes que des poussières d’étoiles …
louchi
Merci pour ce très bel article. Une leçon d’humilité. Une prise de conscience pour certains.<br /> N’hésitez pas à montrer ça à vos enfants (et même à toute la famille): Star Size Comparison 2 - YouTube
philouze
oui, vidéo indispensable qui édifie bien nos bambins, je la rediffuse même de temps en temps.
philouze
l’humilité est compatible avec la démesure de l’univers, sans avoir à y glisser un « celui » qui induit une sorte de déiste assez injustifiable
Highmac
Quand je vois comment l’être humain se comporte, je ne dirai pas poussière d’étoile mais caca d’étoile !
kplan
Le pronom « celui » ne désigne une incarnation ni déiste ni théiste. Le soleil est un astre sans lequel nous n’existerions pas. On peut étendre ça au niveau cosmologique si tu veux et ensuite aborder des sujets plus larges mais ce n’était pas mon intention qui était de nous replacer à notre échelle face à cette force brute, gigantesque et impressionnante et pourtant si familière qui fait pousser tout ce qui nous nourrit et nous fait respirer (je ne détaille pas, tu me pardonneras )
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Ariane 5 est encore là et décolle ce soir avec deux grands satellites
La NASA a sélectionné l'équipage qui prendra place à bord de Starliner pour son premier vol habité
Ce système planétaire se désintègre lentement sous l'œil de nos télescopes
Starship : une première tentative de décollage orbital le mois prochain ?
Des employés de SpaceX se plaignent du comportement d'Elon Musk dans une lettre ouverte... et se font virer
Devialet et ArianeGroup vous font vivre l'expérience du décollage d'une fusée, et ça décoiffe !
Bras de fer entre Russes et Allemands sur le télescope Spektr-RG, à 1,5 million de km de la Terre
Un étrange rocher observé par le rover Perseverance sur Mars
Les échantillons de l'astéroïde Ryugu révèlent la présence d'acides aminés
C'est (enfin) officiel, Ariane 6 ne décollera pas avant 2023
Haut de page